Archive pour CONNEXION CAFE

TAGADA JONES : Shaker de consciences… – Vendredi 19 Décembre 2014 – Toulouse, Le Connexion Live –

Posted in TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 20 décembre 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

1416481134_Bandeau_fb_Tagada_jonesTAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (19)Allez savoir pourquoi, aussi étonnant que cela puisse paraître, votre serviteur (qui accumule pourtant les concerts) n’avait jamais prêté attention à TAGADA JONES. Ce nom étrange peut être, qui n’évoquait qu’une fraise rouge importée des States dans mon esprit trop étroit…

Aussi incroyable que cela m’apparaisse aujourd’hui, je n’avais même pas coché le créneau de leur prestation au Hellfest que nous avions alors allègrement zappé sur la Warzone, mon petit groupe et moi, lors de la précédente édition du festival.

Le choc n’est intervenu que deux mois plus tard, lors de l’Xtrême Fest. En cet inattendu dimanche 3 août, j’eus deux coups de cœur immédiats : TAGADA JONES qui conféra une ambiance des plus festives non dénuée de sens à la journée puis Raised Fist, tel un coup de poing en pleine face…

Nous y voici, le dernier concert de cette folle année 2014 s’ouvre à nous. Quel plaisir par conséquent de clôturer une année absolument sidérante par une bonne dose de punk rock à la française, revendicative et subversive à souhaits avec cette presta de TAGADA JONES en tête d’affiche!

fgtpap

Tandis que la salle du centre ville se remplit tranquillement, nous voici propulsé dans un univers atypique voir anachronique. Francky goes to Pointe-à-Pitre distille un zouc rock  qui, à défaut de s’avérer endiablé, a le mérite de reposer l’auditoire avant le combat qui suivra dans le pit. Colliers à fleurs de type hawaïen, palmiers et perroquet gonflables, le groupe sans chanteur nous propose un décalage total et une introduction tranquille à la soirée.

TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (6)Alors que nous commencions à nous interroger sur l’assistance, nous voici rassurés et surpris d’avoir toutes les peines du monde à rejoindre les premiers rangs. La foule s’est en effet compactifiée en un temps record. Si la salle n’affiche pas complet, le public a répondu une nouvelle fois présent en masse.TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (8)

Je retrouve vite ce qui m’avait frappé lors de l’Xtrême fest : cette proximité du groupe et de la foule, une étonnante propension des musiciens à distiller des messages politiques forts et sensés sur les dérives d’une société en perdition, le tout servi par un punk rock habité teinté d’une bonne dose de métal dévastateur qui ne se départit jamais d’un réel esprit de fête et de partage.

Autour de moi, les crêtes sont légions, elles s’inscrivent dans le paysage de visages enjoués sous toutes les longueurs et les couleurs. Cheveux longs, cranes rasés, tout ce beau monde va s’entremêler sur les accords dévastateurs des bretons qui ne nous laisseront aucun répit pour nous remettre de chacune des déflagrations propulsées avec une ardente conviction. TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (10)L’ultra efficace De l’amour & du sang ouvre le bal des pogos. Issu de Dissident, dernier brûlot du groupe, fascinant d’efficacité, nous voici propulsés dans un tourbillon de refrains entêtants à reprendre en cœur. Anticapitalisme, dictature des médias et des apparences (Dissident), mondialisation, le règne du fric et du pouvoir ne cesse d’être évoqué, dénoncé, méprisé par ceux dont l’impulsion anarchique se veut salvatrice.TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (13)

Cet univers mondialisé va trop vite pour finalement tourner en rond, la société de consommation ne fait que creuser le fossé. L’appel à réagir est lancé dont seuls les « La la la  » euphorisants résonnent parfois comme les complaintes jouissives et inconscientes des espoirs vains de l’éternel enfant qui sommeille en nous. Ces envolées d’allégresse demeurent un parfait contrepoids à la voix rauque et enragée d’un Niko par ailleurs souriant et enjoué dès qu’il s’adresse à la foule. La zique reste brute de  décoffrage. Sans fioriture, les riffs tronçonnent dans le lard tandis que la rythmique demeure imparablement efficace, d’une exquise rondeur.TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (4)

L’appel à la résistance est lancé (Instinct sauvage). Le début du show ne fait pas dans la dentelle (Le chaos) avec une part importante donnée à ce dernier opus (7 titres) tout simplement phénoménal où le message s’avère on ne peut plus clair servi par ce punk rock métal détonant qui chatouille les sensibilités (comme en témoigne l’épique et venimeux Vendetta qui a le mérite d’ouvrir le débat sur l’autodéfense). TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (3)L’agression des tympans sera tellement virulente que la chaleur devient vite intenable tant les corps se propulsent les uns sur les autres. Mes bras me protègent de la chute, je me retrouve régulièrement semi allongé sur scène. La moiteur est telle que des flaques de sueurs jonchent le sol. Ça slamme à tout va mais l’ambiance reste des plus festives, juste contrepartie au venin disséminé par les anciens titres à travers des textes crus, courageux, sensés, essentiels (Cargo, Descente aux enfers, Le feu aux poudres). L’esprit de fête se ressent à travers les attitudes (le parfait respect pour ce jeune punk handicapé situé au premier rang sur la gauche) mais aussi à travers cette propension à enjouer l’auditoire (Zéro de conduite) sans que le message ne soit édulcoré pour autant. La bonne humeur est de mise, le poing toujours levé!TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (19)

