Archive pour LA DYNAMO

ROMAIN HUMEAU – Rencontre acoustique – Samedi 03 février 2018 – Toulouse, La Sainte Dynamo –

Posted in ROMAIN HUMEAU Toulouse 3.2.2018 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 février 2018 by JATA LIVE EXPERIENCES

Une soirée toute en simplicité. Une offrande dans la proximité tel un partage intime.

Fort appréciée des nombreux ahuris présents ce samedi soir à La Sainte Dynamo, la visite impromptue de ROMAIN HUMEAU dans le belle salle (rénovée et trop peu utilisée) du centre ville pour présenter son nouvel opus, le « renommé » Mousquetaire(#2), s’est avérée des plus chaleureuses!

Blablas incessants et set acoustique rallongé avec arrêts à chacune des étapes de sa carrière solo, ce service puissance 10 (5 cordes et 5 étoiles) avec achat compulsivement jouissif de ladite galette, s’est avéré interactivement savoureux!

Un régal de chaque instant, où les retrouvailles furent non seulement d’ une profonde humanité mais aussi d’un plaisir non dissimulé qui perdurera longtemps dans la nuit.

De Chercher à Toi, en passant par Quixote ou même L’éternité de l’instant, une soirée de profondes libations, une de plus, 50 minutes de live délivré devant la Sainte Vierge par le  Roi des Ahuris que l’on se délecte déjà de retrouver vendredi prochain à Montauban, au Rio Grande!

Chapeau bas Mr Humeau, on vous remercie, on vous admire !ROMAIN HUMEAU Toulouse 2018

Lire aussi : Romain Humeau, Collatéral et de nombreuses chroniques live sur Eiffel colonne de droite sur Jata!

_____________

Merci à Romain et Estelle !!! Photos et intro : Tweety

____________

Les photos de la soirée :

 

 

RAISED FIST + SEPTICFLESH : Ubiquité! (+ MOONSPELL) – Lundi 30 mars 2015 – Toulouse, Le Metronum + La Dynamo –

Posted in RAISED FIST / SEPTICFLESH Toulouse 30.03.2015 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 31 mars 2015 by JATA LIVE EXPERIENCES
AISED FIST SEPTICFLESH MOONSPELL Toulouse 30 mars 2015

RAISED FIST SEPTICFLESH MOONSPELL Toulouse 30 mars 2015

Qui n’a jamais rêvé, à défaut d’avoir l’étoffe d’un super héro, de posséder au moins un pouvoir, unique, magique? Ce soir, il fallait revêtir le don d’ubiquité si l’on voulait profiter du magnifique plateau métal que nous proposaient les nombreuses associations hyper actives dévolues à notre musique au sein de la ville rose.

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (12)Ce sentiment de se trouver à plusieurs endroits au même moment, ce jour là,  pour la première fois, je l’ai un peu ressenti…

La date était pourtant calée, excitante à souhaits : Moonspell revenait déjà nous rendre visite après son passage réussi au Bikini il y a un peu moins de deux ans (lire Pas de panique! ) accompagné d’un groupe majeur, vu lors du dernier Hellfest mais aussi avec Amon Amarth au Bascala en octobre 2011 (lire Des Vikings de coton): Septicflesh. Bref, une aubaine…RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (6)

Lors de l’été dernier, Raised Fist fut ma révélation de l’Xtrême Fest, un coup de cœur inattendu! Je me croyais hermétique à tout ce qui s’apparente au Hard Core et venais pourtant de prendre une décharge qui marquait à jamais ma si riche vie de concerts. Je n’espérais qu’une chose, revoir les suédois au plus vite en tête d’affiche!

N’osant espérer un passage dans ma ville, les prestations du groupe demeurant rarissimes, la jubilation fut totale quand la date de La Dynamo fut confirmée par Niko et Noiser. Joie toutefois de courte durée, le chevauchement avec la date SPM s’avérant des plus agaçants. Une seule issue, l’ubiquité! Plus facile à dire qu’à réaliser! J’en connais plus d’un qui aimeraient, l’espace de certains Hellfest profiter de ce pouvoir illusoire…

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (10)Quoi qu’il en soit, une solution se profilait à l’horizon… Le running time allait me permettre d’assister au concert de Septicflesh de 20h à 21 h puis de filer tranquillement à La Dynamo afin de prendre une déflagration monumentale dès 22 h pour Raised Fist. Damned, j’aurais même pu apprécier 3 chansons de Moonspell mais ne voulant tenter le diable, j’optais pour un pacte subtil avec celui-ci, m’agrippant à ses cornes et me laissant succomber allègrement aux rythmes subversifs de ses tentations tentaculaires en cette soirée des plus particulières.SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (14)

Cerise sur cornes : si la soirée du Metronum attire 500 metalheads, celle de La Dynamo affiche un beau sold out de plus de 300 coreux déchainés. Si l’on ajoute qu’en cet étrange lundi soir et malgré la concurrence la petite soirée  avec les excellents Hirax  tire son épingle du jeu aux Pavillons Sauvages avec plus d’une centaine de thrashers, l’enfer métallique se situe bien au sein de notre citée rose sang!

