Archive pour LA DYNAMO

ROMAIN HUMEAU – Rencontre acoustique – Samedi 03 février 2018 – Toulouse, La Sainte Dynamo –

Posted in ROMAIN HUMEAU Toulouse 3.2.2018 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 3 février 2018 by JATA LIVE EXPERIENCES

Une soirée toute en simplicité. Une offrande dans la proximité tel un partage intime.

Fort appréciée des nombreux ahuris présents ce samedi soir à La Sainte Dynamo, la visite impromptue de ROMAIN HUMEAU dans le belle salle (rénovée et trop peu utilisée) du centre ville pour présenter son nouvel opus, le « renommé » Mousquetaire(#2), s’est avérée des plus chaleureuses!

Blablas incessants et set acoustique rallongé avec arrêts à chacune des étapes de sa carrière solo, ce service puissance 10 (5 cordes et 5 étoiles) avec achat compulsivement jouissif de ladite galette, s’est avéré interactivement savoureux!

Un régal de chaque instant, où les retrouvailles furent non seulement d’ une profonde humanité mais aussi d’un plaisir non dissimulé qui perdurera longtemps dans la nuit.

De Chercher à Toi, en passant par Quixote ou même L’éternité de l’instant, une soirée de profondes libations, une de plus, 50 minutes de live délivré devant la Sainte Vierge par le  Roi des Ahuris que l’on se délecte déjà de retrouver vendredi prochain à Montauban, au Rio Grande!

Chapeau bas Mr Humeau, on vous remercie, on vous admire !ROMAIN HUMEAU Toulouse 2018

Lire aussi : Romain Humeau, Collatéral et de nombreuses chroniques live sur Eiffel colonne de droite sur Jata!

_____________

Merci à Romain et Estelle !!! Photos et intro : Tweety

____________

Les photos de la soirée :

 

 

RAISED FIST + SEPTICFLESH : Ubiquité! (+ MOONSPELL) – Lundi 30 mars 2015 – Toulouse, Le Metronum + La Dynamo –

Posted in RAISED FIST / SEPTICFLESH Toulouse 30.03.2015 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 31 mars 2015 by JATA LIVE EXPERIENCES
AISED FIST SEPTICFLESH MOONSPELL Toulouse 30 mars 2015

RAISED FIST SEPTICFLESH MOONSPELL Toulouse 30 mars 2015

Qui n’a jamais rêvé, à défaut d’avoir l’étoffe d’un super héro, de posséder au moins un pouvoir, unique, magique? Ce soir, il fallait revêtir le don d’ubiquité si l’on voulait profiter du magnifique plateau métal que nous proposaient les nombreuses associations hyper actives dévolues à notre musique au sein de la ville rose.

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (12)Ce sentiment de se trouver à plusieurs endroits au même moment, ce jour là,  pour la première fois, je l’ai un peu ressenti…

La date était pourtant calée, excitante à souhaits : Moonspell revenait déjà nous rendre visite après son passage réussi au Bikini il y a un peu moins de deux ans (lire Pas de panique! ) accompagné d’un groupe majeur, vu lors du dernier Hellfest mais aussi avec Amon Amarth au Bascala en octobre 2011 (lire Des Vikings de coton): Septicflesh. Bref, une aubaine…RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (6)

Lors de l’été dernier, Raised Fist fut ma révélation de l’Xtrême Fest, un coup de cœur inattendu! Je me croyais hermétique à tout ce qui s’apparente au Hard Core et venais pourtant de prendre une décharge qui marquait à jamais ma si riche vie de concerts. Je n’espérais qu’une chose, revoir les suédois au plus vite en tête d’affiche!

N’osant espérer un passage dans ma ville, les prestations du groupe demeurant rarissimes, la jubilation fut totale quand la date de La Dynamo fut confirmée par Niko et Noiser. Joie toutefois de courte durée, le chevauchement avec la date SPM s’avérant des plus agaçants. Une seule issue, l’ubiquité! Plus facile à dire qu’à réaliser! J’en connais plus d’un qui aimeraient, l’espace de certains Hellfest profiter de ce pouvoir illusoire…

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (10)Quoi qu’il en soit, une solution se profilait à l’horizon… Le running time allait me permettre d’assister au concert de Septicflesh de 20h à 21 h puis de filer tranquillement à La Dynamo afin de prendre une déflagration monumentale dès 22 h pour Raised Fist. Damned, j’aurais même pu apprécier 3 chansons de Moonspell mais ne voulant tenter le diable, j’optais pour un pacte subtil avec celui-ci, m’agrippant à ses cornes et me laissant succomber allègrement aux rythmes subversifs de ses tentations tentaculaires en cette soirée des plus particulières.SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (14)

Cerise sur cornes : si la soirée du Metronum attire 500 metalheads, celle de La Dynamo affiche un beau sold out de plus de 300 coreux déchainés. Si l’on ajoute qu’en cet étrange lundi soir et malgré la concurrence la petite soirée  avec les excellents Hirax  tire son épingle du jeu aux Pavillons Sauvages avec plus d’une centaine de thrashers, l’enfer métallique se situe bien au sein de notre citée rose sang!

