Archives de METAL

HELLFEST 2017 : LES PHOTOS JATA !

Posted in HELLFEST 2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 13 juin 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

HELLFEST 2017

Voici la personne qui symbolise ce Hellfest 2017! Elle s’appelle Morgane, elle a battu le record de slams et on l’a vue partout !

Voici nos 179 photos d’ambiance ! Here are our 179 ambience photos!

AMBIANCE – LIEN DIRECT …. AMBIENCE DIRECT LINK

HELLFEST 2017 PHOTOS

Toutes les photos live  J A T A du  Hellfest 2017  seront en ligne ci-dessous dès que possible !

4 days Hellfest live acts  pictures will be on line  as soon as possible! Click on the links bellow when it will be on….

Replongez vous dès à présent dans l’ambiance du Hellfest à travers notre trailer vidéo de l’an dernier !

Immerse back into the atmosphere of Hellfest through our video trailer from last year!

DGM (& MAX PIE) : High level! – Vendredi 26 mai 2017 – Toulouse, Connexion Live –

Posted in DGM / MAX PIE Toulouse 26.5.2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 26 mai 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

Parfois, une soirée dont on attendait peu se transforme en pépite. Un groupe dont on ignorait tout ou presque vous cueille comme rarement et vous transporte si loin que le firmament de l’extase auditive vient vous taquiner les écoutilles. Vous l’aurez compris, les transalpins de DGM (neuf albums et une longue carrière derrière eux!) ont livré en ce chaud vendredi soir un concert mémorable, intense et prenant nous offrant tous les ingrédients que nous n’osions même pas  espérer : des compos imparables, un son parfait, une interprétation sans faille, des solis et une rythmique renversante,  le tout amené avec maestria par un frontman d’exception : Mark Basile, impressionnant tout autant par son attitude proche et amicale que par sa justesse vocale imparable…

Si l’on ajoute à cela une première partie de très très bonne facture assurée par les belges de MAX PIE, nous ne formulerons qu’un seul véritable regret : la date de cet événement qui explique sans doute que seule une petite centaine de fans ait répondu à l’appel d’un concert qui en aurait mérité le triple au minimum….

Une excuse pour finir, celle d’être arrivé trop tard pour assister au set de INEPSYS. Merci à eux, quoi qu’il en soit, de nous avoir offert une si belle soirée durant laquelle DGM a bravé le couvre feu, nous offrant à la demande générale, un titre supplémentaire pour quelques minutes de plaisir en plus… Comme quoi le très haut niveau musical se cache souvent dans des groupes peu médiatisés capable de distiller un plaisir bien plus intense que nombre de tête d’affiches prestigieuses…

Pour revivre ce concert, précipitez vous sur les vidéos de Denis (Metalden) dont voici l’impressionnant titre d’ouverture du concert : The secret part 1 & 2.

_____________

Mini chronique et photos : Tweety

Merci à Hangover Association et particulièrement à Romain Castel ! Un grand merci aux trois groupes pour leur talent et leur disponibilité! 

_____________

LES PHOTOS JATA DE DGM :

LES PHOTOS JATA DE MAX PIE :

SUICIDAL TENDENCIES (& 22 BELLOW) – Photos Report – Mardi 11 avril 2017 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in SUICIDAL TENDENCIES Toulouse 11.4.2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 11 avril 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

SUICIDEAL TENDENCIES investissait une nouvelle fois, en ce mardi quasi estival, la mythique scène du Bikini pour un show détonnant devant environ 1000 fans, tel un véritable tourbillon humain et sonore. Précédé de 22 BELLOW en ouverture, voici les photos JATA de cette magnifique soirée!SUICIDAL TENDENCIES Toulouse Le Bikini 11.4.2017 Photos JATA LIVE EXPERIENCES (15)

LES PHOTOS JATA DE SUICIDAL TENDENCIES :

LES PHOTOS JATA DE 22 BELLOW :

___________________

Photos : Tweety

Merci à Antoine et à l’équipe du Bikini

___________________

AMON AMARTH + DARK TRANQUILLITY + OMNIUM GATHERUM : La fureur de Thor! -Samedi 8 avril 2017 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in AMON AMARTH / DARK TRANQUILLITY Toulouse 8.4.2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 8 avril 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

LA FUREUR DE THOR!