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (11)Il est 20 heures pétantes au Metronum. SEPTICFLESH entre en scène fort de leur excellent et dernier opus Titan qui ne déroge guère de l’inspiration de leurs précédents efforts discographiques. Beaucoup de fans semblent s’être déplacés pour les Grecs. Les fans ne vont ni être déçus, ni bouder leur plaisir, réservant au quartet de belles ovations.SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (3)

Servis par un son optimal et amenés par le charisme sans faille du frontman Seth Siros vers lequel convergent tous les regards, l’emphase grandiloquant des hymnes death lyriques installent une ambiance qui envoûte, capture l’attention, suscite une certaine solennité…

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (6)Si le groupe a mis à l’écart  la première partie de sa carrière (même l’excellent album Revolution DNA passe à la trappe), il dispose à son actif de tant de classiques (Anubis et Pyramid God illustrent à la perfections l’intensité de ces parcelles de messes fascinantes) que l’heure qui lui est dévolue parait bien courte.SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (5)

Seul bémol, éternel s’il en est, la profusion (néanmoins inévitable) de samples, et surtout l’absence d’un musicien supplémentaire aux claviers, sans doute hors budget pour la viabilité du groupe mais qui lui offrirait peut être une crédibilité accrue lui ouvrant de nouvelles perspectives. D’autant plus que les titres issus du dernier album font mouche (Order of dracul et Prototype, quels hits!).

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (13)C’est aussi l’occasion pour le groupe de nous présenter leur nouveau batteur Krimh que l’on avait vu déjà jouer dans Decapitated et qui délivrera ce soir une fort belle impression. S’il demeurera délicat se de faire oublier l’excellent Fotis, la jeune recrue, amenée sur le devant de la scène par Seth en fin de set (sic) récoltera les vivas de la foule.

Evidemment, il manque quelques titres majeurs tels le magistral Persépolis. Ne boudons pas néanmoins notre plaisir, SEPTICFLESH vient de nous offrir une excellent show, d’une cohérence et d’une amplitude délectable .

Le set se conclue magistralement avec l’offrande de leur tout nouveau single (et clip), dark lyrique à souhaits, le malsain Prometheus. De quoi marquer les esprits et patienter un tout petit peu, le groupe nous invitant à les revoir dans notre ville avant la fin de l’année!SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (20)

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (9)La plupart de nos amis semblent sous le choc. Ils ont presque tous opté pour l’affiche du Metronum ce soir. En ce qui nous concerne, Jimmy et moi nous délectons de ce qui nous attend après cette fascinante ouverture de soirée. Après avoir emprunté le chemin des ténèbres oniriques symphoniques, le temps était venu d’embraser la route de la révolte.

Dix petites minutes et nous voilà plongés dans une toute autre ambiance. La dynamo suinte déjà allègrement des vociférations de Black Knives dont le set touche à sa fin.RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (1)

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (14)Sylvie, tranquillement perchée sur la rochelle frontale s’impatiente de lever enfin son poing tandis que nous investissons le premier rang. Dès les premiers accords de Sound of the republic offerts par les suédois, la déflagration s’avère tout simplement inimaginable, pas même entravée par un son qui ne suit pas. Même sur Flow, le dernier single, la voix ne parvient pas à transpercer les premiers rangs tandis que le jack HF du guitariste blondinet Jimmy Tikkanen s’avère récalcitrant. Pris par la fuerie, suis-je le seul à m’interroger, à vouloir aussi en prendre plein les oreilles et pas seulement plein des côtes, les pieds, le dos, le crane?RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (17)

Le groupe stoppe tout, change le jack, affine les derniers réglages et repart de plus belle, servi cette fois par une sono digne de son rang. Bienvenu dans une jubilation totale! Le Chaos est lancé… La transe est telle qu’elle illustre humainement la révolte perspicace d’un groupe tout simplement magique. Uniques en son genre, les hurlements d’ Alexander Hagman sont si harmonieux, les refrains tellement travaillés qu’ils pourraient même être sifflotés sous la douche tels en attestent Some of these times, WoundsPretext ou encore Killing it.  L’empreinte vocale s’avère prépondérante, unique, teintée de fièvre et de passion. RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (8)Parfaits contrepoids de couplets si syncopés qu’ils se déploient sur nous tels un rouleau compresseur à clous, la jubilation s’avère totale, servie par du hard core aux consonances métal dans l’âme. Bref, jubilatoire! Les corps s’entremêlent, se choquent, convulsent à tout va. Ce n’est même plus des pogos, une sorte de marée slammeuse où les pieds se confondent avec les cranes s’abbat sur la Dynamo. Prendre des photos dans de telles conditions relève de la performance, ranger son appareil tant qu’il est encore temps requiert une concentration sans précédent.

RAISED FIST - Toulouse - Official photo - I'm on the right side!

RAISED FIST – Toulouse – Official photo – I’m on the right side!