Bien que moins catalogué métal mais véritable successeur du Trust des débuts, ce concentré d’énergie déboule sur la foule telle une perpétuelle surprise qui se bonifie avec le temps. Il distille la puissance du hardcore et la mélodie du rock’n roll. Si La traque lorgne davantage vers un Mass Hystéria de bonne facture, le punk rock indé reprends vite le dessus avec une motivation sans faille (Les nerfs à vif). TAGADA JONES Toulouse 19.12.2014 Photos JATA (30)Niko ne faiblit jamais, il est parfaitement secondé par Waner, Stef et Job qui en plus de s’avérer efficaces vivent à fond le moment. Déchaîné, le bassiste n’hésitera pas à slammer sur la foule qui pogotte comme un seul homme.

Les mosh ne faibliront guère quand l’assaut sera donné avec les derniers titres : Osmose 99 en hommage à Parabellum et particulièrement à Schultz, décédé en septembre ou encore l’explosif Superpunk où des centaines d’âmes hurlent à l’unisson : J’en ai rien à branler!
La fuerie ne faiblira pas avec les deux derniers titres : Jouer avec le feu, leur reprise hommage aux Shériff, de quoi alimenter de nouvelles vociférations révoltées puis l’intense et engagé Karim & Juliette, symbole d’un punk métallisé qui pointe du doigt certaines dérives sociétales sur fond d’une couleur que la jet-set et les dirigeants rêvent d’avoir à Cannes au printemps … La la la la la…

Parfois cynique,  addictif à souhaits, difficile de se départir de cette énergie, de cet esprit, de l’entrain qui nous ouvrent la voie vers les fêtes de fin d’année en nous offrant avec générosité, dans le shaker des consciences, une parfaite ode à la liberté…

____________________

Chronique et photos : Titi

Merci à Tagada Jones, à Jerkov et à Mina en particulier

____________________

La vidéo DE CARGO à Toulouse filmée par Fred Moocher

La vidéo du FINAL à Toulouse filmée par Fred Moocher

LES PHOTOS JATA DE TAGADA JONES ET LA SET LIST:

TROLLFEST : Pittoresque poilade! (+ FINSTERFORST + CRYPTIC FOREST) – Mercredi 23 Avril 2014 – Toulouse, Le Connexion Live –

Posted in TROLLFEST/ FINSTERFORST Toulouse 23.4.2014 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 24 avril 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (2)Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (13)Les ambiances festives et délirantes, on le sait, demeurent l’apanage du Pagan métal. Si  la propension du style à  donner la banane aux plus farouches des Vikings est incontestable, nous allons assister ce soir à un moment rare de poilade des plus délectables et tout simplement inoubliable. Aucun chroniqueur ne pourra éviter d’en parler, aucun spectateur ne pourra s’empêcher d’en faire l’écho autour de lui : dans tous les esprits, un morceau, un seul, résonnera tel le leit motiv de la soirée: Papayou! Long live Carlos!Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (12)

Un peu plus tôt dans la soirée, nous revoici repartis vers de nouvelles aventures live! C’est vraiment l’avalanche pour les concerts sur Toulouse depuis quelque temps. Il faut dire que la multiplication des salles et des associations de passionnés font du bien à la scène de notre ville, désormais l’une des plus prolixes de l’hexagone. Pour ce mercredi soir,  l’affiche du Connexion Live nous offre trois groupes de folk/pagan métal, un genre très en vogue en ce moment. Même si ce soir, ce n’est pas franchement la grande foule (un peu plus de 150 fans sont de la fête), difficile parfois de suivre le rythme éffréné des rendez-vous de plus en plus nombreux. D’autant plus que la veille, WITHIN TEMPTATION et DELAIN ont rassemblé au Phare  près de 3000 personnes. Manque de chance, il y a même à 300 mètres de là  une autre soirée métal à la Dynamo qui accueille NORMA JEAN et trois autres groupes! De plus, les formations que nous allons voir ce soir sont bien moins connues que les poids lourds du genre comme FINNTROLL ou ENSIFERUM….Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (9)

Pourtant, cette affiche ne manque pas d’intérêt! Place donc à CRYPTIC FOREST, groupe de pagan/black qui nous vient d’Allemagne, plus précisément près de la frontière suisse, dans une région montagneuse et boisée, la Foret Noire. Et ça se ressent dans leur musique, à la fois sombre et épique (Ecoutez Tale of frozen tears). Curieuse impression pour débuter la soirée, d’être aspiré en plein hiver dans les froides forets européennes. Le groupe est bien en place et son black métal tient vraiment la route. Le public apprécie même si bien des fans ne sont pas encore arrivés à l’heure de ce premier set. Quoi qu’il en soit, la formation demeure intéressante et prometteuse. Fera t-elle son trou dans le genre à l’avenir ? A suivre!