Et oui, par Odin! Mais cette colère est bienfaitrice au vu des succès remarquables des concerts metal en cette année 2017. Encore une fois, cette soirée affiche sold out plusieurs jours à l’avance. Le fait que beaucoup de concerts soient programmés le week-end explique bien entendu ce phénomène mais pas seulement. Il faut peut-être aussi y voir un petit effet Hellfest qui nous amène un public parfois très éloigné de la sphère metal, curieux de découvrir une musique qui avait sale réputation mais qui finalement, s’avère riche en variété et en ouverture d’esprit à une époque ou la chanson française n’est plus que l’ombre d’elle même à quelques exceptions près et ou le hip hop s’enfonce dans une médiocrité désolante (franchement voir ls Djeuns écouter PNL, pfff…). Alors bien sur, les grincheux diront qu’il y en a marre de voir tous ces « touristes » venir nous polluer comme à Gojira la dernière fois. Toutefois, le gars qui vient faire des pogos à un concert de black metal bourré, déguisé en Pikachu, tout en importunant les filles metalleuses pensant qu’elles sont faciles est quand même un phénomène rare, même en festival. Alors ne boudons pas notre plaisir de voir nos salles pleines.

 Le death mélodique est à l’honneur ce soir avec tout d’abord les finlandais d’ OMNIUM GATHERUM, Malgré leurs 20 ans d’âge, ils n’ont jamais connu le succès qu’ils étaient en droit d’espérer. La faute peut-être à des changements incessants de line up. D’ailleurs, le guitariste Markhus Vanhala est le seul membre d’origine (il est sacrément occupé ailleurs, en particulier avec Insomnium qui a pris un sacré envol ces dernières années). Pour ce soir, en tout cas, ils vont nous faire un set agréable dans le genre, à défaut d’être exceptionnel. Le son est correct mais les lumières très moyennes, peut-être veut-on réserver les gros effets pour la suite? C’est un peu dommage que les moyens soient réduits au strict minimum. Bonne prestation de nos amis finlandais, bien accueillis par le public déjà très nombreux dans la salle mais on ne pense pas qu’ils monteront plus haut vers le panthéon des dieux vikings malgré de très bon titres comme Frontiers

Le meilleur reste à venir. Un bon tiers du public est venu avant tout ce soir pour DARK TRANQUILITY. On ne présente plus aujourd’hui ces grands pionniers et maîtres du death metal mélodique qui avaient vraiment marqué les esprits avec des albums majeurs dans les années 90 (The gallery, The Mind’s I).  Malgré les années qui passent, le groupe n’a jamais baissé en qualité scénique. Pour les Toulousains, l’attente fut néanmoins longue pour les revoir. La dernière fois, c’était en 1999 à l’Ancien Bikini,  avec In Flames, Arch Enemy et Children Of Bodom (ça c’était du plateau!!!).

Une petite déception ce soir, il n’y a pas Niklas Sundin, retenu en Suède. La joie revient vite chez les fans quand ils s’aperçoivent que le remplaçant n’est d’autre que Christopher Amott (ex Arch Enemy) qui va assurer comme un chef. Car oui, pour le reste, le show sera à la hauteur de l’attente avec un set impeccable mené par le charismatique frontman Mikael Stanne. Bien entendu, leur dernier et très réussi opus Atoma est mis l’honneur avec plusieurs titres interprétés ce soir (Foward Mementum, Force of hand…). Les 50 minutes vont passer très vite avec un public très réceptif. Les fans sortiront heureux de cette excellente prestation mais avec un petit sentiment de frustration aussi car un peu de rab aurait été le bienvenu surtout quand on voit des setlists plus longues en Espagne ou en Allemagne. Saluons toutefois Dark Tranquility comme il se doit avec des musiciens sympathiques et disponibles qui resteront au contact des fans pour discuter et faire des photos après le set.