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (28)RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (27)Rentrons enfin un peu plus dans la danse. Prendre la vague tel un surfeur de foule, ne pas se lasser happer par un courant contraire, vivre l’instant de délire déflagratif comme il se doit. Le sol est désormais parsemé de flaques de sueur. Terrain glissant en perspective. Loin de s’atténuer, le mouvement s’amplifie, la petite salle du centre ville surplombée par la Vierge explose à tout va. Coup de casque arrière dans mon nez, une semaine plus tard, je le sens encore. Mais peu importe, certains doivent encore ressentir également les dommages de ma présence. Les corps s’entrechoquent avec respect. Les risques d’un style, un cri de rage envers le quotidien. Les filles s’avèrent en fuerie, grimpent partout, se jettent sur les gars, s’agitent quasi hystériques.RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (11)

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (4)Musicalement, Dieu que c’est bon. Certes quelques intros en rappellent d’autres (Man & Earth vs Friends and traitors) mais le groupe est tellement impliqué que l’osmose s’avère totale. Si Jimmy et Alle sont depuis longtemps torse nus, la perfection de leur buste aux abdos et pectoraux ciselés telle de la dentelle organique, n’annihile nullement la présence et la performance de leur  trois comparses Daniel Holmgren, Matte Modin et Andreas Johansson.RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (15)

13 titres seulement dont 3 du dernier opus From the North, à peine 55 minutes sur scène mais un tel déploiement d’énergie, une décharge d’adrénaline de tous les instants, des fulgurances magistrales, que demander de plus? Nous aurions certes aimé être galvanisés par l’imparable In Circle mais le point de rupture scrute l’horizon, chaque veine du coup de Alle dessine un chemin si précis que l’issue ne peut se substituer à un précipice fatal s’il rajoute quelques chapitres à la performance.

Ce groupe culte venu du Nord qui avait disparu 6 ans durant et dont j’ignorais tout jusqu’à l’été denier nous a proposé une offrande divine, une prestation telle un brûlot qui hantera à jamais les murs du futur hôtel qui a eu la peau de la Dynamo. Tels des symboles de l’oppression sociétale et des méfaits du pognon à tout va, la soirée se conclue par Perfectly broken et le chef d’oeuvre attendu par tous: Friends and traitors. Tout est dit, cassé, sali. Nous voici embarqué au dessus de la masse, le poing levé!

La classe et le talent ont exsudé leur rage ce soir, partout dans la ville rose. Pour en profiter, il fallait malheureusement avoir un pouvoir, un seul, l’ubiquité….

_________________

Chronique : Titi. Merci à Conan Akiro.

Photos et mise en page : Titi

Merci à SPM et à Fred en particulier! Merci à Noiser et à Niko en particulier!

_________________

LES PHOTOS JATA DE SEPTICFLESH :

LES PHOTOS JATA DE RAISED FIST :

Bonus : le live report de MOONSPELL by Conan Akiro

Une tragique nouvelle a frappé le groupe MOONSPELL dans la journée puisque le guitariste Ricardo Amorim a eu la douleur de perdre son père. Après un moment de réflexion, le groupe a décidé de continuer la tournée (seule la date de Londres a été déplacée pour que Ricardo aille aux obsèques). L’ambiance risque d’être particulière en émotions.

On retrouve MOONSPELL dans les circonstances dramatiques évoquées plus haut. Mais on peut en tout cas admirer leur scène magnifique et un peu malsaine créée par Seth Siros, le frontman de SEPTICFLESH, déjà auteur de nombreuses pochettes d’albums (dont celles des trois derniers opus des portugais). Comme pour les Grecs précédemment, le son est nickel et on peut se délecter des nouvelles offrandes de l’excellent dernier album: le puissant Breathe, le nouveau classique Extinct (vraiment très bon avec sa petite touche indus) ou encore The future is dark très chargé en émotions  avec sa ligne mélancolique. Alors évidemment, par rapport à la puissance de Septicflesh, la musique de MOONSPELL est bien plus calme et l’ambiance est quelque peu retombée. Mais cela n’empêche pas le public d’être très chaleureux en applaudissements. Et puis, il faut bien dire que le groupe ne va pas se « lâcher », vu le drame qui les touche. Cela n’empêche en rien le show d’être excellent.

Bien-sûr, un concert de Moonspell ne peut se faire sans les grands classiques que sont MephistoVampiriaAlma mater,  ou Opium . Mais je suis content également d’entendre des titres plus rares comme Wolfshade issu de l’album Wolfheart dont on fête les 20 ans cette année. Et bien sûr, c’est le traditionnel Full Moon Madness qui clôt la soirée.

On a beau voir Moonspell très souvent sur Toulouse, il est décidément impossible d’être déçu par un concert du groupe. A chaque fois, ils trouvent le petit truc pour se renouveler et garder leur popularité intacte. On leur souhaite encore une longue carrière. Bravo!

SOLSTAFIR : Le paradoxe islandais ( + NORDIC GIANTS + OROB ) – Jeudi 29 janvier 2015 – Toulouse, La Dynamo –

Posted in SOLSTAFIR / NORDIC GIANTS Toulouse 29.01.2015 with tags , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2015 by JATA LIVE EXPERIENCES

solstafirSOLSTAFIR (8)C’est un des groupes phares de la scène islandaise qui nous est offert en guise d’ouverture de notre année live 2015 dans l’antre intimiste et déjà regretté d’une Dynamo qui va bientôt tirer sa révérence en ces lieux…

Premier paradoxe; nous voici motivé par cette date alors que quelques mois plus tôt au Hellfest, ce n’était ni l’heure, ni le moment de fouler la Temple lors de leur prestation… Belle séance de rattrapage en quelques sorte…

Si la pluie s’est copieusement invitée dans la ville rose en cette soirée de jeudi 29 Janvier, elle n’est pas antinomique de la complexité claire obscure de la riche musique de SOLSTAFIR.