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (11)Il est 20 heures pétantes au Metronum. SEPTICFLESH entre en scène fort de leur excellent et dernier opus Titan qui ne déroge guère de l’inspiration de leurs précédents efforts discographiques. Beaucoup de fans semblent s’être déplacés pour les Grecs. Les fans ne vont ni être déçus, ni bouder leur plaisir, réservant au quartet de belles ovations.SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (3)

Servis par un son optimal et amenés par le charisme sans faille du frontman Seth Siros vers lequel convergent tous les regards, l’emphase grandiloquant des hymnes death lyriques installent une ambiance qui envoûte, capture l’attention, suscite une certaine solennité…

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (6)Si le groupe a mis à l’écart  la première partie de sa carrière (même l’excellent album Revolution DNA passe à la trappe), il dispose à son actif de tant de classiques (Anubis et Pyramid God illustrent à la perfections l’intensité de ces parcelles de messes fascinantes) que l’heure qui lui est dévolue parait bien courte.SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (5)

Seul bémol, éternel s’il en est, la profusion (néanmoins inévitable) de samples, et surtout l’absence d’un musicien supplémentaire aux claviers, sans doute hors budget pour la viabilité du groupe mais qui lui offrirait peut être une crédibilité accrue lui ouvrant de nouvelles perspectives. D’autant plus que les titres issus du dernier album font mouche (Order of dracul et Prototype, quels hits!).

SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (13)C’est aussi l’occasion pour le groupe de nous présenter leur nouveau batteur Krimh que l’on avait vu déjà jouer dans Decapitated et qui délivrera ce soir une fort belle impression. S’il demeurera délicat se de faire oublier l’excellent Fotis, la jeune recrue, amenée sur le devant de la scène par Seth en fin de set (sic) récoltera les vivas de la foule.

Evidemment, il manque quelques titres majeurs tels le magistral Persépolis. Ne boudons pas néanmoins notre plaisir, SEPTICFLESH vient de nous offrir une excellent show, d’une cohérence et d’une amplitude délectable .

Le set se conclue magistralement avec l’offrande de leur tout nouveau single (et clip), dark lyrique à souhaits, le malsain Prometheus. De quoi marquer les esprits et patienter un tout petit peu, le groupe nous invitant à les revoir dans notre ville avant la fin de l’année!SEPTICFLESH Toulouse Le Metronum 30.3.2015 - Photos JATA - (20)

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (9)La plupart de nos amis semblent sous le choc. Ils ont presque tous opté pour l’affiche du Metronum ce soir. En ce qui nous concerne, Jimmy et moi nous délectons de ce qui nous attend après cette fascinante ouverture de soirée. Après avoir emprunté le chemin des ténèbres oniriques symphoniques, le temps était venu d’embraser la route de la révolte.

Dix petites minutes et nous voilà plongés dans une toute autre ambiance. La dynamo suinte déjà allègrement des vociférations de Black Knives dont le set touche à sa fin.RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (1)

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (14)Sylvie, tranquillement perchée sur la rochelle frontale s’impatiente de lever enfin son poing tandis que nous investissons le premier rang. Dès les premiers accords de Sound of the republic offerts par les suédois, la déflagration s’avère tout simplement inimaginable, pas même entravée par un son qui ne suit pas. Même sur Flow, le dernier single, la voix ne parvient pas à transpercer les premiers rangs tandis que le jack HF du guitariste blondinet Jimmy Tikkanen s’avère récalcitrant. Pris par la fuerie, suis-je le seul à m’interroger, à vouloir aussi en prendre plein les oreilles et pas seulement plein des côtes, les pieds, le dos, le crane?RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (17)