Au fil des années, AMON AMARTH est devenu le groupe Viking Metal par excellence. Il n’y a pourtant pas trop d’influences pagan dans leur musique, qui s’apparente à du death metal mélodique gonflé à la testostérone. Me voici mauvaise langue mais il vrai que pendant longtemps, leurs albums ne m’ont guère emballé, leur contenu étant trop linéaire et trop répétitif. D’ailleurs, leur passage au Bascala en 2011 ne m’a pas laissé un souvenir impérissable ( la faute, il est vrai, à un son très moyen). Heureusement, les deux derniers albums, avec des titres plus variés (les fans de la première vont me fusiller à bout portant …) trouvent davantage grâce à mes oreilles.

En tout cas, ce soir, on va avoir droit à un gros show pourvu d’ un décor magnifique avec la batterie juchée sur un énorme casque à cornes (oui, je sais, les historiens métalleux vont encore hurler car les vikings n’ont jamais porté de coiffe de ce type mais il faut bien dire que 99% des groupes pagan ou folk donnent une vision fantaisiste de l’histoire à l’exception de rares formations comme Moonsorrow). Nous voici donc devant un show furieux porté par un public en transe, mené par leur impressionnant mais souriant chanteur Johan Hegg qui prend souvent des pauses guerrières quand il ne boit pas sa bière avec son immense corne. Certains affirmeront que beaucoup de titres se ressemblent un peu trop mais, à la différence d’un Sabaton par exemple, le groupe ne se cache pas derrière des samples à outrance pour cacher leur pauvreté musicale. Leurs titres sont quand même diablement efficaces et entraînants (savourez donc The pursuits of vikings, The way of vikings et War of the gods). Le point d’orgue de cet impressionnant show sera atteint à la fin du rappel sur le « hit » Twilignt of the Tunder Gods qui voit apparaître un énorme dragon attaqué par Johan à coups de marteau de guerre. Du grand spectacle assurément pour ce soir. Comme pour d’autres concerts cette année (Kreator, Gojira), le public en aura eu pour son argent. Vivement d’autres spectacles de cette qualité!

__________________

Chronique : Conan Akiro

Photos et mise en page : Tweety

Merci à Antoine et à l’équipe du Bikini.

___________________

 Lire ici : AMON AMARTH, des vikings de coton…

AMON AMARTH – LES PHOTOS JATA, LE MERCH’ et LA SET LIST :

DARK TRANQUILLITY – LES PHOTOS JATA, LE MERCH’ et LA SET LIST :

OMNIUM GATHERUM – LES PHOTOS JATA  :

__________________

Photos et intro : Tweety

Merci à Antoine et à l’équipe du Bikini.

___________________

SONATA ARCTICA (& STRIKER & TRIOSPHERE) : Question d’étincelle… – Samedi 11 mars 2017 – Toulouse, Metronum –

Posted in SONATA ARCTICA / STRIKER / TRIOSPHERE Toulouse 11.3.2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 11 mars 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

19h55 : après une intense journée, me voici enfin dans l’antre du Metronum, copieusement garni. Problème, TRIOSPHERE joue déjà depuis 25 minutes et il n’en reste que 15. C’est d’autant plus regrettable que je me souviens m’être arrêté sur le groupe en 2012 lors de l’écoute de l’excellent Marionette. Séduit alors, j’en avais perdu la trace depuis. Pourtant, les norvégiens amenés par l’étonnante bassiste et chanteuse Ida Haukland, tout aussi charmante que charismatique, naturelle et passionnée, semblent réussir le tour de force d’amener l’assistance sans la moindre difficulté dans leur univers heavy dont l’intensité n’a d’égale que l’implication du quatuor. Même si la mise en son s’avère un brin étouffée, nous voici cueilli d’emblée et immédiatement projetés dans ces riffs ciselés et ces mélodies épiques et puissantes (Steal away the light), parfois progressives comme en témoigne l’excellent The heart dominion. Bref, frustrant de n’avoir pas pu profiter pleinement de ce set efficace et inspiré.

Après la première étincelle, cette belle affiche va nous offrir un kiff absolu, telle une mandale savoureuse dont l’uppercut s’inscrit tel un voyage à travers les décennies. Welcome dans ce que le métal des 80’s avait de meilleur!

