Archive pour TAGADA JONES

ULTRA VOMIT + TAGADA JONES : French Connection! – Samedi 17 Novembre 2018 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in TAGADA JONES / ULTRA VOMIT Toulouse 17.11.2018 with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 17 novembre 2018 by JATA LIVE EXPERIENCES

ULTRA VOMIT TAGADA JONES TOULOUSE LE BIKINI JATA LIVE EXPERIENCESEn ce jour de rébellion nationale, alors que  la couleur jaune émerge des quatre coins de l’hexagone, nous voici réuni dans le joyau des salles toulousaines pour célébrer, au son de riffs acérés une des « french connection » les plus excitantes de l’hexagone.

UV TOULOUSERetardé et ayant manqué l’introduction festive des 3 fromages, nous allions toutefois nous délecter et switcher entre les 70 minutes anticapitalistes, humanistes  et revendicatives de TAGADA JONES (lire Shaker de consciences ) et les 85 minutes humoristiques, mimétiques et ô combien intelligentes et interactives des sacripants d’ULTRA VOMIT. De quoi satisfaire les 1500 (dont beaucoup de jeunes premiers) fans dont les visages radieux en disaient longs sur le plaisir distillé et reçu.

A défaut de récit exhaustif, quoi de mieux que de jolies photos des deux groupes principaux et du public pour illustrer cette soirée mémorable….

Intro et photos : Tweety

Merci à Access live et à Manu Epain en particulier ainsi qu’à l’équipe du Bikini et à Antoine.

Les photos JATA LIVE EXPERIENCES de TAGADA JONES :

Les photos JATA LIVE EXPERIENCES de ULTRA VOMIT :

TAGADA JONES + NO ONE IS INNOCENT (& CHARLY FIASCO) : Photos Report – Jeudi 27 avril 2017 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in TAGADA JONES / NO ONE IS INNOCENT with tags , , , , on 27 avril 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

Un Bikini quasi blindé, plus de 1000 insoumis pour un triple concert placé par hasard idéalement entre les deux tours des présidentielles. Une ambiance de feu et trois prestas de qualité. Tout d’abord, la belle découverte ( de Castelginest, d’où nous sommes!) Charly Fiasco puis la déflagration No one is innocent qui ne nous avait guère convaincus en ouverture de Motörhead puis interpellés au Hellfest et enfin ô combien séduits ce soir (quelle claque!). Pour conclure, nous voici encore en osmose avec l’implication sans concession de Tagada Jones dont celles-ci n’a d’égale que l’intégrité de leur concept et une inspiration rageuse qui ne faiblit pas d’albums en albums. Bref, une soirée absolument divine dont nous vous offrons ces clichés…

______________

Photos et intro : Tweety

Merci à Bleu Citron, à Iris et à l’équipe du Bikini.

______________

LES PHOTOS JATA, LE PUBLIC, ET LA SET LIST DE TAGADA JONES:

LES PHOTOS JATA, LE PUBLIC ET LA SET LIST DE NO ONE IS INNOCENT :

LES PHOTOS JATA ET LE PUBLIC, DE CHARLY FIASCO :

LE BAL DES ENRAGES : Joyeux bordel! – Jeudi 21 avril 2016 – Toulouse, Metronum –

Posted in LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 22 avril 2016 by JATA LIVE EXPERIENCES

 

LE BAL DES ENRAGES Toulouse 2016

LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (1)C’est à un joyeux bordel auquel nous sommes conviés en ce pluvieux jeudi du mois d’avril 2016. Malgré une météo étonnamment capricieuse, c’est avec ardeur et vigueur que quelques 600 fans de gros riffs et autres accords musclés se rendent dans la petite pépite des nouvelles salles de la cité des violettes qui affiche complet.

LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (7)Nous voici donc immédiatement immergés dans un bain de décibels, servi remarquablement par pas moins de 17 artistes (qui se réunissent tous les trois ans depuis 2010) où chacun occupe une place de choix durant les 180 minutes de show offertes par ce concept malin, jubilatoire et judicieusement huilé…. Au moment où nous apprenions le décès de Prince, il nous fallait au moins ça pour évacuer cette pointe de mélancolie.