Depuis leurs débuts, axé métal extrême, les islandais ont peu à peu évolué vers un post rock des plus envoûtants avec une micro touche de pagan. Des compositions principalement entonnées dans leur langue d’origine, parfois difficiles d’accès, ne les ont pas empêché d’avoir un succès mérité comme en témoigne cette salle remplie à ras bord et sold out depuis déjà quelques jours. C’est également le cas pour  les trois autres dates hexagonales. Belle perf’ s’il en est…

maxresdefault Pour l’heure, nous voici déjà propulsé dans l’univers  barré, envoûtant à souhaits d’un duo anglais improbable et magique au patronyme déstabilisant: NORDIC GIANTS. Très éloigné du métal, les musiciens de Brighton évoluent davantage dans un electro rock ambiant et tribal qui va vite s’avérer fascinant.George-Trumpet-750x500 Le coté visuel s’avère impressionnant avec une infrastructure scénique jamais vue en ces lieux. La mise en scène se veut des plus précises, de somptueux  lights enveloppent nos deux lascars déguisés en créatures fantastiques sorties tout droit de peintures de Jerome Bosch tandis que des courts métrages sont diffusés sur deux écrans qui propulsent la complexité de l’oeuvre dans une sphère onirique des plus prenantes. Aucune communication, une sensation contemplative n’atténuent pas de remarquables montées de tension très cinématographiques.404632_494362483932003_1681080539_n-1 L’univers se veut fantasmagorique à souhaits, porté par un aspect quasi shamanique décuplé par des costumes, peintures et masques à plumes et ossements ne laissant nullement entrevoir le visage des multi instrumentistes. Ceux-ci se font face, principalement jonchés derrière leur claviers et batteries imposants. Si des voix et visages semblent sortir des écrans, nous voici immergés dans une ambiance sf, quasi survival d’horreur! Si tu as fumé juste avant le show, tu peux partir très très loin… Les protégés de Steven Wilson (qui s’est occupé de la production de leurs oeuvres) ont pu ce soir, en l’espace de quarante minutes déstabiliser une partie de l’auditoire. Quoi qu’il en soit, nous ressortons de ce voyage fort et original avec la furieuse envie de nous replonger dans cette fascinante expérience planante. Vraiment impressionnant et très réussi!

Le clip de TogetherEn live à BrightonThe Seed live – Extrait du live de Lyon

Screen-shot-2012-10-31-at-10.32.29-750x499

SOLSTAFIR (1)Probablement dù à l’énorme matériel mis en place par nos Géants Nordiques, les premières parties furent inversées alors que nous avions un temps pensé avoir manqué le premier groupe. Nous voilà à présent dans un tout autre climat. Changement radical de style puisqu’on passe maintenant à du black métal atmosphérique avec un grand espoir toulousain: OROB. Portés par des compos toujours aussi massives et noires, le groupe semble avoir encore franchi un pallier.  Seul petit bémol, ils n’ont droit qu’à 25 minutes de temps et quatre titres des plus efficaces. C’est certes trop court mais c’est suffisant pour marquer les esprits et avoir de nouveaux fans tant et si bien que certaines personnes  réfractaires au métal extrême semblent avoir adhéré. A noter le dernier titre proposé,  The wanderer. Un nouveau morceau tout simplement digne des plus grands groupes du genre où le guitariste Andréa nous gratifie d’un riff des plus entêtants. Court mais efficace!

Ecoutez ici leur EP complet…

SOLSTAFIR (3)Les plus attendus ce soir sont bien entendu les membres de SOLSTAFIR. Bienvenue dans un univers ambiant post rock teinté de prog’ et très atmosphérique façon western islandais … Tout un programme! Si le look du trio frontal peut déconcerter ou émerveiller avec chapeaux de cowboy et banjo de rigueur, quand la musique commence, nous voici tout de suite transporté hors de la grisaille hivernale actuelle. Nous sommes au cœur du paradoxe islandais!

Bienvenue dans les grands espaces volcaniques et glacés du grand Nord. Servis par un excellent son et des musiciens en grande forme, le trio frontal capte tous les regards tandis que Karl Petur, nouveau venu derrière les futs, s’avère d’une parfaite maîtrise, sobre et efficace. Quelques jours seulement après son intronisation au pied levé en remplacement de Gummi, le performance n’est pas négligeable!

SOLSTAFIR (7)Loin du Viking black métal des débuts, nous nous délectons désormais d’ambiances bien plus psychédéliques et captivantes, servies par un Aðalbjörn Tryggvason (ou Addi) aux solos renversants et à la voix chaleureuse. Svavar Austman, le bassiste au Borsalino ne masquant pas ses longues tresses blondes et le cowboy des mers du Nord Sæþór Maríus Sæþórsson  à la guitare et au banjo apportent cette touche particulière qui séduit l’auditoire. Si l’on ajoute à la présence charismatique du frontman au sens de l’humour des plus détachés, le personnage s’avère vite attachant.

– Vous n’avez jamais été en Islande. Vous n’avez rien raté. Il n’y a que 3 volcans et quelques brebis…

SOLSTAFIR (2)Par bonheur, le dernier et excellent album Otta est mis en avant avec pas moins de quatre extraits (dont le fabuleux titre éponyme, une merveille). Loin de s’endormir, le public répond avec ferveur et s’enivre de ses longs hymnes terriens où les grands espaces transparaissent et transcendent les sensibilités. Mais si mélancolie il y a, le post rock du groupe se conjugue avec proximité dont peuvent se réjouir quelques demoiselles des premiers rangs.

