Archive pour ELYOSE

TARJA : Haluan tavata TARJA! ( + ELYOSE ) – Lundi 3 février 2014 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in TARJA Toulouse 3.2.2014 with tags , , , , , , , , , , , , , , on 4 février 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

TARJA Toulouse  Le Bikini 3.2.2014 Pics Jata (40)bast

« Haluan tavata TARJA! » (Je souhaite rencontrer Tarja!). Une petite phrase et le rêve se réalise… Il suffisait d’être au jus, de suivre la piste sur facebook, d’arriver assez tôt, de prendre son mal en patience et de délivrer en finnois ce délicieux sésame au responsable du merchandising. Si vous étiez dans les cinq premiers, celui-ci vous conduisait jusqu’à votre idole. Belle initiative que d’inviter cinq heureux veinards backstage lors d’un meet and greet des plus chaleureux qui dénote de la part de la Diva une simplicité et un état d’esprit des plus remarquables! Chapeau bas, d’autant plus que Bastien, mon ami fan assidu qui ne compte pas les kilomètres à pu profiter, à domicile, de cette magnifique opportunité…TARJA Toulouse  Le Bikini 3.2.2014 Pics Jata (25)

TARJA Toulouse  Le Bikini 3.2.2014 Pics Jata (21)De quoi commencer on ne peut mieux cette tournée française et cette soirée pour le grand retour dans la ville rose de celle que beaucoup ont surnommé (affectueusement ou non!) la  Diva du métal.  Deux ans, est-ce trop tôt? C’est la question que beaucoup se posaient à l’écoute de certaines rumeurs laissant entendre que cette date serait un bide monumental côté affluence. Heureusement, il n’en fut rien tant et si bien que plus de 600 personnes ont répondu présentes pour soutenir le meilleur opus de la cantatrice métal finlandaise : Colours in the dark. présentes selon le Bikini), Bien que les concerts de hard rock au sens large se soient multipliés ces derniers temps avec  des dates moins onéreuses, cette bonne surprise fait d’autant plus plaisir que la prestation sera de haute volée…TARJA Toulouse  Le Bikini 3.2.2014 Pics Jata (5)

Ce qui ne sera pas le cas, disons le tout de suite, du groupe de première partie : ELYOSE. Le groupe avait déjà assuré il y un peu plus d’un an la première partie de Thérion (il avait été quand même meilleur) et peu affirmeront, après cette prestation des plus approximatives que ce combo est le grand espoir de la scène métal française… En fait, la formation parisienne nous sert un electro-métal qui se veut original mais suscite vite un certain ennui. Desservi qui plus est par un son plus que moyen et des éclairages sombres, ce ne sont pas les interventions maladroites de Justine, la chanteuse, qui arrangent les choses. Heureusement, le public réagit poliment et respecte les artistes…Trente minutes, pas plus … heureusement!

TARJA Toulouse  Le Bikini 3.2.2014 Pics Jata (18)Tout commence donc avec TARJA. C’est un peu comme si nous étions propulsés dans un restaurant étoilé après avoir mangé son entrée dans un Kébab.

Comme il y a deux ans, un grand rideau masque la scène et s’ouvrira après une intro symphonique et grandiloquente. S’il est toujours transparent, il n’arbore plus le visage de la belle, juste le titre du dernier album. La scène est toujours aussi bien agencée, l’immense kit de batterie se trouve à droite, le clavier au fond  tandis que le violoncelle occupe le côté gauche, les trois musiciens étant juchés sur de petites estrades. Des draperies du plus bel effet complètent la scène.  Et si ce set va se vouloir plus sobre qu’il y a deux ans (il n’y aura pas de démonstration de l’excellent batteur Mike Terrana au profit d’un passage musical du plus bel effet le temps que la Diva se change pour notre plus grand plaisir), cela sera toujours au profit du chant et des compos.TARJA Toulouse  Le Bikini 3.2.2014 Pics Jata (15)

Même si lors de certaines parties des samples viennent soutenir, doubler ou tripler la voix de la chanteuse, celle-ci impressionne au naturel et ne force pas son talent ni son organe pour nous propulser dans son univers inspiré qui n’a d’égal qu’un charisme stupéfiant fait de sourires, de proximité, de regards chaleureux. Habitée par sa musique, le Diva délivre un set ou énergie et communication émanent d’un groupe qui semble uni où seule la nouvelle bassiste a changé depuis le dernier passage en nos terres.