Finsterforst Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (6)Finsterforst Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (13)Beaucoup de délectaient de la venue de FINSTERFORST, issu de la même région que le groupe précédent mais dont le statut et la réputation s’avère culte chez les connaisseurs. Plusieurs membres font d’ailleurs partie des deux formations. Si l’aspect  pagan/black de leur musique est toujours présent (Nichts als asche), les allemands se démaquent vite  avec un coté folk plus prononcé. Un accordéoniste est d’ailleurs présent sur scène. Les morceaux sont complexes et très longs (souvent plus de 10 minutes par titre) mais on ne s’ennuie pas une seule seconde. Le public, jusque là plutôt calme, s’enflamme enfin… Ce groupe va mettre une ambiance de feu et les 150 personnes vont se dépenser comme s’ils avaient été 1500, ravis de profiter de l’instant. Les bonnes habitudes des concerts folk pagan resurgissent alors comme par magie: certains s’entraîneraient-ils pour l’affrontement Oxford vs Cambridge? Les rames imaginaires sont de sortie. On se croirait dans la cité bayonnaise à travers ce joyeux paquito improvisé.  FINSTERSFORST a vraiment fait forte impression. Espérons qu’ils obtiendront plus de reconnaissance populaire car ils le méritent vraiment!Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (7)

Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (18)Avec  TROLLFEST, nous allons changer de registre mais aussi d’humeur. Nettement moins ambitieux musicalement que la plupart des groupes pagan, aussi festif soient-ils, les 7 norvégiens disposent d’un atout majeur: une propension au délire à nulle autre pareille, que ce soit dans les attitudes, les déguisements ou simplement les faces naturelles de certains de ses membres. On se souvient encore, sourire aux lèvres, de l’inénarrable chanteur Trollmannen qui nous avait plié en deux en ouverture de KORPIKLAANI (lire ici), investissant la scène tel un tronc végétal!Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (26)

Niveau originalité, ambiance et bonne humeur, c’est peu dire que le Trollspråk du groupe (langue qui mélange allemand et norvégien) est parfaitement assorti à ce quasi Ska métal digne de GOGOL BORDELLO. On navigue entre délire, n’importe quoi, intensité mais aussi imagination comme ces trois batteries (une grosse, deux petites). Le groupe investit les lieux avec fausses barbes et blouses de médecin.

Et puis,  notre charismatique chanteur nous dévoila une jolie chemise à fleurs….

Le délire s’empare alors d’un fan, des ses amis et du Connexion tout entier!

– PAPAYOU, PAPAYOU!!!

Entre chaque titre, ça repart. Tout le monde s’y met. Le groupe semble pris à son propre piège! Il ne capte rien mais il en faut plus que cela pour le déstabiliser… Ils ne se doutent pas que nous aurions pu choisir Tirelipinpon sur le Chiwawa ou encore Tout nu et tout bronzé! (Ma  »Carlos culture » n’a décidément pas de limite!)Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (25)

Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (32)Circonspect, le groupe  rentre malgré tout dans le délire, un fou rire s’emparant du  bassiste qui le communique à ses comparses. Niveau musique, malgré un son qui ne nous permet pas d’entendre notre ami accordéoniste, on reçoit avec plaisir ce qui nous est offert. En live, ça passe sans soucis malgré une redondance certaine. Toxic, la reprise de Britney Spears demeure des plus jouissives, tandis que Trollmannen dégaine une machine à propulser de la vodka dans le gosier des fans qui se précipitent pour capter l’offrande de cette communion inattendue. Braveheart et pogos se succèdent au son des dernières compos déjantées des sept samouraïs nordiques (Kaptein Kaos). Les guitaristes slamment au dessus de nos têtes tels des héros hissés au firmament. Trollfest Toulouse 23.4.2014 Photo JATA (29)Le rappel aux costumes plus délirants encore (Jésus, un gaulois, un romain, un dinosaure etc…) La soirée se terminera par un joyeux souk avec une partie du public investissant la scène. On imagine à peine la folie qui va s’emparer du Hellfest le 21 juin prochain (merde, il y a Buckcherry en même temps!) …

Fin de soirée et inspiration géniale de l’ingé son (ou de je ne sais qui….) : Papayou résonne dans les enceintes….

Trollmannen revient ranger son micro. Je l’interpelle :

 – C’mon, c’mon….

Il arrive.

-This is Papayou!

– Really ?

 Il se retourne vers le gratteux…. Hey, this is Papayou song! Banane générale….

Une p’tite version du classique de Carlos version métal-ska-pagan lors de leur prochaine tournée ?  Oh que Oui Rosalie!

_______________

Chronique : Titi & Conan Akiro

Photos : Titi

Merci à toute l’équipe de  SPM !

_______________

Avez vous déjà vu une set list qui témoigne d’autant d’implication ?SET LIST TROLLFEST TOULOUSE

LES PHOTOS DE TROLLFEST :

LES PHOTOS DE FINSTERFORST :

ANNEKE VAN GIERSBERGEN : Mise à nue… (+ANNA MURPHY) – Dimanche 30 Mars 2014 – Toulouse, Le Connexion Live –

Posted in ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse 30.3.2014 with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 31 mars 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