Le groupe stoppe tout, change le jack, affine les derniers réglages et repart de plus belle, servi cette fois par une sono digne de son rang. Bienvenu dans une jubilation totale! Le Chaos est lancé… La transe est telle qu’elle illustre humainement la révolte perspicace d’un groupe tout simplement magique. Uniques en son genre, les hurlements d’ Alexander Hagman sont si harmonieux, les refrains tellement travaillés qu’ils pourraient même être sifflotés sous la douche tels en attestent Some of these times, WoundsPretext ou encore Killing it.  L’empreinte vocale s’avère prépondérante, unique, teintée de fièvre et de passion. RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (8)Parfaits contrepoids de couplets si syncopés qu’ils se déploient sur nous tels un rouleau compresseur à clous, la jubilation s’avère totale, servie par du hard core aux consonances métal dans l’âme. Bref, jubilatoire! Les corps s’entremêlent, se choquent, convulsent à tout va. Ce n’est même plus des pogos, une sorte de marée slammeuse où les pieds se confondent avec les cranes s’abbat sur la Dynamo. Prendre des photos dans de telles conditions relève de la performance, ranger son appareil tant qu’il est encore temps requiert une concentration sans précédent.

RAISED FIST - Toulouse - Official photo - I'm on the right side!

RAISED FIST – Toulouse – Official photo – I’m on the right side!

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (28)RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (27)Rentrons enfin un peu plus dans la danse. Prendre la vague tel un surfeur de foule, ne pas se lasser happer par un courant contraire, vivre l’instant de délire déflagratif comme il se doit. Le sol est désormais parsemé de flaques de sueur. Terrain glissant en perspective. Loin de s’atténuer, le mouvement s’amplifie, la petite salle du centre ville surplombée par la Vierge explose à tout va. Coup de casque arrière dans mon nez, une semaine plus tard, je le sens encore. Mais peu importe, certains doivent encore ressentir également les dommages de ma présence. Les corps s’entrechoquent avec respect. Les risques d’un style, un cri de rage envers le quotidien. Les filles s’avèrent en fuerie, grimpent partout, se jettent sur les gars, s’agitent quasi hystériques.RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (11)

RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (4)Musicalement, Dieu que c’est bon. Certes quelques intros en rappellent d’autres (Man & Earth vs Friends and traitors) mais le groupe est tellement impliqué que l’osmose s’avère totale. Si Jimmy et Alle sont depuis longtemps torse nus, la perfection de leur buste aux abdos et pectoraux ciselés telle de la dentelle organique, n’annihile nullement la présence et la performance de leur  trois comparses Daniel Holmgren, Matte Modin et Andreas Johansson.RAISED FIST Toulouse La Dynamo 30.3.2015 - Photos JATA - (15)

13 titres seulement dont 3 du dernier opus From the North, à peine 55 minutes sur scène mais un tel déploiement d’énergie, une décharge d’adrénaline de tous les instants, des fulgurances magistrales, que demander de plus? Nous aurions certes aimé être galvanisés par l’imparable In Circle mais le point de rupture scrute l’horizon, chaque veine du coup de Alle dessine un chemin si précis que l’issue ne peut se substituer à un précipice fatal s’il rajoute quelques chapitres à la performance.

Ce groupe culte venu du Nord qui avait disparu 6 ans durant et dont j’ignorais tout jusqu’à l’été denier nous a proposé une offrande divine, une prestation telle un brûlot qui hantera à jamais les murs du futur hôtel qui a eu la peau de la Dynamo. Tels des symboles de l’oppression sociétale et des méfaits du pognon à tout va, la soirée se conclue par Perfectly broken et le chef d’oeuvre attendu par tous: Friends and traitors. Tout est dit, cassé, sali. Nous voici embarqué au dessus de la masse, le poing levé!

La classe et le talent ont exsudé leur rage ce soir, partout dans la ville rose. Pour en profiter, il fallait malheureusement avoir un pouvoir, un seul, l’ubiquité….

_________________

Chronique : Titi. Merci à Conan Akiro.

Photos et mise en page : Titi

Merci à SPM et à Fred en particulier! Merci à Noiser et à Niko en particulier!

_________________

LES PHOTOS JATA DE SEPTICFLESH :

LES PHOTOS JATA DE RAISED FIST :

Bonus : le live report de MOONSPELL by Conan Akiro

Une tragique nouvelle a frappé le groupe MOONSPELL dans la journée puisque le guitariste Ricardo Amorim a eu la douleur de perdre son père. Après un moment de réflexion, le groupe a décidé de continuer la tournée (seule la date de Londres a été déplacée pour que Ricardo aille aux obsèques). L’ambiance risque d’être particulière en émotions.