Svartir Sandar, Lágnætti, Djákninn ou Rismál   propulsent le set du soir vers une expérience aux ambiances apocalyptiques des plus hypnotiques ou repos et esprit torturé se conjuguent à travers un post rock passionnant et passionné.

Les explosions sonores nous prennent aux tripes. On ne voit pas le temps passer et c’est avec le grand classique Fjara puis Goddess of the ages que s’achève cette superbe soirée où les Volcans nous ont caressé de leur harmonieuse lave délicate nous propulsant ainsi à la source du paradoxe islandais…SOLSTAFIR (10)

Full set du Hellfest 2014

_________________

Chronique : Titi. Spécial thanks to Conan Akiro.

Crédit photos : website Solstafir et Nordic Giants. Désolé pour la qualité ridicule de nos photos purement illustratives (pas d’accred photos sur cette date).

Merci à Noiser, à Niko en particulier et à l’équipe de La Dynamo.

________________

ENTOMBED AD : Still alive! (+ GRAVE + REPUKED) – Samedi 27 septembre 2014 – Toulouse, La Dynamo –

Posted in ENTOMBED A.D Toulouse 27.9.2014 with tags , , , , , , , , , , , on 28 septembre 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

entAprès la trêve estivale, nous voici de retour pour une nouvelle série de comptes rendus sur nos concerts métal préférés. Quelle rentrée mes amis puisqu’en moyenne un voire deux concerts ont lieu par semaine sur Toulouse jusqu’à la mi-décembre. La grande question est maintenant de savoir si le public va suivre ce rythme effréné. D’autant plus qu’en ce samedi soir, deux affiches sont proposées en même temps: ENTOMBED à la dynamo et les excellents Français de MANIGANCE au Metronum (lire notre reportage ici). Visiblement, ces derniers ne s’en ont pas mal sortis avec 150 personnes au compteur, ce qui n’est un bon score compte tenu de la concurrence. La Dynamo est par contre presque pleine. Il est vrai que l’affiche proposée ce soir est vraiment exceptionnelle pour les fans de metal extreme scandinave.

Nous avons droit à une affiche 100% suédoise donc. Et cela commence avec REPUKED, du death metal old school. La première chose que l’on remarque est le chanteur complètement allumé, les yeux exorbités et la mine ravagée. Avec son bandana, il nous fait penser à ce cinglé de Niklas Kvarforth, leader de Shining (les insultes envers le public en moins!). Le son est bon et le restera pour le reste de la soirée. Leur musique n’est pas innovante et ne fait pas dans la dentelle (… les titres tournent beaucoup autour du mot fuck!) mais c’est plaisant à regarder meme si on se demande parfois si le chanteur ne va pas s’écrouler sur scène (Qu’a-t-il  pris avant le show?).

 Les choses sérieuses commencent avec GRAVE, groupe pionnier du death metal suèdois même s’il ne reste certes plus grand monde de la formation originale des années 80-90 (seul le guitariste Ola Lindgren est encore là).Là encore, rien de vraiment nouveau musicalement mais la magie opère toujours. La fureur et la technique du groupe sont toujours impressionnantes aujourd’hui. Côté foule, les premiers pogos partent dans le public tandis qu’une chaleur lourde et moite envahit la Dynamo devant la forte affluence de ce soir. Les musiciens sont impressionnants. Comment ne pas apprécier le son de basse énorme du bassiste Tobias Christiansson? Oui, ce groupe démontre qu’il reste encore aujourd’hui une des meilleures formations europééennes du genre. Bravo!

 On croyait le meilleur passé d’autant plus qu’ENTOMBED sort tout juste d’une crise qui a vu les anciens membres du groupe s’entre-déchirer pour finalement voir le chanteur L-G Petrov former ENTOMBED A-D.

C’est donc cette nouvelle formation qui est présente ce soir et on se demande si le combo a bien digéré ce divorce… Fort heureusement,  les premiers morceaux joués nous rassurent. L’énergie est toujours là et la folie gagne littéralement le public. Les slams et pogos ne s’arrêteront plus. Le groupe alternera parfaitement les  extraits de leur nouvel album Pandemic Rage et les titres cultes des années 90 (I for an eye, Wolverine…). Le show est du coup très varié, allant du thrash au death teinté de punk. Ceux qui avaient annoncé la fin du groupe en début d’année en seront pour leurs frais: le combo suédois est bien vivant et il le fait savoir ce soir. Longue vie à eux!

____________________

Chronique : Conan Akiro

Merci à Noiser pour la vidéo complète du concert disponible ci-dessous:

AMORPHIS : Cercles…intimes. ( & STARKILL) – Mardi 19 novembre 2013 – Toulouse, La Dynamo –

Posted in AMORPHIS Toulouse 19.11.2013 with tags , , , , , , , , , on 20 novembre 2013 by JATA LIVE EXPERIENCES

11_19_novembre_Amorphis_ToulouseLe froid est arrivé brutalement sur Toulouse et ça tombe plutôt bien pour recevoir AMORPHIS, un des leader de la scène dark metal finlandaise.