FlyerAnneke87ecff7e5ac0Il est des soirs, des concerts, des sensations, d’impalpables sentiments qui restent en vous des jours et des semaines après la fin du show. Cette impression si particulière, plus d’un témoin privilégié présent ce soir à dû l’éprouver et doit encore la ressentir. S’il en est deux qui seront à jamais marqués par ce temps suspendu dans leurs vies, c’est bien Basile et Stéphanie. Lui avait juste envoyé un mail à Anneke, ne sachant si sa démarche allait aboutir. Elle ignorait bien-sûr tout de l’entreprise de son futur mari. Quand Anneke les convia sur scène aux alentours de 22h15 après quatre morceaux, Basile ne se démonta pas, pris son courage à bras le corps et ne trembla pas. Sous les vivas des 150 spectateurs, il franchi avec brio le pas pour concrétiser leur 7 années d’amour. Bien entendu, elle dit oui sous le regard attendri, ému et chaleureux d’Anneke, de ses musiciens et du public toulousain…

Stéphanie et Basile, pendant et après le show, avec ANNEKE

Stéphanie et Basile, pendant et après le show, avec ANNEKE

Ce bel épisode ne fut pas le seul témoignage de la bienveillance de la chanteuse dans un concert on ne peut plus singulier où l’émotion véhiculée en devenait presque palpable…

C’est à se demander ce qui cloche dans le positionnement de cet artiste majeure. Oui, la hollandaise est une très grande chanteuse dont le style est malheureusement un problème… Seuls les fidèles semblent s’y retrouver si l’on en juge par cette salle composée de fans de métal au sens large alors que l’artiste brille comme personne dans les interprétations intimistes qui chavirent les âmes et les transportent dans des abîmes inexplorées. La sensibilité qui se dégage de cette oeuvre n’a d’égale qu’une inspiration sans faille à tous les étages qui mérite une tout autre reconnaissance…ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse Photo JATA  (3)

ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse Photo JATA  (7)ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse Photo JATA  (18)Le départ d‘ANNEKE de son groupe phare THE GATHERING continue de faire des remous encore aujourd’hui. On a récemment appris que la formation batave se mettait en pause indéterminée, preuve qu’ils ne  sont jamais parvenus à se relever du départ de leur muse. Quant à cette dernière, si elle se concentre sur différents projets comme des collaborations avec Dany Cavannagh (Anathema) ou encore Devin Townsend (deux belles réussites), si ces duos sont toujours étonnants de complicité et d’implication ( ici remarquable avec Whithin Temptation, là magistrale avec November’s doom …) , c’est surtout  son projet solo, situé pop/rock qu’elle met en avant aujourd’hui. Si certaines orientations musicales déstabilisent un brin l’auditoire, la magie perdure quand la belle retrouve cet aspect  envoûtant et planant qui caractérisait  THE GATHERING.

Quoi qu’il en soit, malgré la concurrence d’un bikini sold out qui accueille Shaka Ponk ce soir, l’assistance demeure correcte au centre ville pour une artiste qui mérite certes de multiplier par dix, vingt ou trente le nombre de ses entrées. Contrairement à la gauche en ce soir d’élection, point de baffe à l’horizon pour cette ode à la caresse, à l’amour, à la compassion… S’il est une assurance, c’est que ce soir, ceux qui se sont abstenus ne sauront jamais à quel point la soirée fut belle et pure, portée par la voix magique et cristalline de la plus souriante et chaleureuse des interprètes…ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse Photo JATA  (23)

ANNA MURPHY Toulouse Photo JATA (3)En guise de  première partie, nous avons droit à un autre projet solo, celui d’une artiste bien connue de la scène pagan/folk métal en la personne d’Anna Murphy, membre du groupe suisse Eluveitie. Si elle officie ce soir dans un registre bien différent avec une musique oscillant entre trip hop, electro et rock, cette petite touche pagan perdure, la jeune chanteuse ne se séparant jamais de sa vielle à roue. C’est original,  quoique déstabilisant au départ. Anna, qui se montre pourtant souriante, apparaît quelque peu stressée. Elle n’est malheureusement pas  aidée par ses deux ingénieurs du son qui sont vraiment à coté de la plaque (le batteur quittera même à un moment son poste pour aller faire des réglages!). Malgré un son très moyen (on n’entend absolument pas la vielle), le charme finit par opérer à l’image de l’intense Cellar Darling ou du bleusy Loverlornia . D’ailleurs, le groupe gagne en assurance en fin de set avec des morceaux plus rock et le public se montre particulièrement chaleureux avec la jeune chanteuse.

ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse Photo JATA  (1)Désormais, la salle attend de pied ferme ANNEKE qui va faire une entrée fracassante avec le titre You will never change, tiré de son dernier album, le très réussi Drive. On enchaîne d’ailleurs sans plus attendre avec la chanson éponyme, bien rock elle aussi, particulièrement entraînante pour un public qui surfe sur la voix aiguë et soyeuse de la merveilleuse hollandaise. Nul doute que les titres les plus métal de l’artiste prennent une toute autre dimension en live à l’image de ce We want to be free au riff tournoyant jusqu’à l ‘ivresse et où le charisme naturel d’ANNEKE nous convie tous à l’accompagner à l’unisson d’une salle sous le charme.ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse Photo JATA  (14)

Sa joie de vivre, son désir de partager ses émotions avec nous sont telles que le communion n’a aucun mal à opérer. Chaque visage apparaît comme littéralement transporté.