De ce set finalement ramené à la musique,  la performance de Tarja ce soir fut juste parfaite. Habitée par sa musique, simplement heureuse de poursuivre brillamment sa carrière, elle se montre décontractée, proche de son public qui le lui rend bien et lui offre roses et  peluche.

TARJA Toulouse  Le Bikini 3.2.2014 Pics Jata (31)Pour nous, c’est l’occasion de découvrir des extraits live du dernier opus Colours in the dark. On appréciera tout particulièrement le très énergique Never Enough avec un final instrumental énorme (un des moments forts de la soirée) ou encore le single Victim of Ritual , son rythme martial et le jeu de guitare subtil de l’excellent  guitariste allemand Alex Scholpp .

Comme de coutume, la soirée ne serait pas parfaite sans un morceau de Nightwish, son ancien groupe. Et ce sera Wish I had an angel qui sera servi ce soir d’une manière des plus heavy pour notre plus grand plaisir.

La number one  des chanteuses de métal symphonique nous a comblé même si ce set (1h25, c’est un peu court!) a fondu  tel un bloc de glace sur une plage en plein été. Haluan tavata TARJA! Jamais le finnois ne fut aussi porteur de rêve à Toulouse…

_________________

Chronique :  Titi & Conan Akiro.

Photos (3 premiers titres) : Titi…. Photos additionnelles : Lucie.

Merci à Camille de Bleu Citron et à l’équipe du Bikini.

________________

Lisez aussi : TARJA, faites place à la Diva

LIENS :

TARJA WEBSITE

TARJA MYSPACE

FANCLUB FRANCAIS DE TARJA

LES PHOTOS JATA DE TARJA :

 

THERION : Le mystère Therion (+ ANTALGIA + ELYOSE ) – Dimanche 7 octobre 2012 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in THERION Toulouse 7.10.2012 with tags , , , , , , on 8 octobre 2012 by JATA LIVE EXPERIENCES

 

THERION, 4 attitudes...4 chroniques

THERION, 4 attitudes…4 chroniques

4 CHRONIQUES POUR CE CONCERT :

Christofer Johnsson, maitre à penser de THERION

Christofer Johnsson, maitre à penser de THERION

Comment rester insensible ou indifférent à THERION, l’un des groupes les plus orginaux de la planète ? Le seul concept du combo poussant lyrisme et métal à son paroxysme n’est pas étranger à l’affaire. Si l’on ajoute que le groupe revient en nos contrées pour soutenir ‘Les fleurs du mal‘, disque de reprises de chansons françaises archi connues des 70’s où complètement inexploitées par notre propre patrimoine musical, on s’interroge. Si le principe de cette nouvelle exploration en rebutera plus d’un ou fascinera les autres dont je suis (mais pourquoi avoir omis de jouer Initials BB de Gainsbourg, superbement repris sur galette?), comment ne pas s’incliner devant l’implication aristique absolue dont Christofer Johnsonnous narrera le genèse durant deux longs intermèdes…

Mystère aussi de constater que le groupe n’attire que 500 personnes ce soir alors qu’il y en avait le double deux ans plus tôt au phare ( Lire Wanna play football with Thérion ?  ) …

Mystère que ce décor minimaliste pour servir une partition majestueuse à souhaits qui honore 25 ans de création…

Mystère avec l’apparition surprenante mais ô combien raffraichissante de la jolie danseuse orientale d’ Orphaned Land

Enfin, mystère et surprise quand, en conclusion d’une soirée ailleurs, magique, épique, cohérente et généreuse (2 groupes intéressants + 135 minutes de set pour Thérion!), je constatais avec stupéfaction que la palette des sensations éprouvées n’était pas aussi enthousiaste que la mienne et celle de mes amis du premier rang. (Lire plus bas la chro de J.Luc).

Thomas Vikström pose pour JATA !

Thomas Vikström pose pour JATA !

