Archive pour TROLLFEST

TROLLFEST : Pittoresque poilade! (+ FINSTERFORST + CRYPTIC FOREST) – Mercredi 23 Avril 2014 – Toulouse, Le Connexion Live –

Posted in TROLLFEST/ FINSTERFORST Toulouse 23.4.2014 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 avril 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (2)Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (13)Les ambiances festives et délirantes, on le sait, demeurent l’apanage du Pagan métal. Si  la propension du style à  donner la banane aux plus farouches des Vikings est incontestable, nous allons assister ce soir à un moment rare de poilade des plus délectables et tout simplement inoubliable. Aucun chroniqueur ne pourra éviter d’en parler, aucun spectateur ne pourra s’empêcher d’en faire l’écho autour de lui : dans tous les esprits, un morceau, un seul, résonnera tel le leit motiv de la soirée: Papayou! Long live Carlos!Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (12)

Un peu plus tôt dans la soirée, nous revoici repartis vers de nouvelles aventures live! C’est vraiment l’avalanche pour les concerts sur Toulouse depuis quelque temps. Il faut dire que la multiplication des salles et des associations de passionnés font du bien à la scène de notre ville, désormais l’une des plus prolixes de l’hexagone. Pour ce mercredi soir,  l’affiche du Connexion Live nous offre trois groupes de folk/pagan métal, un genre très en vogue en ce moment. Même si ce soir, ce n’est pas franchement la grande foule (un peu plus de 150 fans sont de la fête), difficile parfois de suivre le rythme éffréné des rendez-vous de plus en plus nombreux. D’autant plus que la veille, WITHIN TEMPTATION et DELAIN ont rassemblé au Phare  près de 3000 personnes. Manque de chance, il y a même à 300 mètres de là  une autre soirée métal à la Dynamo qui accueille NORMA JEAN et trois autres groupes! De plus, les formations que nous allons voir ce soir sont bien moins connues que les poids lourds du genre comme FINNTROLL ou ENSIFERUM….Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (9)

Pourtant, cette affiche ne manque pas d’intérêt! Place donc à CRYPTIC FOREST, groupe de pagan/black qui nous vient d’Allemagne, plus précisément près de la frontière suisse, dans une région montagneuse et boisée, la Foret Noire. Et ça se ressent dans leur musique, à la fois sombre et épique (Ecoutez Tale of frozen tears). Curieuse impression pour débuter la soirée, d’être aspiré en plein hiver dans les froides forets européennes. Le groupe est bien en place et son black métal tient vraiment la route. Le public apprécie même si bien des fans ne sont pas encore arrivés à l’heure de ce premier set. Quoi qu’il en soit, la formation demeure intéressante et prometteuse. Fera t-elle son trou dans le genre à l’avenir ? A suivre!

Finsterforst Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (6)Finsterforst Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (13)Beaucoup de délectaient de la venue de FINSTERFORST, issu de la même région que le groupe précédent mais dont le statut et la réputation s’avère culte chez les connaisseurs. Plusieurs membres font d’ailleurs partie des deux formations. Si l’aspect  pagan/black de leur musique est toujours présent (Nichts als asche), les allemands se démaquent vite  avec un coté folk plus prononcé. Un accordéoniste est d’ailleurs présent sur scène. Les morceaux sont complexes et très longs (souvent plus de 10 minutes par titre) mais on ne s’ennuie pas une seule seconde. Le public, jusque là plutôt calme, s’enflamme enfin… Ce groupe va mettre une ambiance de feu et les 150 personnes vont se dépenser comme s’ils avaient été 1500, ravis de profiter de l’instant. Les bonnes habitudes des concerts folk pagan resurgissent alors comme par magie: certains s’entraîneraient-ils pour l’affrontement Oxford vs Cambridge? Les rames imaginaires sont de sortie. On se croirait dans la cité bayonnaise à travers ce joyeux paquito improvisé.  FINSTERSFORST a vraiment fait forte impression. Espérons qu’ils obtiendront plus de reconnaissance populaire car ils le méritent vraiment!Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (7)

Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (18)Avec  TROLLFEST, nous allons changer de registre mais aussi d’humeur. Nettement moins ambitieux musicalement que la plupart des groupes pagan, aussi festif soient-ils, les 7 norvégiens disposent d’un atout majeur: une propension au délire à nulle autre pareille, que ce soit dans les attitudes, les déguisements ou simplement les faces naturelles de certains de ses membres. On se souvient encore, sourire aux lèvres, de l’inénarrable chanteur Trollmannen qui nous avait plié en deux en ouverture de KORPIKLAANI (lire ici), investissant la scène tel un tronc végétal!Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (26)

Niveau originalité, ambiance et bonne humeur, c’est peu dire que le Trollspråk du groupe (langue qui mélange allemand et norvégien) est parfaitement assorti à ce quasi Ska métal digne de GOGOL BORDELLO. On navigue entre délire, n’importe quoi, intensité mais aussi imagination comme ces trois batteries (une grosse, deux petites). Le groupe investit les lieux avec fausses barbes et blouses de médecin.

Et puis,  notre charismatique chanteur nous dévoila une jolie chemise à fleurs….

Le délire s’empare alors d’un fan, des ses amis et du Connexion tout entier!

– PAPAYOU, PAPAYOU!!!

Entre chaque titre, ça repart. Tout le monde s’y met. Le groupe semble pris à son propre piège! Il ne capte rien mais il en faut plus que cela pour le déstabiliser… Ils ne se doutent pas que nous aurions pu choisir Tirelipinpon sur le Chiwawa ou encore Tout nu et tout bronzé! (Ma  »Carlos culture » n’a décidément pas de limite!)Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (25)

Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (32)Circonspect, le groupe  rentre malgré tout dans le délire, un fou rire s’emparant du  bassiste qui le communique à ses comparses. Niveau musique, malgré un son qui ne nous permet pas d’entendre notre ami accordéoniste, on reçoit avec plaisir ce qui nous est offert. En live, ça passe sans soucis malgré une redondance certaine. Toxic, la reprise de Britney Spears demeure des plus jouissives, tandis que Trollmannen dégaine une machine à propulser de la vodka dans le gosier des fans qui se précipitent pour capter l’offrande de cette communion inattendue. Braveheart et pogos se succèdent au son des dernières compos déjantées des sept samouraïs nordiques (Kaptein Kaos). Les guitaristes slamment au dessus de nos têtes tels des héros hissés au firmament. Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (29)Le rappel aux costumes plus délirants encore (Jésus, un gaulois, un romain, un dinosaure etc…) La soirée se terminera par un joyeux souk avec une partie du public investissant la scène. On imagine à peine la folie qui va s’emparer du Hellfest le 21 juin prochain (merde, il y a Buckcherry en même temps!) …

Fin de soirée et inspiration géniale de l’ingé son (ou de je ne sais qui….) : Papayou résonne dans les enceintes….

Trollmannen revient ranger son micro. Je l’interpelle :

 – C’mon, c’mon….

Il arrive.

-This is Papayou!

– Really ?

 Il se retourne vers le gratteux…. Hey, this is Papayou song! Banane générale….

Une p’tite version du classique de Carlos version métal-ska-pagan lors de leur prochaine tournée ?  Oh que Oui Rosalie!

_______________

Chronique : Titi & Conan Akiro

Photos : Titi

Merci à toute l’équipe de  SPM !

_______________

Avez vous déjà vu une set list qui témoigne d’autant d’implication ?SET LIST TROLLFEST TOULOUSE

LES PHOTOS DE TROLLFEST :

LES PHOTOS DE FINSTERFORST :

KORPIKLAANI : Le bal des hommes des bois… (+ TROLLFEST + NIGHTCREEPERS) – Mardi 10 avril 2012 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in KORPIKLAANI / TROLLFEST / NIGHTCREEPERS Toulouse 10.4.2012 with tags , , , , , on 11 avril 2012 by JATA LIVE EXPERIENCES
L' affiche de la soirée.