Et si ces 90 minutes intenses se terminent par l’optimiste The best is yet to come, la nostalgie et le frisson qui se dégagent de l’oeuvre et de la personnalité de la belle ont atteint leur paroxysme lors de l’introduction, de la magique interprétation et des larmes finales du chef d’oeuvre absolu : My mother said. Elle vient juste d’apprendre la disparition du père d’un ami très proche et lui dédie le titre. Submergée, la voici qui tombe en larmes dans les bras de son batteur de mari dès les dernières notes de cette merveille composée à l’origine pour ses parents…

Même si la sensibilité de l’artiste est mise à rude épreuve et qu’elle mettra de longs instants avant de reprendre pied, son humour l’emportera, tel un contrepoids nécessaire à la fatalité :

…and finally I look like ALICE COOPER!

ANNEKE VAN GIERSBERGEN Toulouse Photo JATA  (8)Le Connexion Live constitue finalement l’écrin idéal à ses sublimes odes intimiste.  Bien plus petite que le Bikini, à l’acoustique moins parfaite s’il en est, la configuration de la salle contribue malgré tout à nous rapprocher de cette personne qu’on ne peut qu’aimer tant les instants qu’elle nous offre apparaissent divins. La voici qui nous propose de choisir entre deux titres de The Gathering : Broken Glass ou Leaves. Rien d’étonnant si les vivas de la foule se portent vers ce dernier tant la propension de la merveilleuse à nous émerveiller se conjugue avec la poésie qui lévite nos âmes.

Les fans de la première heure vont être vraiment comblés puisque deux autres titres de The Gathering leur seront offerts ce soir: Saturnine repris en chœur par le public (là aussi, un grand moment de la soirée) et le fabuleux Strange machines qui met le feu dans la salle.

Seul l’aérien, la planant, le frissonnant Wonder (essentiel s’il en est!) manquera à l’appel de cette soirée parfaite où Anneke ne pourra résister à l’envie de nous rencontrer dès sa sortie de scène et de se montrer là encore d’une exquise générosité.

On repart chavirés… Quelques jours plus tard, il est encore difficile de se départir du trouble exaltant éprouvé ce soir-là. Plus qu’un concert réussi, nous avons eu le privilège d’assister à un show spécial où la mise à nue d’une artiste n’a jamais été aussi palpable…

___________________

Chronique : Titi  (merci à Conan Akiro…)

Photos & mise en page : Titi 

Merci à toute l’équipe de SPM et à Fred en particulier!

___________________

LIEN VERS NOTRE CHRONIQUE D’ANNEKE AU BIKINI EN 2012 : Soyeuse mélopée…

LIEN VERS LE SITE D’ANNEKE

LES PHOTOS D’ANNEKE + LA SETLIST :

LES PHOTOS D’ ANNA MURPHY + LA SETLIST :

TURISAS : Valentine’s Revenge (+ STARKILL) – Vendredi 14 février 2014 – Toulouse, Le Connexion Live –

Posted in TURISAS Toulouse 14.2.2014 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , on 15 février 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES


1452357_596413190424193_1706184871_n

turisas (1)Nous étions nombreux à nous trouver devant la mainstage 2 à Clisson lors du Hellfest 2011. En ce dimanche 19 juin, il est 11h40 quand le groupe investi enfin les lieux avec 10 minutes de retard sur l’horaire prévu. turisas (2)Autant dire que les quatre petites chansons délivrées ce jour-là et une prestation de vingt pauvres minutes auront eu maille à partir avec notre patience. Deux ans et demi plus tard, l’heure de la revanche a enfin sonné…

Toulouse ce soir se pare de rouge et noir. Comme d’habitude allez-vous penser mais point d’effet stadiste à l’horizon, les peaux de bête et autres peinture de guerre sont de sortie en ville pour célébrer à notre manière la plus belle des Saint Valentin.

turisas (3)Une fête des amoureux  à la sauce Viking sur fond de Dieu de la guerre finlandais où exploits héroïques  perdurent dans les champs de bataille  et les mers du Nord. turisas (14)Ce soir le théâtre de ces mythes scandinave se nomme le Connexion Live, un endroit où il est préférable de se trouver dans les premiers rangs si l’on veut vivre l’expérience comme il se doit mais où l’on risque de mourir prématurément lorsque l’on est pas préparé au combat. Car ce soir, c’est Battle métal! Des guerriers sillonnent la ville, souvent accompagnés par de belles amazones.

 Devant l’enceinte, des gens s’arrêtent, nous interrogent, demeurent circonspects. Ils nous sentent radieux mais déterminés. Nous aurons notre revanche!