Servi par un son exceptionnel et porté par un trio de chanteurs d’un autre monde (quelle impression fascinante laissée par Thomas Vikström !!!) pourvu d’une technique, d’une justesse et d’un coffre çà faire pâlir de rage bien des apprentis brailleurs, le groupe de métal lyrique aux allures steam punk nous aura amené dans un univers sans nul autre pareil. De quoi enrager de l’absence de personnes chères à mon cœur qui se seraient sans nul doute délectées d’une telle maestria et en auraient frémit de bonheur.  Deux simples mots pour conclure : Respect et Merci!

TITI

Un seul être vous manque et tout est dépeuplé !

Therion, mon groupe favori sur scène est de retour à Toulouse. Leur performance de 2007 au Bikini, pour la tournée du vingtième anniversaire, restera l’un des meilleurs concerts de ma vie. Celle de 2010 au Phare était un peu moins convaincante mais néanmoins suffisante pour justifier un déplacement à Limoges 3 jours après pour les revoir sur le Sitra Ahra Tour.De plus, cette tournée 2012 du vingt-cinquième anniversaire du groupe passe par le Bikini, salle dont la réputation n’est plus à faire, pour promouvoir un album de reprise de chansons française! Pas de doute possible, ça va donc être le concert de la décennie! Verdict final? Énorme déception !
THERION tel un tableau

THERION tel un beau tableau

Avant tout, un mot sur l’attitude lamentable du public du Bikini ce 7 octobre. Lorsqu’un groupe suédois estime ne pas avoir le niveau de langue suffisant pour s’adresser au public en français, il est normal qu’il utilise l’anglais, qui pourrait l’en blâmer ? Et lorsque ce même groupe sort un album de chansons françaises, langue que les membres ne maîtrisent pas et ont dû apprendre, la moindre des choses et de les laisser s’exprimer en anglais sans les siffler. Cet espèce d’obscurantisme franchouillard et irrespectueux, marque de fabrique du public français, est vraiment déplacé !
Ceci étant dit, le groupe a publié sur son site 3 semaines avant le concert une info à côté de laquelle je suis complètement passé : le départ de Snowy Shaw, chanteur et poumon de ce groupe. Quelle surprise de découvrir le trio de chanteurs ce soir là ! Lori Lewis et Thomas Vikström sont bien présents tandis que Katarina Liljaa été remplacée par une jolie blondinette dont la performance a été correcte mais qui n’occupe pas encore la place nécessaire pour exprimer tout son talent.

Thomas Vikström dans un segment particulier du concert.

Thomas Vikström dans un segment particulier du concert.

Côté musiciens, nouveau bassiste, batteur et claviériste. A la basse, finis les headbangings sauvages de Johan Niemann ou de Waldemar Sorychta (tournée 2010, ancien guitariste de Eyes Of Eden), le nouveau bassiste joue juste mais se contente de jouer. A la batterie, difficile de faire plus inexpressif que le nouveau batteur. Finis aussi les performances vocales de Petter Karlsson— quelle voix, sur Thor (The Powerhead) ! — batteur de la tournée 2007 -, le nouveau se contentant de jouer, caché derrière ses lunettes de soleil durant tout le concert. Au clavier, nous avons un Padre qui remplace le moine organiste de 2007 mais qui ne participe pas non plus au show. Ce qui m’avait vraiment frappé alors, c’est que chacun, quel que soit son rôle, apportait sa pierre à l’édifice pour faire en sorte que le show décolle et ne retombe jamais comme un soufflé. C’était « Non Stop Action », le moine organiste relançant tout le temps le public pour le faire participer, les musiciens headbanguant joyeusement et couvrant toute la scène. Dans sa mouture 2012, tout ceci est terminé, les musiciens jouent, rien de plus.
Lori Lewis & Thomas Vikström, impressionnants !

Lori Lewis & Thomas Vikström, impressionnants !