C’est avec une féroce envie d’en découdre, de convaincre, de répendre un déluge de riffs, de vocaux puissants, d’harmonies inspirées que les canadiens d’Edmonton nommés STRIKER déboulent sous nos yeux ébahis sur la scène du Metronum. Rien de révolutionnaire pourtant mais ce parfait mix entre Saxon, Accept, TNT ou Pretty Maids a le don de transcender la foule, de l’immerger en un rien de temps dans une époque quasi révolue où seuls les mastodontes du Hard rock semblent avoir les faveurs des tourneurs.

On entend ça et là des « Putain, ça fait du bien » ou encore des « Ils envoient du lourd! », « Quelle énergie , bordel! »… Les jeunots se démènent comme si c’était leur premier set et mixent le tout avec l’expérience de briscards, mettant en un rien de temps l’assistance dans leur poche. Forts de 4 albums et de 9 ans d’existence, il serait à présent inspiré à la sphère métal de donner à ce combo le statut qu’il mérite. Certains titres (Too late) tanguent même vers le Def Leppard le plus inspiré, celui de Pyromania! C’est dire si les chorus percutent.  Si Start Again thrashise davantage, ses riffs subtils nous emportent du coté d’un Megadeth tandis que Fight for your life allie à merveille puissance et mélodies. Tout y est : guitares jumelles, clichés quasi glam, duels de grattes, vocaux sincères, complicité, charisme non seulement du chanteur Dan Cleary (parfait!) mais aussi de tout le groupe (à noter l’ajout d’un second guitariste, celui sans cheveux, parfaitement intégré!). La réponse du public s’avère des plus enthousiastes. Retenez bien ce nom et ne les manquez pas s’ils passent près de chez vous : STRIKER, addictif et délicieusement contagieux!

Après cette vague de bonheur ultra rafraîchissante, place désormais à la tête d’affiche si rare en nos contrées : les finlandais de SONATA ARCTICA! Scène épurée mais bien agencée, pied de micro blanc et multi éclairé ultra classieux (logo de circonstance en son socle), le groupe sera servi tout au long de ces 95 minutes par un son encore amélioré d’une absolue pureté. Trop pur ? Trop lisse ? A l’image de la prestation ?

Aie. La magie n’opérerait-elle plus? Closer to an animal ouvre le bal et…  c’est très pop… Les filles vont adorer!

Si l’on ne peut que s’incliner devant la maestria vocale du leader Tony Kakko, que penser de la set list, du virage pris depuis quelques temps par le groupe et de cette curieuse impression que le leader vampirise l’auditoire au point de rendre transparent chaque autre membre du combo? 

Sonata Arctica n’est clairement plus le groupe de scène qu’il était avant parce que sa musique a considérablement changé. A leurs débuts ils évoluaient dans un registre speed mélodique, proche d’un Stratovarius mais depuis 2007 et l’album Unia, le groupe a pris un virage mélodique progressif important, complexifiant grandement ses compositions, ce qui n’a pas du tout été du goût des fans de la première heure.

Depuis, le groupe ne cesse de donner à sa musique un aspect toujours plus mélancolique, limite spirituel, et de toute évidence cela ne correspond pas à un style efficace sur scène, tout du moins si on veut bouger dans la fosse. En 2008, ils proposaient au Kobetasonik un set expéditif d’une demi-heure, ultra explosif, avec uniquement des morceaux speed. Neuf ans ont passé et ce soir,  c’est totalement différent. Les rares morceaux rapides encore joués, souvent issus des quatre premiers albums, semblent faire encore un peu d’effet au public, mais les compositions récentes ont laissé une grande partie du Metronum dubitatif, voire circonspect. Il y a de toute évidence trop de « La, la, la… » dans le nouveau single Life dont le refrain enchanterait le plus fervent des afficionados de l’Eurovision…

Pourtant,   la voix du frontman nous emporte au firmament d’un spleen fédérateur. La magie opère et si l’on se laisse bercer par les merveilles que sont Among the shooting stars ou We are what we are, le plaisir intérieur s’avère intense.