So, welcome to « Rage Land » my friends, un espace temps où punks, coreux, hardos, metalleux et même glameux (si, si, merci pour l’hommage à Bowie!)  font corps dans une fraternité qui file des frissons de bonheur. Place surtout à une chaleur de tous les instants, tant l’atmosphère s’avère vite copieusement humide dans le pit. Les slams sont de rigueur, les pogos rageurs et les circle pits s’apparentent davantage à un tourbillon d’équilibristes tant le sol, rapidement jonché de bière et de sueur s’avère des plus glissants et dangereux pour qui s’adonne à l’exercice.LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (19)LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (8)

Curieusement, le joyeux bordel évoqué plus haut se situe plutôt dans la salle. Côté scène, équilibre, sérénité, enchaînements au cordeau font état d’un professionnalisme qui laisse pantois. Les presque cinquante titres de la pantagruélique set list se succèdent sans temps-mort. Chaque changement de membre s’opére avec une fluidité telle que nous avons à peine le temps de nous apercevoir qui intervient et qui disparaît d’un titre à l’autre. Les deux kits de batterie (dont les grosses caisses arborent le somptueux visuel de la tournée et de Tryptyk, le nouvel opus) facilitent cette impressionnante cohésion.LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (30)

LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (10)Il va s’en dire que la discipline des artistes ne nuit aucunement au plaisir prit et prodigué par ces derniers sur scène. Ce concept de reprise de standards de tous les styles de metal/punk songs couillues est un tel kiff qu’on aperçoit même chacun d’entre eux tour à tour ronger son frein sur le côté de la scène dans l’attente d’une nouvelle mise en lumière.

LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (14)Si votre serviteur est surtout fan de Tagada Jones et connait moins les autres artistes à l’exception de Stephane Burriez de Loudblast, tous  (qu’ils soient issus de Lofofora, Parabellum, AqmeBlack bomb A ou Punish Yourself) contribuent donc grandement à la réussite de l’expérience. Bien entendu, aucun ne tire la couverture à lui. Chacun se délecte de l’offrande offerte par le concept et donne le meilleur pour un résultat en forme de méga fiesta underground.LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (32)

Coté chansons, c’est une déferlante de sucreries mordantes. Ça  tronçonne à tout va et chaque spectateur, headbangueur, pogoteur ou pillier de fond de salle y trouvera de quoi satisfaire une nostalgie plus ou moins affirmée selon la décennie dont ces classiques sont issus.LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (38)

Donc très subjectivement, mon top personnel tendra vers les reprises jouissives de Nirvana (Smells like teen spirit), Led Zep (Rock’n roll), Rage against the machine (Killing in the name), Marylin Manson (Beautiful people), Metallica (Enter sandman), Iggy (I wanna be your dog), Rose tattoo (Nice boys), Trust (Antisocial), Motörhead (Ace of Spades), Jimi Hendrix (Fire), Slayer (Raining blood) et l’incontournable medley AC/DC.LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (40)

LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (22)N’oublions pas de mentionner avec toujours autant de subjectivité le Anarchy in UK des Sex Pistols servi de main de maître par un Vincent Véhixe (Punish Yourself) viscéralement punk, la bonne surprise Tostaky de Noir Désir et son imparable riff qui transcende toujours les corps et les cœurs puis soulignons l’émotion et la brillante idée d’associer à cette fête la mémoire de l’immense David Bowie dont le Heroes sera interprété à deux voix (Poun de Black BomB A,  s’avérant toutefois bien plus convaincant que Reuno de Lofofora qui ouvrit la chanson).

LE BAL DES ENRAGES Toulouse 21.4.2016 Photos Jata (33)Si l’on ajoute à cela l’humour de Laurent Lefourb’, transformiste ultra tatoué (tour à tour Pape, esclave ou chien), la grâce et la dance de Klodia Sparkling (Punish yourself) aux tenues tantôt aérées, tantôt enflammées, l’émotion (l’hommage à Shultz de Parabellum décédé en septembre 2014) et un soucis de spectacle récurent (ça le fait grave les étincelles de meuleuse!), on peut dire que la transmission culturelle multi-générationnelle de cette grande colonie de vacances aura atteint son objectif : faire de cette soirée un bal débridé, inextinguible et enragé.