Désillusion également quant au spectacle proposé. Ce groupe possède une excellente réputation de scène mais, en 2012, les éléments du décor sont d’une pauvreté absolue. Exit les grilles, tapis, bougies, le véritable orgue (!) et les divers accessoires qui nous mettaient dans l’ambiance. Aucun élément  ne rappelle que la tournée est une tournée anniversaire ! Même le rideau de fond de scène fait chiche à côté de ce que le groupe proposait sur ses précédentes tournées. A la décharge des musiciens, il faut dire que leur label les a lâchés car il ne croyait pas en la réussite du nouvel album. De fait, Christofer Johnsson a dù auto-produire son dernier bébé.
Que dire de l’attitude de Nuclear Blast, le label de Theriondepuis des années, qui laisse tomber leur protégé car le nouvel album ne sera pas assez rentable? Encore une lamentable décision justifiée par une politique du chiffre à court-terme des plus dommageables. Car qui est le dindon de la farce au final? Le groupe certes qui doit emprunter et prendre un risque financier pour auto-produire son album — qui sera rentable, je ne m’inquiète pas trop, mais pas assez pour Nuclear Blast — mais aussi le public qui, à cause de cela, doit se contenter d’une tournée au rabais!

Les premiers ranbgs du Bikini ce soir là...

Les premiers ranbgs du Bikini ce soir là…

L’équipe a changé et le décor est réduit à sa plus simple expression, certes, mais le groupe est bel et bien là. Alors qu’en fut-il du concert à proprement parler? Là encore, cruelle déception. Certes, tout est très bien interprété, tout est très bien chanté mais la magie n’opère plus. Exit le métal gothique qui avait fait la force du groupe les années précédentes et place maintenant au métal symphonique faisant la part belle aux voix de Lewis et Vikström. La tendance est désormais au lyrique pur et dur et ça ne colle pas avec le passé du groupe. Les chansons sont très molles, le show a du mal à décoller, la torpeur s’abat sur moi et le groupe ne fait pas grand chose pour réchauffer l’atmosphère. Il n’y a rien à dire sur la prestation, c’est remarquablement interprété et chanté mais les chansons paraissent fades, froides, sans relief, extrêmement molles, bref, ça manque de piquant, de punch. Il faudra attendre 1h40 avant que le show ne décolle réellement! Il manque la voix grave de Snowy qui donnait tant de profondeur aux titres et qui apportait un plus indéniable. Ça manque aussi d’énergie, tant musicalement que scéniquement. Là où Snowy Shawaurait couru pour traverser la scène, se serait roulé par terre ou aurait poussé une grosse gueulante gutturale ou aiguë, nous n’avons plus droit qu’à des voix d’opéra aseptisées et une posture raide… de chanteur d’opéra.

THERION version 2012

THERION version 2012

Le problème dans ce métal opéra, c’est que nous avons bien eu droit à l’opéra mais que les suédois ont oublié la partie métal en Suède. Même les anciens titres ne sonnent plus pareils ! Ginnungagap version Vikström manque cruellement de profondeur sur le refrain. Sa voix n’est pas assez grave, comparée à celle de Shaw (regardez ceci). Et que dire de Blood Of Kingu ? Les fans de Mats Leven (voir ici) et de sa voix «rauque ‘n’ roll» seront également déçus par la prestation de Vikström. C’est pourtant un excellent chanteur mais sa voix ne colle absolument pas avec ces chansons car ses prédécesseurs ont imposé leur patte dessus. Elles ne sont pas faites pour être interprétées par un chanteur d’opéra, tout simplement. J’ai conscience d’être dur en disant cela mais Vikström n’a absolument pas les épaules pour tenir une scène tout seul. Sa voix lisse et aseptisée manque de puissance ; il manque cruellement une voix de braillard à la Shaw ou à la Leven pour donner plus de puissance à un show soporifique. D’ailleurs, plus aucun chanteur du groupe n’est actuellement en mesure de chanter en guttural, non pas que je sois fan mais c’est un comble pour un groupe qui a débuté par du death metal! D’autant que ça aurait donné un peu de puissance sur des titres qui en manquaient cruellement. Sur les tournées précédentes, Vikström était très bon parce que sa voix douce et claire arrondissait la voix grave et puissante de Shaw.  Certes, la nouvelle chanteuse n’est, elle, pas une chanteuse lyrique, sa voix complète bien celle de Lewis mais il manque encore une voix d’homme, de vrai braillard. Un timbre comme celle de leur voisin norvégien Eddie Guz (ex-Chrome Division) compléterait à merveille la (trop?) belle voix de Vikström.