L’ affiche de la soirée.

Ambiance festive en perspective au Bikini en ce frisquet mardi soir d’avril! Les guerriers vikings de la froide Europe du Nord sont venus réchauffer le Sud de la France  pour une bonne soirée Pagan métal qui s’annonce des plus sympathiques.

Il y avait pourtant encore quelques inquiétudes quelques jours plus tôt avec une quantité de préventes un brin décevante. Or,  belle surprise pour SPM,  les toulousains arrivent en masse devant le guichet. Au final, ce sont finalement plus de 500 fans de toute la région (et plus loin encore!) qui investissent un Bikini qui va se révéler être le parfait écrin d’une mémorable fiesta déjantée, où la bonne humeur se conjuguera pendant trois shows à une chaleur corporelle digne d’un sauna.

Le stress ressenti par les organisateurs suite à l’état de fatigue très important des groupes et à quelques exigences d’un manger zélé va vite se dissiper dès l’entame du premier show…

NIGHTCREEPERS pour ouvrir les hostilités.

NIGHTCREEPERS pour ouvrir les hostilités.

Place donc à la petite découverte du soir: NIGHTCREEPERS. Nous voici immédiatement transportés plusieurs centaines de kilomètres plus au nord. Leurs atours, parfaitement étudiés et assortis de maquillages guerriers, seraient enclin à séduire n’importe quel fan de Turisas ou d’Amon Amarth! Tout y est, des peaux de bêtes aux cornes accrochées à la ceinture en passant par des parcelles d’armures… Qui pourrait alors imaginer que ce combo nous arrive tout droit de notre bonne vieille capitale: Paris! Comme le ridicule ne tue pas, je me revois encore, après le show, poser ma première question, en anglais of course, au bassiste déjanté venu partager, sans plus attendre, les impressions du pit.

4 guerriers franciliens!

4 guerriers franciliens!

Quoi qu’il en soit, le groupe fait mouche dès l’entame du set avec un son nickel-chrome mettant en valeur des compositions épiques qui ne tarderont pas à enflammer la salle. Dans ce style particulièrement surchargé, la formation française réussit à apporter une once  de sang neuf qui fait du bien comme le prouve un Set Sails  des plus convaincants qui clôture trente trop courtes minutes dont je peste d’en avoir loupé la moitié! Examen réussi haut le glaive!

Sur scène puis avec Jimmy after the gig.

Sur scène puis avec Jimmy after the gig.

Le tourbillon TROLLFEST ...

Le tourbillon TROLLFEST …

C’est peu dire que l’ambiance va monter d’un cran avec les norvégiens de TROLLFEST tant le groupe semble particulièrement désiré. Se qualifiant elle-même de « True Norvegian Balkan Metal », la formation se veut humoristique et festive, véritable défouloir vous exhortant à extérioriser votre extravagance.  De ce point de vue, nous n’allons pas être déçu. Le backdrop donne déjà le ton. Sous son logo, le groupe a inscrit le terme ‘backdrop’ tel une boucle pléonastique qui donnerait à la foule le ton de 45 minutes aux multiples sourires. Et comment dire, c’est le prémisse parfait de ce qui va nous être proposé… L’éclate s’amplifie à la simple vue du chanteur Trollmanen  (si, si , c’est son nom…) qui débarque sur scène déguisé… en arbre! (selon moi, pour d’autres en bouteille, qui sait vraiment?)… Barbe rousse, crane chauve et brioche généreuse alimentée sans nul doute par une abondance de boisson fermentée, le voici, entrainant sans la moindre difficulté la foule dans son tourbillon. Derrière lui, une bande d’hommes des bois en salopettes crades et aux visages noircis  se déchainent et nous propulsent dans une improbable sphère… Tous semble transcendés, comme possédés par les improbables sons qu’ils dégagent…

Trollmanen dans toute sa splandeur...