Rendez vous pour un autre joyeux bordel, un micro bal de 40 minutes le vendredi 17 juin sur la mainstage 2 du Hellfest…

_____________________

Chronique, photos, mise en page : Titi

Un grand merci à Fred et à toute l’équipe de SPM.

______________________

LES PHOTOS JATA DU CONCERT :

 

TAGADA JONES + SICK OF IT ALL (+ ANGEL DUST) : Core time – Lundi 13 avril 2015 – Toulouse, Le Metronum –

Posted in TAGADA JONES / SICK OF IT ALL Toulouse 13.4.2015 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 14 avril 2015 by JATA LIVE EXPERIENCES

Me voici à Montpellier ce soir là pour le concert d’ Eldorado, le merveilleux groupe hard blues espagnol. Alors que je me délecte de riffs planants et de textures enveloppantes, à 250 bornes de là, j’imagine le Metronum en feu….b2632daa-1bb7-4bac-9785-a5b56594381e

Voici le report de Conan Akiro illustré par les photos de Jimmy….

Dernier grand épisode de l’offensive hardcore de ce mois d’Avril de folie pour ce genre, je me rends au Metronum pour profiter à fond de Sick Of It All qui est toujours considéré comme un maître du genre après trente ans d’existence.sick (1)

Arrivé en retard, je n’ai pas le plaisir d’assister à la prestation d’ANGEL DUST. Mais d’après ce que l’on m’en dit, je n’ai pas raté la performance de la soirée, loin de là!
sick (4)

sick (7)Sans surprise, la salle est remplie et l’ambiance est déjà énorme puisque la première partie, considérée comme une co-tête d’affiche est assurée par un groupe de choix: TAGADA JONES, très populaire aujourd’hui chez les plus jeunes coreux (et parfois même moins jeunes d’ailleurs!).sick (6) Pour ma part, je vous avoue que j’ai un peu de mal avec la voix suraiguë de Niko et le discours engagé parfois un peu lourd du groupe. Mais je dois reconnaître que les rennais savent y faire en matière d’ambiance. Et puis le son est excellent, ce qui permet de les découvrir sous un angle plus dur, plus lourd, bref plus métal que lors du dernier passage à l‘Xtreme fest. Comme à leur habitude, les frenchies n’ont pas loupé leur rendez-vous et puis mon petit doigt me dit qu’on ne va pas tarder à les revoir. Trois fois sur Toulouse en moins d’un an! Le public sera une nouvelle fois au rendez-vous, c’est sur! (Lire ici notre chronique dithyrambique sur le groupe : Tagada Jones, shaker de consciences).sick (3)

sick (15)Mais comment font-ils? C’est à chaque fois la question que l’on se pose lorsqu’on va voir une performance live de SICK OF IT ALL.sick (16) Malgré le poids des années (plus de trente ans de carrière), les New Yorkais se bougent sur scène comme s’ils avaient encore vingt ans. Pour ce soir, je suis quand même obligé de mettre un bémol. Leur set commence un peu mollement, faute à un son un peu faible qui heureusement s’arrangera au bout de deux ou trois morceaux.sick (19)

sick (18)Certes le public bouge bien (avec pogos et slams de rigueur) mais on est loin de la guerre que l’on a pu voir à l’ Xtreme fest de l’an dernier ou même lors du concert de  Madball la semaine passée. Pour le reste, il n’ y rien à redire. le groupe se donne à 200% (avec, comme d’habitude, une mention spéciale au guitariste Pete Koller, tout en muscle, qui saute et court sans montrer aucun signe de fatigue tout au long du show).sick (13)

Coté setlist, toutes les époques sont présentes, du dernier album Last act of defiance aux grands classiques qui démolissent tout sur leur passage (Step Down, Scratch the Surface et Us vs Them toujours aussi efficaces et appréciés).