Il y a déjà une bonne affluence (un peu plus de 200 personnes) devant la Dynamo. Les fans se gèlent en attendant l’ouverture des portes mais vont bien vite se réchauffer…

STARKILL live in Toulouse 19.11 (10)Pour commencer cette belle soirée, direction  les Etats-Unis avec un tout jeune groupe de death mélodique: STARKILL. Il y a  pourtant quelque chose de  scandinave à l’écoute de ce death mélodique particulièrement inspiré. Ils nous arrivent pourtant de Chicago et se comportent comme de vieux routards de la scène tant ils sont à l’aise et proches des gens. STARKILL live in Toulouse 19.11 (1)Sans plus attendre, nous voici dans le vif du sujet : nous  ressentons tout de suite les nombreuses influences de cette scène (Amon Amarth, Children of Bodom…). Le tout magnifié par une absolue fougue juvénile, une dextérité impressionnante … quelle tuerie mes amis! Mené par un frontman et guitariste de tout premier plan (Parker Jameson au son de guitare unique), le groupe enchaine les titres enragés à un rythme effréné. Quand aux autres musiciens, ils sont tout aussi convaincants : un batteur énorme, véritable machine de guerre (Spencer Weidner), un autre guitariste (Charlie Federici) dont la guitare jumelle se marie à merveille avec celle du frontman et d’un bassiste excellent (Mike Buetch). Le son est au départ moyen mais s’améliore heureusement assez vite. Le public en tout cas est au comble du bonheur. Voilà une vraie découverte même si certains regrettent que le chant death gâche un peu l’entreprise pour qui se trouve embarqué par la musique et demeure friand de voix claires. Et dire que ce groupe n’existe que depuis 2008 et n’a qu’un seul album existant, voilà qui promet pour la suite de leur carrière qu’on espère brillante! A découvrir ici à travers le clip de New infernal Rebirth.

AMORPHIS live in Toulouse 19.11 (6)Après une telle démonstration de force, la tache s’avère ardue pour AMORPHIS de relever le défi, d’autant plus que leur concert commence plutôt doucement avec des morceaux calmes. Mais d’emblée, nous voici à nouveau hypnotisés par la pieuvre finlandaise Toumi Joutsen qui capte toute l’attention et comble à lui seul l’attitude passive et sans réelle consistance des autres membres du groupe. Mais peu importe, la musique l’emporte. AMORPHIS live in Toulouse 19.11 (28)Et même si certains font la fine bouche devant le dernier opus Circles, lui préférant l’excellent The beginning of times sorti en 2011, force est de constater que les nouveaux titres prennent une autre ampleur en live. C’est comme si leur saveur avait eu besoin du filtre du réel pour que ceux-ci nous apparaissent comme d’évidentes perles à l’image des profonds The Wanderer  ou encore de Hopeless Days. Le groupe semble particulièrement fier de son nouveau bébé, fruit de tant d’efforts et insiste sur le fait qu’il est l’album préféré du groupe comme si ils avaient conscience que ces morceaux, moins immédiats, gagnent à être pénétrés, sans cesse redécouverts tant il recèlent des tiroirs de créativité. C’est ce que nous confirmera cette soirée dont laquelle on ressort en ayant envie de redécouvrir ce groupe qui mérite un tout autre statut tant sa faculté à broder des mélodies s’avère touchante. Créativité qui n’entrave aucunement l’énergie qui se dégage de riffs inspirés et percutants.

AMORPHIS live in Toulouse 19.11 (32)L’ambiance s’avère donc des plus chaleureuse. Il faut dire que  le groupe peut compter sur un cercle de fans solide. Les paroles des chansons sont reprises en cœur par un public aux anges qui se délecte du moment. Au fil de la soirée, la prestation gagne en énergie. Même si les finlandais reprendront une de leurs premières chansons death (Vulgar necrolatry), la set list  fera la part belle aux imparables classiques (You I needSky is mine…) et trouvera sa conclusion avec un merveilleux House of sleep, parfait titre pour clôturer un concert de très grande qualité. Toujours impressionné par le charisme de leur frontman aux longs dreadlocks Tomi Joutsen et le calme qui l’entoure, nous voici inclinés  une nouvelle fois devant ce plaisir disitillé de main de maitre par ce groupe qui reste une valeur sure du genre mais qui tarde à exploser malgré son émergence de Circles. Le cercle des fans lui, est encore bien trop étroit pour un tel groupe… On n’est pas à une injustice près, malheureusement!

Lire ici notre article : AMORPHIS Toulouse 25.11.2011

__________________

Chronique : Titi & Conan Akiro

Photos & mise en page : Titi & Sylvie

Merci à JERKOV, à Mina et à l’équipe de La Dynamo.

___________________

PHOTOS D’AMORHIS ET SET LIST :

 

PHOTOS DE STARKILL :

7 WEEKS + HYPNO5E : STONE AGE FESTIVAL (& SIMONE CHOULE & RESILIENCE) – Mercredi 16 octobre 2013 – Toulouse, La Dynamo –

Posted in 7 WEEKS / HYPNO5E Toulouse 16.10.2013 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 17 octobre 2013 by JATA LIVE EXPERIENCES

10_16_octobre_Stone_Age_Festival_toulouseIl faut bien l’avouer, cette soirée constituait pour nous une sorte de séance de rattrapage. Nous étions en effet à un autre concert lors du premier passage des 7 WEEKS dans la ville rose (au Saint des Seins le samedi 23 mars 2013) et le set du hellfest, excellent s’il en fut, ne nous offrit que 30 minutes de live.