On retrouve MOONSPELL dans les circonstances dramatiques évoquées plus haut. Mais on peut en tout cas admirer leur scène magnifique et un peu malsaine créée par Seth Siros, le frontman de SEPTICFLESH, déjà auteur de nombreuses pochettes d’albums (dont celles des trois derniers opus des portugais). Comme pour les Grecs précédemment, le son est nickel et on peut se délecter des nouvelles offrandes de l’excellent dernier album: le puissant Breathe, le nouveau classique Extinct (vraiment très bon avec sa petite touche indus) ou encore The future is dark très chargé en émotions  avec sa ligne mélancolique. Alors évidemment, par rapport à la puissance de Septicflesh, la musique de MOONSPELL est bien plus calme et l’ambiance est quelque peu retombée. Mais cela n’empêche pas le public d’être très chaleureux en applaudissements. Et puis, il faut bien dire que le groupe ne va pas se « lâcher », vu le drame qui les touche. Cela n’empêche en rien le show d’être excellent.

Bien-sûr, un concert de Moonspell ne peut se faire sans les grands classiques que sont MephistoVampiriaAlma mater,  ou Opium . Mais je suis content également d’entendre des titres plus rares comme Wolfshade issu de l’album Wolfheart dont on fête les 20 ans cette année. Et bien sûr, c’est le traditionnel Full Moon Madness qui clôt la soirée.

On a beau voir Moonspell très souvent sur Toulouse, il est décidément impossible d’être déçu par un concert du groupe. A chaque fois, ils trouvent le petit truc pour se renouveler et garder leur popularité intacte. On leur souhaite encore une longue carrière. Bravo!

SOLSTAFIR : Le paradoxe islandais ( + NORDIC GIANTS + OROB ) – Jeudi 29 janvier 2015 – Toulouse, La Dynamo –

Posted in SOLSTAFIR / NORDIC GIANTS Toulouse 29.01.2015 with tags , , , , , , , , , , , on 30 janvier 2015 by JATA LIVE EXPERIENCES

solstafirSOLSTAFIR (8)C’est un des groupes phares de la scène islandaise qui nous est offert en guise d’ouverture de notre année live 2015 dans l’antre intimiste et déjà regretté d’une Dynamo qui va bientôt tirer sa révérence en ces lieux…

Premier paradoxe; nous voici motivé par cette date alors que quelques mois plus tôt au Hellfest, ce n’était ni l’heure, ni le moment de fouler la Temple lors de leur prestation… Belle séance de rattrapage en quelques sorte…

Si la pluie s’est copieusement invitée dans la ville rose en cette soirée de jeudi 29 Janvier, elle n’est pas antinomique de la complexité claire obscure de la riche musique de SOLSTAFIR.

Depuis leurs débuts, axé métal extrême, les islandais ont peu à peu évolué vers un post rock des plus envoûtants avec une micro touche de pagan. Des compositions principalement entonnées dans leur langue d’origine, parfois difficiles d’accès, ne les ont pas empêché d’avoir un succès mérité comme en témoigne cette salle remplie à ras bord et sold out depuis déjà quelques jours. C’est également le cas pour  les trois autres dates hexagonales. Belle perf’ s’il en est…

maxresdefault Pour l’heure, nous voici déjà propulsé dans l’univers  barré, envoûtant à souhaits d’un duo anglais improbable et magique au patronyme déstabilisant: NORDIC GIANTS. Très éloigné du métal, les musiciens de Brighton évoluent davantage dans un electro rock ambiant et tribal qui va vite s’avérer fascinant.George-Trumpet-750x500 Le coté visuel s’avère impressionnant avec une infrastructure scénique jamais vue en ces lieux. La mise en scène se veut des plus précises, de somptueux  lights enveloppent nos deux lascars déguisés en créatures fantastiques sorties tout droit de peintures de Jerome Bosch tandis que des courts métrages sont diffusés sur deux écrans qui propulsent la complexité de l’oeuvre dans une sphère onirique des plus prenantes. Aucune communication, une sensation contemplative n’atténuent pas de remarquables montées de tension très cinématographiques.404632_494362483932003_1681080539_n-1 L’univers se veut fantasmagorique à souhaits, porté par un aspect quasi shamanique décuplé par des costumes, peintures et masques à plumes et ossements ne laissant nullement entrevoir le visage des multi instrumentistes. Ceux-ci se font face, principalement jonchés derrière leur claviers et batteries imposants. Si des voix et visages semblent sortir des écrans, nous voici immergés dans une ambiance sf, quasi survival d’horreur! Si tu as fumé juste avant le show, tu peux partir très très loin… Les protégés de Steven Wilson (qui s’est occupé de la production de leurs oeuvres) ont pu ce soir, en l’espace de quarante minutes déstabiliser une partie de l’auditoire. Quoi qu’il en soit, nous ressortons de ce voyage fort et original avec la furieuse envie de nous replonger dans cette fascinante expérience planante. Vraiment impressionnant et très réussi!