 Fairytale , puissant et lyrique fait headbanger sagement le fan tandis que Full Moon semble dérider l’auditoire et emballe la foule qui n’hésite par à reprendre les lyrics en chœur…

Malheureusement,  les métalleux traditionnels, qui sont restés bloqués sur le Sonata des années 2000, ne s’attendaient pas à un concert autant nourri de morceaux mi-tempo. Et ce n’est pas l’attitude des musiciens qui va emporter la foule. Si le bassiste esquisse quelques poses, les autres semblent s’ennuyer ferme et s’avèrent plus transparents qu’un backing band obligé de cachetonner pour un frontman imbuvable (aucun soupçon ne plane par ailleurs sur Tony!).

Outre un  groupe amorphe, que dire des intro lyriques mais surtout des chœurs samplés sur certains titres? Trop de  passages enregistrés et pourtant un discours hallucinant sur le thème de « Keeping live music alive! » On croit rêver! Qui plus est, la com’ de  Tony tendait à faire passer l’accent texan pour de l’anglais aussi plat que le Lac Majeur!

Malgré bien des réserves, le potentiel des finlandais est indéniable, non seulement pour des gens ouverts à la tendresse et au voyage musical intérieur, mais aussi pour les fans de metal symphonique. Le rappel en est la parfaite illustration avec les hits imparables que sont I have a right ou Don’t say a word.

Ce ne fut certes pas la prestation de l’année, ni même celui du mois mais un concert rempli de douceur, de mélancolie, d’images musicales abstraites et de plaisir où il manquait toutefois beaucoup d’implication, une once de sincérité et, le plus important : l’étincelle!

___________________

Chronique : Tweety . Merci à Add Rien pour ces précisions!

Photos : Tweety sauf celles de Triosphere : merci à Fanny!

Mise en page, traitement : SB .

Merci à toute l’équipe de SPM et à Fred en particulier !

Merci à Triosphere et Striker pour leur disponibilité après le show!

___________________

LES PHOTOS JATA DE SONATA ARCTICA ET LA SET LIST :

SABATON + ACCEPT (& TWILIGHT FORCE) : Accept ta défaite! – Mercredi 18 Janvier 2017 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in ACCEPT / SABATON Toulouse 18.1.2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 23 janvier 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

accept-sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-3Un casque de protection adapté sur ses frêles oreilles, Joshua découvre du haut de ses 2 ans à peine l’antre du Bikini. Vêtu d’un micro T.shirt Sabaton, il va vivre cette première expérience live dans les bras de son papa qui arbore la tunique Accept de rigueur. Quelle belle image multi générationnelle et quel merveilleux cadeau fait par ses parents au bambin qui réclame à corps et à cris les ritournelles de nos chers suédois à chacun de ses réveils. sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-43Fan absolu de la bande à Joakim Brodén, l’adorable garçonnet va se sentir comme un poisson dans l’eau, nullement perturbé par la multitude de slammeurs, les pogos à foison et autres wall of death à profusion. Mais il devra patienter longuement avant d’apercevoir ses idoles, lui qui ne se doute pas à quel point beaucoup d’entre nous sommes circonspects, que dis-je interloqués, médusés, incrédules de constater que les légendaires Accept, l’un des fleurons du heavy métal, l’un des groupes qui franchit avec le plus de brio et de talent les décennies, puisse ouvrir pour la nouvelle machine de guerre scandinave. Il se doute encore moins que l’entame de la soirée va nous offrir la plus étrange des introductions….twilight-force-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-51

 twilight-force-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-52Après avoir vaincu les forces du mal et mis un terme à la volonté destructrice de Sauron, Frodon Sacquet s’ennuyait ferme dans sa contrée adorée qui pour la première fois lui semblait bien fade. C’est là qu’il eut l’idée de créer un groupe de métal avec ses potes et il l’appela TWILIGHT FORCE. Tous les clichés étaient enfin réunis, il ne manquait que les nains, Passe-Partout étant déjà occupé sur nos petites lucarnes.twilight-force-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-54 A grands coups d’épées dans l’eau et au son (faiblard) d’une Elfe-guitar, Frodon et sa bande nous ont bien fait rigoler! Gandalf à fond sur son clavier comme s’il venait de fumer la pipe, Legolas qui dégaine les solos plus vite que ses flèches, tout ce petit monde est fin prêt à reformer la communauté de l’anus… Je voulais dire de l’anneau! De là à dire qu’on en eut vite plein le c.. , il n’y a qu’un pas que je n’oserai franchir à travers les portes du Mordor. Alors arrêtons-nous là avant que cela devienne inacceptable! Quoi qu’il en soit, une étonnante partie de rigolade servie avec sourire par le frontman Chrileon (sans faille vocalement)  qu’il convenait de savourer au second degré tant la saveur du melting pot héroic-fatasy de références proposées (Finntroll, Rise of the Northstar et bien sûr Rhapsody of fire) allait s’avérer des plus futiles au final.accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-29

accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-33Les pauvres guerriers de la Terre du Milieu vont rapidement se faire couper les oreilles en pointe par des chevaliers teutons aussi enragés qu’une horde de goblins qui s’est fait piquer son quatre heure. ACCEPT ne va rester que 60 minutes sur scène, suffisantes pour mettre tout le monde d’accord. Frodon ferait bien de se garder de crier au loup car le Wolf est chauve et baraqué ce soir (étonnante ressemblance avec votre serviteur qui plus est!).

accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-18En 10 morceaux formant une setlist aussi lourde que la grosse Bertha et vous défonçant la tronche tel un Panzer, le divin chauve et ses copains chevelus vont aller droit au but. Pas un temps mort, pas une seconde de libre pour pleurnicher parce-que Sam et Golum ne s’entendent pas! Le set des allemands et un pur joyau de heavy classique avec des hymnes en veux-tu en voilà. D’ailleurs les morceaux plus récents (Stampede, Stalingrad, Teutonic Terror) sont devenus eux aussi des classiques, relayés en cœur par un public conquis et prouvant, si besoin en était de la santé de fer et de l’inspiration sans faille de nos voisins germaniques. accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-17Les chants de gloire des années 80 ne sont pas en reste et le best-of condensé de la machine de guerre qu’est Accept est là pour nous rappeler qui sont les maîtres. Pauvre petit Hobbit, en voyant ça tu regrettes peut-être d’avoir renoncé à te jeter dans la lave avec ton anneau unique. Unique, Accept l’est indéniablement ! accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-5Les fans seront un brin frustrés de n’avoir eut qu’un set réduit au minimum (Losers and winers notamment manque cruellement à l’appel!), mais deux ans après leur dernier passage au Bikini, et sans nouvel album à promouvoir, c’est un cadeau bonux bienvenu pour nos oreilles. C’est bon les enfants vous avez pris votre fessée ? Place à la suite mais n’oubliez jamais qui a empêché l’armée  de Gengis Khan de pénétrer en Europe. Et oui les Teutons! Frodon doit en bouffer sa cape invisible !accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-24

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-49L’heure est venue dans cette soirée mettant le métal lourd à l’honneur (désormais je remplacerai le mot « heavy » par sa traduction en langue de Moliere) d’enfoncer le couteau dans la plaie. Après le lourd tout court de Twilight Force et le lourd traditionnel et imparable d’Accept voici le supposé clou du spectacle avec le lourd camouflage de Sabaton. Le petit Joshua est aux aguets mais il se fait tard et les paupières sont lourdes…

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-46sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-47Les suédois font aujourd’hui partie des valeurs sûres sur scène comme sur album et comptent parmi leurs troupes une armée de fans invétérés prêtes à prendre des rafales de riffs partout où le groupe pose son bardage. A contrario, SABATON compte autant de détracteurs que d’admirateurs, mais ça, votre serviteur également fan de Lara Fabian période West coast n’en a que faire.

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-45Un petit garçon commence à bailler, sa passion mise à mal par la fatigue… Il est 22h quand retentit la reprise de In the army now, histoire de nous rappeler le thème de prédilection d’un groupe et, si besoin est, qu’on est pas là pour faire des colliers de marguerites. Les mecs de Sabaton doivent manger du hippie au petit déjeuner tellement ils aiment la guerre et bien que le groupe se morfonde parfois dans la surenchère militaire héroïque, la recette fonctionne et envoie du bois. Le groupe favori de John Rambo nous dégaine d’entrée ses grosses bastos, avec un décor de scène rempli de fleurs et d’arc en ciels. A un moment donné j’ai même cru voir un Bisounours. sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-41Mais attendez, on me signale au talkie-walkie que Joakim aurait réellement croisé un Bisounours et qu’il l’aurait supplié de jouer un morceau en acoustique pour réduire un chouilla l’aspect martial de leur show. Bien lui en a pris car Final Solution restera paradoxalement le meilleur moment de show, tant pour la qualité de cette version à l’introduction pleine d’humour et d’originalité que pour son côté rafraîchissant et cassant un peu l’image insensible de nos Vikings en treillis.sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-48