Trollmanen dans toute sa splendeur…

Dans ce mix de métal et de ska, on perçoit quelques influences de Finntroll bien-sur, mais également celles d’un Gogol Bordello qui aurait oublié en route une large part de sa subtilité. Le groupe est accompagné d’un saxophoniste et d’un accordéoniste. Rien ne parait réel. Ils sont pourtant devant nous! A mes cotés, ma troupe se déchaine. Dodge est tout sourire : ‘C’est un peu du n’importe quoi mais qu’est ce qu’ils le font bien!’

Comme en témoigne Karve, ça fonctionne! Les pogos se font rageurs tant le groupe est visuellement démonstratif et énergique. Qui plus est, notre nouvel ami Trollmanen s’avère tellement charismatique qu’il n’a aucune difficulté à exiger et obtenir en un éclair le plus grand circle pit jamais vu au Bikini depuis Mass Hystéria et son DVD de légende tourné en ces lieux sacrés!  Il ne ressemble désormais plus  à un tronc végétal mais plutôt à une sorte de mix Gimli du seigneur des anneaux et d’un forgeron moyenâgeux.

La fièvre gagne le public...

La fièvre gagne le public…

La mayonnaise est telle que le  public est littéralement en furie, les spectatrices n’hésitant pas à slammer et à finir en petite tenue. That’s fuckin’ rock’n roll baby!   Certains fans sont même venus déguisés avec kilts et casques pour ajouter à l’ambiance. Well done Alexis & Co! Trollfest conclura avec sa chanson culte; le leader se retourne et nous condamne à entonner les paroles inscrites sur son T.shirt : voff, voff, voff un aboiement de chien du style wouarf wouarf wouarf: imparable! Une réussite totale qui ne laisse aucun survivant. Du vrai live bien débile comme on aime…

KORPIKLAANI va mettre la foule en transe.

KORPIKLAANI va mettre la foule en transe.

Après un tel show,  nos amis finlandais de KORPIKLAANI vont devoir s’employer pour relever le défi de la palme festive. L’atmosphère et le ton sont donnés par quelques accessoires indispensables et habituels au groupe tels le pied de micro en os ou les flags situés aux extrémités. Un an et demi après leur passage au Phare en co-tête d’affiche avec Eluveitie, le groupe va cette fois disposer de 90 minutes pour emporter l’adhésion.

La pieuvre Jonne Järvelä...

La pieuvre Jonne Järvelä…

  La fatigue qui inquiétait tant les organisateurs ne semble être qu’un lointain souvenir tant le groupe semble galvanisé par un public déchainé, survolté. Les finlandais naviguent sur le coussin d’air de la foule et n’ont aucun mal à se donner à fond tant l’énergie des uns déteint sur les autres. Effet Bikini ou progrès manifestes du groupe, ce show parait bien plus fédérateur et seul un petit quart d’heure fera retomber une ambiance allant crescendo dans le délire. Notons toutefois que le nouveau single Mëtsalle interviendra comme une respiration, tel un plat froid dans ce festin infernal de chansons à boire plus festives les unes que les autres. Si le groupe privilégie toujours l’excellent Voice of wilderness, sorti en 2005, le dernier album en date n’est pas ignoré pour autant et l’intégration du nouveau violoniste Teemu Eerola (remplaçant attitré de Hittavainen qui était pourtant là depuis le début de l’aventure) ne semble pas perturber le groupe qui va sortir un nouvel album dans les mois qui viennent. Bien qu’il soit presque aussi froid, imperturbable et distant que l’impénétrable accordéoniste Juho Kauppinen, son solo de violon nous transporte l’espace d’un instant dans les tréfonds des forêts finlandaises.

Teemu Eerola, Juho  Kauppinen & Jarkko Aaltonen.