Thomas Vikström à la flute...

Thomas Vikström à la flute…

Que dire également de cette setlist bancale, faisant la part belle aux chansons lentes pour mettre les voix de Lewis et Vikström en valeur? Où sont donc passées les chansons plus rythmées comme Der Mitternachtslöwe, Schwarzalbenheim, Sitra Ahra et surtout Grand Finale et Summer Night City, des oublis intolérables! Les occasions de headbanguer sont rares, les chansons entraînantes ayant été jetées aux oubliettes.
En résumé, des musiciens talentueux mais peu impliqués, un décor inexistant, une setlist tronquée, des absents de marque, une touche lyrique omniprésente et étouffante font de ce concert une cruelle désillusion! Le groupe joue tout de même 2h, l’interprétation musicale est excellente, les voix sont magnifiques mais là où nous avions sur les précédentes tournées un excellent show, nous n’avons plus droit qu’à un concert acceptable. Cet avis n’engage que moi mais là où les scènes du Bikini et même du Phare me paraissaient trop petites pour autant de talent, j’ai maintenant l’impression que la scène est trop grande pour eux. Un concert à oublier. Reviens, Snowy, reviens vite…
JEAN LUC S

Voici donc la dernière tournée d’un groupe habitué des lieux dans notre bonne ville de Toulouse. Dernière car Christofer Johnson a désormais le projet d’un grand opera rock qui prendra plusieurs années, ce qui fait que nous n’aurons pas d’autre tournée ou album avant longtemps. Il en résulte comme d’habitude de gros changements de line up puisque le grand chanteur Snowy Shaw est parti, laissant seul Thomas Vikstrom au chant masculin. Mais le groupe est tout de même venu avec un disque spécial Les fleurs du mal qui a fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines. Il est constitué de reprises de chansons françaises (Gainsbourg, France Gall, Marie Laforet…) et cela a divisé les fans.

ANTALGIA aura commencé trop tôt!

ANTALGIA aura commencé trop tôt!

Mais place aux premières parties avec les Espagnols d’ANTALGIA qui débutent devant un parterre clairsemé (il est vrai qu’il y a eu visiblement de com’ entre la billeterie qui annonce 20h30 et l’orga qui elle fait débuter à 19h30). Rien d’original dans ce genre (rock gothique à voix féminine). C’est gentillet, sans plus, et le groupe ne parvient à retirer que quelques applaudissements polis des spectateurs présents. Seul le guitariste Igna Jovertire son épingle du jeu avec une technique irréprochable. Mais ce set ne restera guère dans les mémoires.

Justine Daaé, chanteuse d'ELYOSE.

Justine Daaé, chanteuse d’ELYOSE.

On continue avec les petits Frenchies de l’étape. ELYOSE nous vient de la région parisienne défendre son premier album (pas mal comme promo). Cette fois-ci, cela change un peu de ce qu’on entend dans le genre puisque des éléments electro, voire techno se mêlent au métal symphonique. Et ça marche, le public est réceptif et on se laisse aller à bouger sur les morceaux bien pêchus de la formation. La chanteuse Justine, bien qu’un peu maladroite dans ses interventions parlées, affiche un réel potentiel. Le groupe a en tout cas de bons arguments pour percer.

ELYOSE in pink city.

ELYOSE in pink city.

Alors que nous réserve THERION pour ce soir? Première constatation, le show se veut minimaliste au possible sur le plan visuel. Il n’y a aucun décor, seul le nom du groupe apparait sur une grande draperie noire. Le départ de Snowy Shaw n’est sans doute pas étranger à cette situation. Fort heureusement, les musiciens sont au top. Car lourde était la tache pour Thomas Vikstrom d’assurer les voix masculines et il s’en tire plus que bien, gagnant en charisme et s’affirmant enfin comme un frontman de premier plan. C’est également le cas du guitariste Christian Vidal, mis en avant ce soir, qui prouve qu’il est un soliste de grand talent. Et que dire de la chanteuse principale Lori Lewis, à chaque fois plus extraordinaire. La grande force du groupe est également de remettre en cause à chaque fois sa set-list. Ainsi ce soir, on a droit à quelques raretés (Gothic Kabbalah, Land of Canaan…) magnifiquement interprétées. Évidemment, des morceaux des Fleurs du mal sont également chantés ‘(Poupée de cire poupée de son, Une fleur dans le cœur…). C’est sur, ça choque un peu à la première écoute mais après réflexion, on se dit que ce n’est finalement pas si mal et qu’il y a beaucoup de travail derrière. Bien sur les classiques ne sont pas oubliées, au grand bonheur des spectateurs (Blood of kingu, To Mega Therion, Rise of Sodom and Gomorrah…). Bref, au total, 2h15 de show (ça change des 40 minutes de Madonna, non?).