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-44Malheureusement, il devait y avoir des choses très intéressantes à voir sur le côté de la scène car le chanteur à la crête et la majorité de ses frères d’armes n’ont cessé de partir faire des allers et venues backstage. Seul Tommy Johansson, le petit nouveau à la guitare, franchement motivé d’avoir eu son BEPC et de partir pour la première fois en tournée, n’ont cessé de visiter les coulisses et de casser ainsi le rythme du show. Est-ce la présence de Floor Jansen, la chanteuse de Nightwish en attente d’un heureux événement qui les a perturbé ? Ceci étant dit, il faut admettre que le groupe n’était pas aussi en forme que lors de sa venue en 2014 (lire ici Chair de poule)… Outre ces égarements scéniques, un grand nombre de morceaux mi-tempo furent joués tant et si bien que nous constations comme un soufflet quelque peu retombé en comparaison avec leur dernier passage sur notre champ de bataille.sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-39

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-50Fait-on la fine bouche, tel un Hobbit qui chercherait tong à son pied poilu? Plus ou moins. Nous voilà devenus exigeants car il y avait franchement de quoi se régaler avec les hymnes tonitruants que sont par exemple Resist and bite, Bushido ou encore Hell and Back. La recette est souvent identique mais d’une grande efficacité, la mise en scène du spectacle toujours ponctuée de touches d’humour sympathiques et conviviales. Bref, un excellent moment tout de même malgré les quelques bémols évoqués.

Une belle soirée hivernale en somme au cours de laquelle si Sabaton a confirmé son statut de fleuron de la scène lourde actuelle, Accept a rappelé que pour le lourd, le vrai, l’imparable c’est toujours eux qui détiennent la formule magique! Quant-à Twilight Force, ceux-ci ont donné à Tolkien une raison de ne pas ressusciter pour voir ça.accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-28

De son côté, le petit Joshua a sombré dans les bras de son papa et de Morphée; il a peu vu ses idoles, dévasté par la fatigue. Nul doute qu’il aura d’autres occasions de savourer les hymnes entraînants de ses guerriers préférés…

Allez bande de geeks, rdv au prochain concert !

_____________________

Chronique : Add Rien . Intro, conclusion et coordination: Tweety.

Photos : Tweety.

Traitement, mise en page : SB.

A LIRE : Sabaton, chair de poule et Accept, rouleau compresseur .

_____________________

LES PHOTOS JATA D’ACCEPT ET LA SET LIST:

LES PHOTOS JATA DE SABATON :

LES PHOTOS JATA DE TWILIGHT FORCE :

 

MYRATH + INEPSYS + UNUSUAL DAY : Photo report – Jeudi 17 Novembre 2016 – Toulouse, Metronum –

Posted in MYRATH Toulouse 17.11.2016 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 17 novembre 2016 by JATA LIVE EXPERIENCES

myrath-toulouseBelle soirée au Metronum avec MYRATH, la perle du métal oriental secondé par deux groupes de la région que nous suivons avec attention et qui nous ont offert de fort belles prestations devant près de 400 personnes enthousiasmées devant ce beau plateau et ce set remarquable. Les tunisiens ont sans nul doute franchi un cap avec leur dernier album Legacy, tout aussi remarquable sur galette que dans sa configuration live où leur leader Zaher Zorgatti nous a démontré l’étendue de son talent vocal. Une fort belle soirée dont voici les photos…

____________________

Photos et intro : Tweety.

Merci à Hatem et à la mairie de Toulouse.

_____________________

MYRATH, les photos JATA et la set list :MYRATH, les photos JATA et la set list :

UNUSUAL DAY, les photos JATA :

INEPSYS, les photos JATA  :

%d blogueurs aiment cette page :