RESILIENCE Toulouse La Dynamo 16.10.2013 JATA Picture (1)Nous voici donc à La Dynamo en ce mercredi soir dans une période folle en concerts en ce qui nous concerne. Autant le dire tout de suite, les prestations de  SIMONE CHOULE et RESILIENCE, dans des styles ou des expérimentations aux frontières extrême de divers styles du métal, si elles furent enrichissantes et prenantes pour un public réceptif ne nous ont guère donné le frisson en dépit de qualités indéniables.SIMONE CHOULE Toulouse La Dynamo 16.10.2013 JATA Picture (2)

  Notons la belle originalité bien barrée concernant Simone Choule… Saluons, qui plus est, la belle initiative des organisateurs de nous proposer à travers ce STONE AGE FESTIVAL un plateau que nous pensions « roots music with young métal bands » mais qui s’avérera plutôt NEW AGE METAL FESTIVAL avec des groupes en devenir, nous l’espérons….

7 WEEKS Toulouse La Dynamo 16.10.2013 JATA Picture (5)22 h 50, les 7 WEEKS rentrent donc en scène acclamés par une foule dense. Il y a en effet pas loin de 200 fans de métal qui remplissent La Dynamo, très belle surprise s’il en est.

Le groupe semble dans les meilleures dispositions sonores et visuelles afin de  nous offrir ce stoner bien lourd que nous sommes  venus chercher. Mais leur musique va bien au delà et transcende les genres outrepassant les frontières de styles tels que le post grunge, riffant parcimonieusement vers le thrash ou plus fréquemment vers le heavy traditionnel. Et ce mélange fait merveille tant les mélodies vous saisissent et vous emportent tel une boule d’acier dans un mur du son enivrant.7 WEEKS Toulouse La Dynamo 16.10.2013 JATA Picture (24)  Les Limogeaud enchainent des titres plus inspirés les uns que les autres. Riffs plombés, rythmiques burnées,  le clavier  de  Manu Costa donne à l’entreprise cette touche d’originalité qui se démarque d’un RED FANG et s’inspire davantage des mélodies d’un SPIRITUAL BEGGARS. A t-on déjà vu un as des manettes, des clés et du son vivre à ce point là sa musique et headbanger comme si chaque touche lui insufflait une décharge d’adrénaline?  Nous naviguons entre ambiances planantes et lourdes même si des titres rageurs, plus énergiques et remuants transcendent la guitare de Florian Compain , impérial. On aperçoit ça et là quelques cervicales se déchainer, le public étant jusque là resté imprégné de ces notes fondatrices et enivrantes. Le charisme et la présence de l’excellent Julien Bernard à la basse et au chant transcendent la prestation. Il n’est pas sans rappeler le naturel d’un Michael Poulssen (Volbeat). Comme il semble devenir de coutume, le set (trop court, 50 minutes) délivrera son paroxysme d’émotion et d’intensité avec le morceau final, en passe de devenir un classique qui vous possède et ne vous lâche plus : l’excellentissime  Four Again dont la boucle mélodique pourrait durer un nuit live sans lasser le moindre spectateur. Du grand new age stoner métal par le meilleur groupe français dans ce style. Nous lui souhaitons enfin la consécration internationale qu’il mérite!

HYPNOSE Toulouse La Dynamo 16.10.2013 JATA Picture (4)Outre cette prestation enivrante des 7 WEEKS, ce STONE AGE FESTIVAL va tardivement nous offrir la découverte et la claque que nous n’espérions même plus. Il est presque minuit quand HYPNO5E rentre en scène et durant 70 minutes, nous nous délecterons d’un florilège de sensations inattendues. Aux frontières de l’expérimentation métal ultra technique, nous naviguons avec bonheur entre Anathema, Benighted et Pink Floyd. L’alternance des passages aériens et éthérés suivis d’explosions de violence nous captera sans plus nous lâcher. Même la fatigue ne viendra pas à bout de ce petit coup de foudre qui nous fera chavirer dans des eaux chaudes et glacées jusqu’à plus de 1 heure du mat…   A suivre de très près en tout cas! Visionnez sans plus attendre Story of the eye, clip repésentatif de l’univers du groupe.

Merci aux créateurs de ce beau plateau, Jerkov, pour le mérite de nous faire découvrir une panoplie particulièrement large de prestations dans des styles finallement fort différents de ce qui sera le métal de demains. Le déplacement valait vraiment le détour!

________________________

Chronique, Photos, Mise en page : Titi.

Merci à Mina de JERKOV et à l’équipe de La Dynamo.

_____________________

LES PHOTOS DES 4 GROUPES DE LA SOIRÉE :

7 WEEKS :

 

HYPNOSE :

 

SIMONE CHOULE :

 

RESILIENCE :

 

BLACK VEIL BRIDES : Le froid, le chaud, le glacial… ( & HEAVEN’S BASEMENT) – Samedi 6 Avril 2013 – Toulouse, La Dynamo –

Posted in BLACK VEIL BRIDES Toulouse 6.4.2013 with tags , , , , , , , , on 7 avril 2013 by JATA LIVE EXPERIENCES

BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (52)Nous nous pensions plutôt large. Pour notre quatrième concert en huit jours (après Saez, Puggy et Asaf Avidan), nous voilà devant La Dynamo ravis d’être de la fête pour cette  date archi sold out depuis des mois. Il est 20H10 et nous sommes impatients de découvrir ceux dont l’ annonce de leur présence nous avait réjouis quelques semaines plus tôt : HEAVEN’S BASEMENT.