Thomas Vikström, plus de présence et de charisme...

Thomas Vikström, davantage de présence et de charisme…

Therion a une nouvelle fois frappé fort les esprits, certains affirmant meme avoir vu le meilleur concert du groupe (pour ma part, cela reste le concert des 20 ans joué en ce meme lieu en 2007, avec Theli interprété en intégralité). Souhaitons maintenant bonne chance aux musiciens du groupe pour l’orientation nouvelle donnée à leur carrière.

AKA AKIRO


C’était la quatrième fois que j’allais assister à un concert de Therion. Les trois fois précédentes restent d’agréables souvenirs, voire plus… Il y avait la tournée pour l’anniversaire de Theli où cet album avait été repris en intégralité en guise de rappel. Il y avait également leur prestation au Hellfest 2007 qui montrait que le groupe était autant à l’aise en festival qu’en salle. Et enfin, le meilleur, la tournée de l’album Sitra Ahra qui m’avait totalement ébloui grâce aux jeu de scène des chanteurs et chanteuses. Therionallait-il pouvoir renouveler la magie du dernier concert auquel j’assistais?

Christofer Johnsson, métal attitude!

Christofer Johnsson, métal attitude!

Nalle Pählsson, un bassiste pas avare de dons de médiators.

Nalle Pählsson, un bassiste pas avare de dons de médiators.

Cette fois-ci nous les retrouvions fêter leurs 25 années d’existence et la peur m’avait saisi : une setlist banale (dans le sens où, à part des titres rares, rien ne surprends), le départ de Snowy Shaw et de Katarina et un album de reprises de variétés françaises me laissaient perplexe. Cependant, petit à petit, je me suis surpris à aimer des titres de l’album et je me rendais donc au Bikini confiant. Ce concert de Therion ne sera pas aussi bon que celui qu’ils avait fait au Phare, pas autant magique, le manque de Snowy et Katarina se fera cruellement ressentir surtout qu’ils furent remplacés par une seule chanteuse qui ne possède pas le charisme et l’aura des autres performeurs. Cependant le concert était très bon même s’il mit un peu de temps à entamer les « choses sérieuses ». Le groupe envoie toujours autant du scène, mené par un Christofer Johnsson très énergique, présent et parleur. Le père de Therion sera vraiment le quatrième frontman du groupe ce soir. Il le portera tout au long du show sans jamais ralentir ne serait-ce une seconde. Thomas Vikström et Lori Lewis auront toujours autant la classe (même si, une fois de plus, nous regretteront l’harmonie qui régnait avec leurs deux anciens collègues). « Ginnungapap« , « The Rise of Sodom and Gomorrah« , « Son of the Sun », « Son of the Slave of Time » ou l’indispensable « To Mega Therion » feront des ravages et réveilleront la foule. Pour conclure, je peux dire que tous les ingrédients étaient là pour que tout se passe bien : un groupe génial et en forme, l’alcool et la bonne compagnie . Je peux même enfoncer le clou en disant que c’est un des meilleurs concerts toulousains que j’ai fait cette année, voire LE meilleur concert toulousain de 2012!

MISANTHROPE

Salut final...

Salut final…

_______________

Chronique : Titi, Jean-Luc, Conan Akiro, et Misanthrope

Mise en page et photos : Titi

________________

Merci à Fred et aux éqipes de SPM et du Bikini.

________________

SET LIST :

THERION, le set list de Toulouse.

THERION, le set list de Toulouse.

LIENS :

WEBSITE DE ANTALGIA

FORUM OFFICIEL DE ELYOSE

WEBSITE DE THERION

%d blogueurs aiment cette page :