turisas (8)Dans la salle, on se demande même si les (jolies) filles ne sont pas majoritaires tant elles investissent le premier rang. Trois cents belliqueux les encerclent mais le combat ne fait que commencer. Qui eu d’ailleurs cru que le premier round serait aussi endiablé. Servi par le jeune combo de Chicago STARKILL qui revient à Toulouse après sa presta convaincante en ouverture d’ Amorphis en novembre dernier. La très bonne impression ressentie ce soir là se confirme d’emblée tant l’énergie et le désir de convaincre n’ont d’égal que le talent de ces quatre jeunes artistes.  Devant un public déjà chaud bouillant, le groupe n’a aucun mal à enflammer la salle tant leur death mélodique est empli de références assumées (Amon Amarth,Children of Bodom, Iron Maiden…) et parfaitement maîtrisées . turisas (4)Le tout magnifié par une absolue fougue juvénile, une dextérité impressionnante … quelle tuerie mes amis! Mené par un frontman et guitariste de tout premier plan (Parker Jameson au son de guitare unique), les jeunes gens enchainent les titres enragés à un rythme effréné. Quand aux autres musiciens, ils sont tout aussi convaincants : un batteur énorme, véritable machine de guerre (Spencer Weidner), un autre guitariste (Charlie Federici) dont la guitare jumelle se marie à merveille avec celle du frontman et d’un bassiste excellent (Mike Buetch). Le public en tout cas est au comble du bonheur  . Servis par un son nickel chrome, les compos font mouche. Le combo nous offrira même une toute nouvelle chanson issue de son futur nouvel album avant de nous quitter sous les vivas…turisas (22)

turisas (31)Autant dire que le champ de bataille est déjà surchauffé quand les finlandais montre le bout de leurs peintures. Le temps de la revanche a alors sonné car même si TURISAS jouit toujours d’une grande popularité en nos terres (cinq dates dans l’hexagone pour cette tournée plus le Hellfest), on ne peut pas dire que le groupe ait été au top ces derniers temps. De nombreux changements de line up, un dernier album loin d’atteindre les sommets d’antan sans parler de cette fameuse date au Hellfest 2011 ont quelque peu écorné l’image du groupe.turisas (29)

Pour ce soir, cette tournée et la cuvée 2014, seule l’absence de la belle accordéoniste Netta Skog (partie en 2011 dont même l’instrument n’a bizarrement pas été remplacé) nous lésera. Pour le reste, la fun battle a bien eu lieu tant face à l’enchainement d’hymnes trépidents, de farandoles Vikings survitaminées, de vibrations épiques décoiffantes, le public n’aura eu de cesse de se déchirer, de se rentrer dedans, de slammer, de pogoter, de danser et se serrer. Oui, l’amour était de mise au Connexion, un amour viril, un rapprochement des corps moites et intense. Certes, nous sommes tous à l’étroit, tant les fans que les six membres du groupes sur la micro scène qui leur est dévolue mais les décharnements et autres réponses de la foule semblent enivrer  l’omniprésent violon de Olli Vänskä. turisas (19)

Le groupe est conquis. Comme le souligne Mathias Warlord Nygård, un concert où les peintures de guerre sont encore présente à la fin de la bataille n’est pas vraiment réussi.turisas (20) De celui-ci, il ne reste que les visages pales de combattants épuisés. Nous ne sommes alors qu’à une heure de set. Le dernier quart d’heure va tout dévaster entre l’épique Stand Up And Fight et l’hymne disco Rasputin réclamé à corps et à cris par le public. Le sol semble se dérober sous nos pieds, des chaussures volent, ça pogotte à tout va et la boule à facette du Connexion trouve là une belle opportunité de briller lors d’un concert Pagan!

Porté par un public en or (au sens propre puisque Olli Vänskä nous tombe dessus et chavire sur les bras d’une foule protectrice), TURISAS a conquis les cœurs et tient enfin sa douce revanche…turisas (27)

____________________________

Chronique : Titi

Photos : Sylvie

Merci à Fred et à toute l’équipe de SPM

____________________________

SET LIST :turisas (9)

LIENS :

NE MANQUEZ PAS CETTE VIDEO DE RASPUTIN EN CE 14 FEVRIER A TOULOUSE ! Merci à Julien…

Regardez ici les superbes photos de Julien.

LE SITE DE TURISAS

PETER VON POEHL : La caresse d’un ange ( & ALONE WITH EVERYBODY) – Mardi 16 Avril 2013 – Toulouse, Le Connexion Live –

Posted in PETER VON POEHL Toulouse 16.4.2013 with tags , , , , , , , , , , on 17 avril 2013 by JATA LIVE EXPERIENCES
PETER VON POEHL Toulouse 16 avril 2013 by JATA (20)4 ans… Il aura fallu attendre quatre longues années avant de revoir PETER VON POEHL dans la ville rose. Ce soir-là, le 14 mai 2009 au Rex, le choc émotionnel avait été total tel une brise bouleversante venue du Nord dont la vertu d’apaiser les cœurs et les âmes s’était confondue avec la caresse d’un ange. Comme quoi une simple découverte à la télévision (Taratata et l’interprétation sublime de son  Story of the impossible) peut vous ouvrir les horizons les plus inattendus. 
Quatre printemps plus tard, c’est encore par un beau soleil couchant que je me rend dans une autre salle du centre ville, le Connexion Live. Contrairement à la fois précédente et bien décidé à ne pas réitérer l’erreur de vivre cet instant de partage en solo, j’ai offert quelques places à mes proches et des amis se sont laissés convaincre par la douce aventure. Il semblerait que je ne sois pas le seul à avoir opéré de la sorte tant la file d’attente est dense et profonde sur le trottoir de la cité. Plus de 300 personnes se sont donné rendez vous, une audience triplée depuis le concert du Rex; c’est la première bonne nouvelle de la soirée.ALONE WITH EVERYBODY Toulouse 16 avril 2013 by JATA (4)