Teemu Eerola, Juho Kauppinen & Jarkko Aaltonen.

Kalle Cane Savijärvi, l'autre guitariste.

Kalle Cane Savijärvi, l’autre guitariste.

Slams pour public en liesse...

Slams pour public en liesse…

Un instant de répit avant que le chaleureux chanteur pieuvre Jonne Järvelä ne nous enivre de ses hymnes imparables et jouissifs que sont Vodka, Tequila et autre Beer Beer. Le public est comblé, la transe ne semble pas loin pour certains. Les pogos deviennent dingues sans toutefois une once de violence. la scène est envahie. Les filles farandolent avec Jonne, ce dernier joue au torero avec de jeunes fans, les stage divers se multiplient tandis que deux fans nous proposent une danse russe particulièrement maitrisée du plus bel effet. De la pure folie pour quelques instants jouissifs où Le chanteur se montre particulièrement accueillant envers les plus audacieux… Feeling absolu, improvisation complète, il n’hésitera pas à se jeter avec un fan sur une foule qui capitulera sous le poids des deux individus soudés dont l’un n’est pas prêt d’oublier l’offrande de son idole…. Les hymnes tels Wooden Pints ou Hunting song sont légions et font danser la salle. Et que dire de Iron Fist, la reprise de la troupe à Lemmy, aux nouveaux sons mais tout aussi ravagée pour le plus grand plaisir de notre ami Pierrot!

Jonne Järvelä et son pied de micro typique.

Jonne Järvelä et son pied de micro typique.

Les finlandais remercient e public...Le batteur Matti Johansson offre ses baguettes.

Les finlandais remercient le public…Le batteur Matti Johansson offre ses baguettes.

Quand les lumières se rallument et que le groupe rejoint les loges, vidé dans une moiteur absolue Jonne reste sur scène de longues minutes et signe tout ce qui bouge (ou pas): photos, tickets, drapeaux finlandais… et même le ventre de Jimmy. Ce soir, les hommes des bois ont beaucoup donné et énormément reçu… On en redemande!

Notre after show avec Trollfest : l'occasion pour Trollmanen d'un festival de têtes top délires!

Notre after show avec Trollfest : Trollmanen nous offre un festival de têtes top délire!

__________________________
Chronique, photos, mise en page : Titi.
Un grand merci à Conan Akiro pour sa base.
__________________________
Un grand merci à SPM et à Fred en particulier pour l’accred’ et l’orga sans faille de ce concert de bargeots! …. Merci aussi à l’équipe du Bikini pour sa compétence.
__________________________
SET LIST KORPIKLAANI :
Intro
Hunting Song
Journey Man
Cottages and Saunas
Juodaan viinaa (Hector cover)
Lonkkaluut
Kipumylly
Metsalle
Violin Solo
Viima
Vaarinpolkka
Vodka
Wooden Pints
Iron Fist (Motörhead cover)
Happy Little Boozer
Tequila
Beer Beer
Rappel :
Pellonpekko
Tuoppi Olutta
Il Lea Voibmi (Shaman cover)
___________________________
SET LIST TROLLFEST :
Legendarisk Ol
Brakebein
Die Verdammte Hungersnot
Karve
Den Apne Sjo
Du Kom For Seint
Der Jegermeister
Gjetord
Korstog
Essenfest
Helvetes Hunden Garm
_____________________________
SETLIST NIGHTCREEPERS :
Tale Of Haste
Alpha
A Guild Is Formed
Elmore Tempest
Beloved Dryad (From The Hollow Woods)
The Warcryer
Set Sails
__________________________

LIENS:

WEBSITE DE KORPIKLAANI

MYSPACE DE KORPIKLAANI

WEBSITE DE TROLLFEST

MYSPACE DE TROLLFEST

WEBSITE DE NIGHTCREEPERS

MYSPACE DE NIGHTCREEPERS

%d blogueurs aiment cette page :