La première désillusion ne tardera pas à se manifester : le set des anglais est déjà terminé! Ceux-ci ont commencé à 19H30 alors que tous les tickets indiquaient 20h30, fait éminemment inédit en ces lieux! Bien sûr, bien des personnes sont dans notre cas et auront manqué tout ou partie d’une excellente prestation selon les témoignages des chanceux présents. Nous accusons le coup car une première partie de ce calibre, c’était une bénédiction! Nous voilà donc contraints d’attendre le Hellfest pour savourer live les excellentissimes Fire fire Nothing left to loose ou encore le brulot I am electric.BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (2)

20H30, la salle est quasi pleine. Surprise : il y a 80% de (très) jeunes filles entre 14 et 18 ans. Looks glams à souhaits, glitter black ou crêtes, bandanas et cheveux rouges, ça fashionise à tout va.BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (47)

20H33, des cris stridents accompagnent les premiers pas des cinq américains aux cheveux noirs sur scène. Folie auditive à défaut de grands mouvements de foule.BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (40) La prestation débute, c’est puissant, intense, clair, précis, peut être un peu trop. Les cœurs semblent samplés. Quoi qu’il en soit, sourires et proximité sont de rigueur et si le beau frontman Andy Biersack (déjà seul rescapé du groupe de base formé en 2006!) se tourne un peu trop, on dira que s’est pour mieux communiquer avec son batteur Christian Mora, par ailleurs excellent. Si les autres musicos sont particulièrement lookés, le leader affiche ce soir une sobriété surprenante sans maquillage. Mention spéciale au bassiste Ashley Purdy et à son beau chapeau de cowboy classieux. Tous arborent bien sùr de véritables fresques tatouées sur les bras. Le son est parfait tandis que des lights tournoyants distillent une atmosphère colorée à souhaits. Les premiers titres nous mettent gentiment dans l’ambiance et la connexion semble opérer avec des groupies qui ne demandent qu’à hurler de plaisir.BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (33)

BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (41)20H56, après moins de 25 petites minutes de show, tout le groupe quitte la scène pour un intermède musical enregistré ! Il faut bien récupérer (sic) …

Heureusement, deux minutes plus tard, le spectacle reprend de plus belle. Jeremy Miles Ferguson (Jinxx) le guitariste soliste nous sort même un violon en forme de $ du plus bel effet et l’on savoure quelques pépites imparables parfaitement servies telles que Rebel love song ou Perfect Weapon. La proximité avec les 300 personnes est, le croit-on, réelle et sincère. Bref, on prend un réel plaisir à écouter ces hymnes de glam rock survitaminés. Quant-à la reprise du Rebell Yell de Billy Idol, nous naviguons en pure délectation!BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (49)

21H10 : This is our last song for tonight! Quel blagueur cet Andy Biersack, on ne croit mêm’ pas à cette mauvaise vane. Le groupe délivre un excellent Fallen Angels, au refrain imparable que tout le monde reprend en cœur et… quitte la scène. Bouche bée? et on se dit alors qu’il faudra que le rappel dure plus longtemps que le set initial pour être satisfait.

BLACK VEIL BRIDES ! BLACK VEIL BRIDES ! BLACK VEIL BRIDES ! Hurlent les demoiselles en transe…BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (6)

21H15, le retour des héros! Généreux à souhaits, revoilà nos cinq compères, ragaillardis se dit-on! In the end résonne alors dans la trop petite enceinte toulousaine où non, même s’ils n’en ont pas peur (I’m not afraid to die), aucune âme présente ne souhaite que le groupe meure. Pourtant, malgré la pêche délivrée lors de cette ultime chanson, malgré cette dernière communion et le plaisir partagé par nous tous, il faut bien se rendre à l’évidence, à peine commencé, déjà fini…BLACK VEIL BRIDES Toulouse La Dynamo 6.4 (52)

21H20, après 47 petites minutes de spectacle les lumières se rallument.

21H25, la sécurité fait sortir la foule en un temps record. Les gentils vigiles opérant habituellement au bikini ont reçu des consignes. C’est fait avec le sourire, poliment, ce qui n’est pas le cas des roadies américains, désagréables à souhaits.

21H30, Heaven’s Basement signe son album près de la sortie, nous l’achetons et leur témoignons de notre extrême frustration et de notre hâte de les découvrir à Clisson. De nombreuses photos souvenirs sont prises avec le groupe, c’est déjà ça…

21H35, hurlements de nymphettes dans la rue. Dans un van aux vitres teintés les méga super stars viennent de quitter les lieux incognito. Ils filent vers un lieu inconnu de tous ceux qui, dix minutes auparavant, scnadaient à tue tête chacun des vers de leur hits calibrés au cordeau.

C’est déjà fini. Je songe alors à tous les moments chaleureux de partage vécus en ces lieux : Eiffel, The Bellrays, Red Fang, Baroness, Family of the Year et tant d’autres. Il y a un ana et trois jours, nous étions au même endroit avec les quatre belles suédoises de Crucified Barbara pour un moment de fusion absolu, de partage divin qui précéda une after inoubliable. Les temps changent…

Des groupes de jeunes gens restent dans la rue, hébétés, stoïques,  tandis que les flight cases sont rangés dans un autre véhicule. Et dire que certains teenagers dont ce devait être la première expérience live doivent se dire : ‘C’est alors ça un vrai concert!’

___________________

Chronique, Photos, Mise en page : Titi

Merci à Audrey de Bleu Citron

___________________

GALERIE PHOTOS :

%d blogueurs aiment cette page :