ALONE WITH EVERYBODY Toulouse 16 avril 2013 by JATA (5)La seconde, c’est que la première partie est de qualité. Le discret duo toulousain ALONE WITH EVERYBODY va nous embarquer sur un ruisseau de mélancolie. Nous voguerons durant quarante savoureuses minutes sur des sons chatoyants qui effacent la notion du temps. Le frère et la sœur Camille et Louisa nous convient dans une douce harmonie piano-guitare-duo vocal feutré au rythme de douces pop songs qui ne se départissent jamais vraiment de l’héritage folk d’un Dylan ou d’un Neil Young. A revoir, sans nul doute avec beaucoup de plaisir…ALONE WITH EVERYBODY Toulouse 16 avril 2013 by JATA (3)

La chaleur humaine s’est désormais densifiée. Les ‘protagonistes passifs’ que nous sommes garnissent avec abondance la salle quasi complète. Discrètement et sans le moindre chichi notre immaculé suédois investi la scène pour tranquillement s’accorder avec son violoncelliste New-yorkais. Si nous sommes aux premières loges, le spectateur du fin fond du Connexion doit lui aussi sentir cette proximité tant la simplicité se conjuguera ici, à tout instant, avec l’adéquation des émotions. PETER VON POEHL Toulouse 16 avril 2013 by JATA (9)


PETER VON POEHL Toulouse 16 avril 2013 by JATA (17)Si 28 Paradise qui ouvre la soirée figure sur le tout nouvel album, ce morceau, vieux de quatre ans mais alors inédit donnait déjà le ton du concert du Rex. Mais ce sont ce soir des versions épurées mais non moins intenses de titres des trois albums du chanteur qui nous sont proposées. Si le set est cette fois entièrement acoustique, Peter et
Zach Miskin au violoncelle nous enveloppent de savoureuses tranches de voluptueuses douceurs, portés par de petits miracles mélodiques tels des joyaux offerts avec une infinie générosité. PETER VON POEHL Toulouse 16 avril 2013 by JATA (6)Nous ne retouchons le sol que pour rire et sourire aux improbables introductions délicieusement farfelues, véritables invitations au paradis auditif proposé par le digne héritier de Simon and Garfunkel. Bégayant un français parfait avec un charme des plus subtils, notre guitariste blond comme les blés imprègne le public de sa bienveillance. Son sourire juvénile installe la plus naturelle des proximités. C’est un peu comme s’il réussissait le miracle permanent d’inonder de soleil et de chaleur ses origine scandinaves. Même si l’on retrouve souvent l’esprit d’un Cat Stevens, le timbre chaleureux parfois un brin androgyne de ce troubadour des temps modernes nous propulse dans un ailleurs où l’on se sent bien, choyé, accueilli à bras ouverts. Un artiste en état de grâce, d’une infinie pureté qui n’hésitera pas  à revenir pour le rappel prévu mais aussi seul, pour celui qui ne l’était pas, nous offrant une dernière fois ce soir sa soyeuse voix délicate et lactée à travers son premier single : le flottant Going to the tea trees are. C’est haut dans le ciel que nous planons désormais au son d’un harmonica éthéré.PETER VON POEHL Toulouse 16 avril 2013 by JATA (14)
Les ovations se succèdent, accueillies par un tendre sourire timide et profond. L’artiste se retire mais revient aussitôt saluer tous ceux qui le désirent et partager des instants d’échanges où il prend plaisir à recueillir les fruits des émotions qu’il n’a cessé de semer. Une semaine plus tard, propulsé dans l’univers le plus opposé qui soit, celui des flammes incandescentes de l’enfer sidérurgico-indus à forte connotation sexuée et sado de Rammstein, un autre type de chaleur humaine, inoubliable, aux atours inattendus me sera offert. Comme quoi la vie est magnifique lorsqu’elle nous convie à de tels instants de privilège que l’on souhaiterait partager avec tous ceux que l’on aime.

_____________

Photos, Chronique, Mise en page : Titi

Merci à Pauline Guiraud et à l’équipe du Connexion Live.

_____________

LIENS :

PETER VON POEHL WEBSITE

ALONE WITH EVERYBODY FACEBOOK

GALERIE PHOTOS DE LA SOIRÉE :

 

MARTY FRIEDMAN + YOSSI SASSI + STEPHAN FORTE – GUITAR UNIVERSE TOUR – Lundi 22 octobre 2012 – Toulouse, Connexion Café – –

Posted in MARTY FRIEDMAN + YOSSI SASSI + STEPHAN FORTE Toulouse 22.10.2012 with tags , , , , , , , , , , , on 23 octobre 2012 by JATA LIVE EXPERIENCES
L'escale à Toulouse va se révaler rmajeure pour le trio !

L’escale à Toulouse va se révéler majeure pour le trio !

STEPHAN FORTE : 4 attitudes...

STEPHAN FORTE : 4 attitudes…

Une fois n’est pas coutume, bien des têtes connues et beaucoup d’autres se retrouvent dans la salle étriquée et fort mal foutue du Connexion Café. Il faut dire que c’est Noël avant l’heure et que Santa Claus se nomme SPM!

STEPHAN FORTE tisse des accords aériens...