sick (14)Au bout d’une heure 10, le show est déjà terminé! Je découvre peu à peu qu’un live hardcore se doit d’être court mais intense. Les membres du groupe resteront un long moment sur scène à serrer les mains des fans et à prendre des photos avec Tagada Jones. Et c’est donc sur une grande réussite que s’achève les quinze jours marathon du Hardcore sur Toulouse qui a vu défiler des groupes de légende (comme Raised fist ou Madball) ou de belles formations hexagonales (Rise of the Northstar). Et la bonne nouvelle, c’est que la plupart seront présents dans nos festivals d’été. Rendez-vous est pris!sick (17)

_________________

Merci à SPM et à Fred en particulier!

_________________

TAGADA JONES : Shaker de consciences… – Vendredi 19 Décembre 2014 – Toulouse, Le Connexion Live –

Posted in TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 20 décembre 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

1416481134_Bandeau_fb_Tagada_jonesTAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (19)Allez savoir pourquoi, aussi étonnant que cela puisse paraître, votre serviteur (qui accumule pourtant les concerts) n’avait jamais prêté attention à TAGADA JONES. Ce nom étrange peut être, qui n’évoquait qu’une fraise rouge importée des States dans mon esprit trop étroit…

Aussi incroyable que cela m’apparaisse aujourd’hui, je n’avais même pas coché le créneau de leur prestation au Hellfest que nous avions alors allègrement zappé sur la Warzone, mon petit groupe et moi, lors de la précédente édition du festival.

Le choc n’est intervenu que deux mois plus tard, lors de l’Xtrême Fest. En cet inattendu dimanche 3 août, j’eus deux coups de cœur immédiats : TAGADA JONES qui conféra une ambiance des plus festives non dénuée de sens à la journée puis Raised Fist, tel un coup de poing en pleine face…

Nous y voici, le dernier concert de cette folle année 2014 s’ouvre à nous. Quel plaisir par conséquent de clôturer une année absolument sidérante par une bonne dose de punk rock à la française, revendicative et subversive à souhaits avec cette presta de TAGADA JONES en tête d’affiche!

fgtpap

Tandis que la salle du centre ville se remplit tranquillement, nous voici propulsé dans un univers atypique voir anachronique. Francky goes to Pointe-à-Pitre distille un zouc rock  qui, à défaut de s’avérer endiablé, a le mérite de reposer l’auditoire avant le combat qui suivra dans le pit. Colliers à fleurs de type hawaïen, palmiers et perroquet gonflables, le groupe sans chanteur nous propose un décalage total et une introduction tranquille à la soirée.

TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (6)Alors que nous commencions à nous interroger sur l’assistance, nous voici rassurés et surpris d’avoir toutes les peines du monde à rejoindre les premiers rangs. La foule s’est en effet compactifiée en un temps record. Si la salle n’affiche pas complet, le public a répondu une nouvelle fois présent en masse.TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (8)

Je retrouve vite ce qui m’avait frappé lors de l’Xtrême fest : cette proximité du groupe et de la foule, une étonnante propension des musiciens à distiller des messages politiques forts et sensés sur les dérives d’une société en perdition, le tout servi par un punk rock habité teinté d’une bonne dose de métal dévastateur qui ne se départit jamais d’un réel esprit de fête et de partage.

Autour de moi, les crêtes sont légions, elles s’inscrivent dans le paysage de visages enjoués sous toutes les longueurs et les couleurs. Cheveux longs, cranes rasés, tout ce beau monde va s’entremêler sur les accords dévastateurs des bretons qui ne nous laisseront aucun répit pour nous remettre de chacune des déflagrations propulsées avec une ardente conviction. TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (10)L’ultra efficace De l’amour & du sang ouvre le bal des pogos. Issu de Dissident, dernier brûlot du groupe, fascinant d’efficacité, nous voici propulsés dans un tourbillon de refrains entêtants à reprendre en cœur. Anticapitalisme, dictature des médias et des apparences (Dissident), mondialisation, le règne du fric et du pouvoir ne cesse d’être évoqué, dénoncé, méprisé par ceux dont l’impulsion anarchique se veut salvatrice.TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (13)