Le clip de TogetherEn live à BrightonThe Seed live – Extrait du live de Lyon

Screen-shot-2012-10-31-at-10.32.29-750x499

SOLSTAFIR (1)Probablement dù à l’énorme matériel mis en place par nos Géants Nordiques, les premières parties furent inversées alors que nous avions un temps pensé avoir manqué le premier groupe. Nous voilà à présent dans un tout autre climat. Changement radical de style puisqu’on passe maintenant à du black métal atmosphérique avec un grand espoir toulousain: OROB. Portés par des compos toujours aussi massives et noires, le groupe semble avoir encore franchi un pallier.  Seul petit bémol, ils n’ont droit qu’à 25 minutes de temps et quatre titres des plus efficaces. C’est certes trop court mais c’est suffisant pour marquer les esprits et avoir de nouveaux fans tant et si bien que certaines personnes  réfractaires au métal extrême semblent avoir adhéré. A noter le dernier titre proposé,  The wanderer. Un nouveau morceau tout simplement digne des plus grands groupes du genre où le guitariste Andréa nous gratifie d’un riff des plus entêtants. Court mais efficace!

Ecoutez ici leur EP complet…

SOLSTAFIR (3)Les plus attendus ce soir sont bien entendu les membres de SOLSTAFIR. Bienvenue dans un univers ambiant post rock teinté de prog’ et très atmosphérique façon western islandais … Tout un programme! Si le look du trio frontal peut déconcerter ou émerveiller avec chapeaux de cowboy et banjo de rigueur, quand la musique commence, nous voici tout de suite transporté hors de la grisaille hivernale actuelle. Nous sommes au cœur du paradoxe islandais!

Bienvenue dans les grands espaces volcaniques et glacés du grand Nord. Servis par un excellent son et des musiciens en grande forme, le trio frontal capte tous les regards tandis que Karl Petur, nouveau venu derrière les futs, s’avère d’une parfaite maîtrise, sobre et efficace. Quelques jours seulement après son intronisation au pied levé en remplacement de Gummi, le performance n’est pas négligeable!

SOLSTAFIR (7)Loin du Viking black métal des débuts, nous nous délectons désormais d’ambiances bien plus psychédéliques et captivantes, servies par un Aðalbjörn Tryggvason (ou Addi) aux solos renversants et à la voix chaleureuse. Svavar Austman, le bassiste au Borsalino ne masquant pas ses longues tresses blondes et le cowboy des mers du Nord Sæþór Maríus Sæþórsson  à la guitare et au banjo apportent cette touche particulière qui séduit l’auditoire. Si l’on ajoute à la présence charismatique du frontman au sens de l’humour des plus détachés, le personnage s’avère vite attachant.

– Vous n’avez jamais été en Islande. Vous n’avez rien raté. Il n’y a que 3 volcans et quelques brebis…

SOLSTAFIR (2)Par bonheur, le dernier et excellent album Otta est mis en avant avec pas moins de quatre extraits (dont le fabuleux titre éponyme, une merveille). Loin de s’endormir, le public répond avec ferveur et s’enivre de ses longs hymnes terriens où les grands espaces transparaissent et transcendent les sensibilités. Mais si mélancolie il y a, le post rock du groupe se conjugue avec proximité dont peuvent se réjouir quelques demoiselles des premiers rangs.

Svartir Sandar, Lágnætti, Djákninn ou Rismál   propulsent le set du soir vers une expérience aux ambiances apocalyptiques des plus hypnotiques ou repos et esprit torturé se conjuguent à travers un post rock passionnant et passionné.

Les explosions sonores nous prennent aux tripes. On ne voit pas le temps passer et c’est avec le grand classique Fjara puis Goddess of the ages que s’achève cette superbe soirée où les Volcans nous ont caressé de leur harmonieuse lave délicate nous propulsant ainsi à la source du paradoxe islandais…SOLSTAFIR (10)

Full set du Hellfest 2014

_________________

Chronique : Titi. Spécial thanks to Conan Akiro.

Crédit photos : website Solstafir et Nordic Giants. Désolé pour la qualité ridicule de nos photos purement illustratives (pas d’accred photos sur cette date).

Merci à Noiser, à Niko en particulier et à l’équipe de La Dynamo.

________________

%d blogueurs aiment cette page :