STEPHAN FORTE tisse des accords aériens…

Pour la modique somme de 12 euros (fait rare en ces temps qui courent – JATA et la Mairie de Toulouse ont l’habitude de vous proposer des concerts à tarifs incroyables-), nous avons droit à rien moins que 3 shows donnés par 3 guitar heroes! Déjà, on applaudit des deux mains ! D’autant plus que cela faisait bien longtemps qu’on n’avait pas eu droit à une bonne soirée « guitar legends » sur Toulouse. Il est vrai que le genre est moins à la mode par rapport à ce qu’il a pu représenter il y a une vingtaine d’années. Et puis beaucoup de métalleux disent s’ennuyer ferme dans ce genre de spectacle qui tourne souvent à une grande démonstration technique (admirable certes) mais sans  âme. Quelques craintes vite dissipées puisque ce sera loin d’être le cas…. Qui plus est, le public a répondu présent, le Connexion Café affichant quasi complet.

STEPHAN FORTE band...

STEPHAN FORTE band…

Entamons par du lourd! Tout d’abord STEPHAN FORTE, leader du groupe de métal progressif ADAGIO. Première bonne surprise, c’est l’ensemble de la formation qui est présente excepté le chanteur. Deuxième bon point, le son est vraiment excellent et le restera pour toute la soirée. Le montpelliérain nous livre un show entièrement instrumental (même si par le passé, il s’était essayé au chant extrême). Sa technique est impressionnante. Le premier des trois guitaristes démontre qu’il est vraiment devenu un des meilleurs six-cordiste français. Il n’hésite pas à mettre ses compères en avant comme le claviériste Kevin Codfert et surtout le bassiste Franck Hermanny, monstrueux! Les compositions flirtent vers un métal progressif des plus varié et enthousiasmant (on reconnait les influences de groupes comme Dream Theater, Cynic…). L’accueil est déjà chaleureux. Il le restera toute la soirée. Mission plus que remplie pour Stephan Forte qui communiquera sa joie de voir un public si nombreux ce soir.

YOSSI SASSI et son merveilleux sourire.

YOSSI SASSI et son merveilleux sourire.

YOSSI SASSI : 4 attitudes...

YOSSI SASSI : 4 attitudes…

YOSSI SASSI live!

YOSSI SASSI live!

On change de registre avec l’israélien YOSSI SASSI. Précisons d’emblée que c’est un plaisir absolu pour nous de le retrouver après avoir été conquis au Hellfest 2011 par le bonhomme et son groupe habituel : ORPHANED LAND. Contrairement à son prédécesseur, ce dernier chante et plutôt bien (tiens, cela peut être une idée pour le prochain album de la troupe de la terre orpheline). Il tisse une toile particulière où se mêlent harmonieusement les sons, les accords, les ambiances les plus inattendues, le tout servi par une gratte double manche mi électrique mi mandoline des plus originales. Ajoute la présence de la sensuelle danseuse de Thérion et Orphaned Land en bonus pour se  réjouir de cette heure ailleurs, dans un pays ou les gros riffs enlacent les notes traditionnelles. Des compositions simples et complexes à la fois servent un style plus difficile à définir mélangeant rock, blues, pop et bien-sûr musiques orientales. Bref, on se laisse transporter et c’est sous de chauds applaudissement que l’artiste quitte la scène.

MARTY FRIEDMAN : 4 attitudes.

MARTY FRIEDMAN : 4 attitudes.

Place à la grande star du soir : MARTY FRIEDMAN ex-guitariste du légendaire MEGADETH, parti aujourd’hui s’exiler au Japon. Un artiste trop peu présent sur les scènes européennes. Un show qui va partir tambour battant puisque la star va puiser dans les titres les plus speed de son répertoire. Le public est aux anges et l’artiste visiblement ravi d’être là ce soir malgré une fièvre intense que nous n’avons jamais soupçonnée.

Le drum killer de la soirée !

Le drum killer de la soirée !

S’il est remarquablement entouré avec de très bons musicos, comment ne pas évoquer l’hallucinant batteur du combo, un japonais peroxydé complètement barré! Imaginez un mélange de Dee Snider avec Animal du Muppet show, cela vous donnera une idée de son apparence physique (voir la photo ci-dessus). Rarement avons nous vu un batteur se dépenser autant durant un concert, ça dépasse l’imagination! Entre deux crises de fou rire, on se demande bien ce qu’il prend avant chaque spectacle. Fort apprécié, nous avons droit au petit hommage à Megadeth avec le riff de Tornado of souls. Le show se ralentit quelque peu sur la fin mais n’en demeure pas moins prenant. Finalement, la soirée fut superbe (seul bémol, on aurait aimé un échange entre les 3 guitaristes comme à Paris il y a quelques jours …) Les fièvres ambiantes expliquent sans doute ce préjudice alors que l’ambiance fut, à leurs dires, la plus chaude de la tournée avec Dublin.  Thanks a lot SPM for such an amazing night !

MARTY FRIEDMAN aura fait monter la température et donné le show que les fans attendaient.

MARTY FRIEDMAN aura fait monter la température et donné le show que les fans attendaient.

_______________

Chronique : Conan Akiro & Titi.

Mise en page & photos: Titi

________________

Merci à Fred et à l’ équipe de SPM .

________________

%d blogueurs aiment cette page :