Cet univers mondialisé va trop vite pour finalement tourner en rond, la société de consommation ne fait que creuser le fossé. L’appel à réagir est lancé dont seuls les « La la la  » euphorisants résonnent parfois comme les complaintes jouissives et inconscientes des espoirs vains de l’éternel enfant qui sommeille en nous. Ces envolées d’allégresse demeurent un parfait contrepoids à la voix rauque et enragée d’un Niko par ailleurs souriant et enjoué dès qu’il s’adresse à la foule. La zique reste brute de  décoffrage. Sans fioriture, les riffs tronçonnent dans le lard tandis que la rythmique demeure imparablement efficace, d’une exquise rondeur.TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (4)

L’appel à la résistance est lancé (Instinct sauvage). Le début du show ne fait pas dans la dentelle (Le chaos) avec une part importante donnée à ce dernier opus (7 titres) tout simplement phénoménal où le message s’avère on ne peut plus clair servi par ce punk rock métal détonant qui chatouille les sensibilités (comme en témoigne l’épique et venimeux Vendetta qui a le mérite d’ouvrir le débat sur l’autodéfense). TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (3)L’agression des tympans sera tellement virulente que la chaleur devient vite intenable tant les corps se propulsent les uns sur les autres. Mes bras me protègent de la chute, je me retrouve régulièrement semi allongé sur scène. La moiteur est telle que des flaques de sueurs jonchent le sol. Ça slamme à tout va mais l’ambiance reste des plus festives, juste contrepartie au venin disséminé par les anciens titres à travers des textes crus, courageux, sensés, essentiels (Cargo, Descente aux enfers, Le feu aux poudres). L’esprit de fête se ressent à travers les attitudes (le parfait respect pour ce jeune punk handicapé situé au premier rang sur la gauche) mais aussi à travers cette propension à enjouer l’auditoire (Zéro de conduite) sans que le message ne soit édulcoré pour autant. La bonne humeur est de mise, le poing toujours levé!TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (19)

Bien que moins catalogué métal mais véritable successeur du Trust des débuts, ce concentré d’énergie déboule sur la foule telle une perpétuelle surprise qui se bonifie avec le temps. Il distille la puissance du hardcore et la mélodie du rock’n roll. Si La traque lorgne davantage vers un Mass Hystéria de bonne facture, le punk rock indé reprends vite le dessus avec une motivation sans faille (Les nerfs à vif). TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (30)Niko ne faiblit jamais, il est parfaitement secondé par Waner, Stef et Job qui en plus de s’avérer efficaces vivent à fond le moment. Déchaîné, le bassiste n’hésitera pas à slammer sur la foule qui pogotte comme un seul homme.

Les mosh ne faibliront guère quand l’assaut sera donné avec les derniers titres : Osmose 99 en hommage à Parabellum et particulièrement à Schultz, décédé en septembre ou encore l’explosif Superpunk où des centaines d’âmes hurlent à l’unisson : J’en ai rien à branler!
La fuerie ne faiblira pas avec les deux derniers titres : Jouer avec le feu, leur reprise hommage aux Shériff, de quoi alimenter de nouvelles vociférations révoltées puis l’intense et engagé Karim & Juliette, symbole d’un punk métallisé qui pointe du doigt certaines dérives sociétales sur fond d’une couleur que la jet-set et les dirigeants rêvent d’avoir à Cannes au printemps … La la la la la…

Parfois cynique,  addictif à souhaits, difficile de se départir de cette énergie, de cet esprit, de l’entrain qui nous ouvrent la voie vers les fêtes de fin d’année en nous offrant avec générosité, dans le shaker des consciences, une parfaite ode à la liberté…

____________________

Chronique et photos : Titi

Merci à Tagada Jones, à Jerkov et à Mina en particulier

____________________

La vidéo DE CARGO à Toulouse filmée par Fred Moocher

La vidéo du FINAL à Toulouse filmée par Fred Moocher

LES PHOTOS JATA DE TAGADA JONES ET LA SET LIST:

%d blogueurs aiment cette page :