Archive pour AMON AMARTH

AMON AMARTH + DARK TRANQUILLITY + OMNIUM GATHERUM : La fureur de Thor! -Samedi 8 avril 2017 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in AMON AMARTH / DARK TRANQUILLITY Toulouse 8.4.2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 8 avril 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

LA FUREUR DE THOR!

Et oui, par Odin! Mais cette colère est bienfaitrice au vu des succès remarquables des concerts metal en cette année 2017. Encore une fois, cette soirée affiche sold out plusieurs jours à l’avance. Le fait que beaucoup de concerts soient programmés le week-end explique bien entendu ce phénomène mais pas seulement. Il faut peut-être aussi y voir un petit effet Hellfest qui nous amène un public parfois très éloigné de la sphère metal, curieux de découvrir une musique qui avait sale réputation mais qui finalement, s’avère riche en variété et en ouverture d’esprit à une époque ou la chanson française n’est plus que l’ombre d’elle même à quelques exceptions près et ou le hip hop s’enfonce dans une médiocrité désolante (franchement voir ls Djeuns écouter PNL, pfff…). Alors bien sur, les grincheux diront qu’il y en a marre de voir tous ces « touristes » venir nous polluer comme à Gojira la dernière fois. Toutefois, le gars qui vient faire des pogos à un concert de black metal bourré, déguisé en Pikachu, tout en importunant les filles metalleuses pensant qu’elles sont faciles est quand même un phénomène rare, même en festival. Alors ne boudons pas notre plaisir de voir nos salles pleines.

 Le death mélodique est à l’honneur ce soir avec tout d’abord les finlandais d’ OMNIUM GATHERUM, Malgré leurs 20 ans d’âge, ils n’ont jamais connu le succès qu’ils étaient en droit d’espérer. La faute peut-être à des changements incessants de line up. D’ailleurs, le guitariste Markhus Vanhala est le seul membre d’origine (il est sacrément occupé ailleurs, en particulier avec Insomnium qui a pris un sacré envol ces dernières années). Pour ce soir, en tout cas, ils vont nous faire un set agréable dans le genre, à défaut d’être exceptionnel. Le son est correct mais les lumières très moyennes, peut-être veut-on réserver les gros effets pour la suite? C’est un peu dommage que les moyens soient réduits au strict minimum. Bonne prestation de nos amis finlandais, bien accueillis par le public déjà très nombreux dans la salle mais on ne pense pas qu’ils monteront plus haut vers le panthéon des dieux vikings malgré de très bon titres comme Frontiers

Le meilleur reste à venir. Un bon tiers du public est venu avant tout ce soir pour DARK TRANQUILITY. On ne présente plus aujourd’hui ces grands pionniers et maîtres du death metal mélodique qui avaient vraiment marqué les esprits avec des albums majeurs dans les années 90 (The gallery, The Mind’s I).  Malgré les années qui passent, le groupe n’a jamais baissé en qualité scénique. Pour les Toulousains, l’attente fut néanmoins longue pour les revoir. La dernière fois, c’était en 1999 à l’Ancien Bikini,  avec In Flames, Arch Enemy et Children Of Bodom (ça c’était du plateau!!!).

Une petite déception ce soir, il n’y a pas Niklas Sundin, retenu en Suède. La joie revient vite chez les fans quand ils s’aperçoivent que le remplaçant n’est d’autre que Christopher Amott (ex Arch Enemy) qui va assurer comme un chef. Car oui, pour le reste, le show sera à la hauteur de l’attente avec un set impeccable mené par le charismatique frontman Mikael Stanne. Bien entendu, leur dernier et très réussi opus Atoma est mis l’honneur avec plusieurs titres interprétés ce soir (Foward Mementum, Force of hand…). Les 50 minutes vont passer très vite avec un public très réceptif. Les fans sortiront heureux de cette excellente prestation mais avec un petit sentiment de frustration aussi car un peu de rab aurait été le bienvenu surtout quand on voit des setlists plus longues en Espagne ou en Allemagne. Saluons toutefois Dark Tranquility comme il se doit avec des musiciens sympathiques et disponibles qui resteront au contact des fans pour discuter et faire des photos après le set.

Au fil des années, AMON AMARTH est devenu le groupe Viking Metal par excellence. Il n’y a pourtant pas trop d’influences pagan dans leur musique, qui s’apparente à du death metal mélodique gonflé à la testostérone. Me voici mauvaise langue mais il vrai que pendant longtemps, leurs albums ne m’ont guère emballé, leur contenu étant trop linéaire et trop répétitif. D’ailleurs, leur passage au Bascala en 2011 ne m’a pas laissé un souvenir impérissable ( la faute, il est vrai, à un son très moyen). Heureusement, les deux derniers albums, avec des titres plus variés (les fans de la première vont me fusiller à bout portant …) trouvent davantage grâce à mes oreilles.

En tout cas, ce soir, on va avoir droit à un gros show pourvu d’ un décor magnifique avec la batterie juchée sur un énorme casque à cornes (oui, je sais, les historiens métalleux vont encore hurler car les vikings n’ont jamais porté de coiffe de ce type mais il faut bien dire que 99% des groupes pagan ou folk donnent une vision fantaisiste de l’histoire à l’exception de rares formations comme Moonsorrow). Nous voici donc devant un show furieux porté par un public en transe, mené par leur impressionnant mais souriant chanteur Johan Hegg qui prend souvent des pauses guerrières quand il ne boit pas sa bière avec son immense corne. Certains affirmeront que beaucoup de titres se ressemblent un peu trop mais, à la différence d’un Sabaton par exemple, le groupe ne se cache pas derrière des samples à outrance pour cacher leur pauvreté musicale. Leurs titres sont quand même diablement efficaces et entraînants (savourez donc The pursuits of vikings, The way of vikings et War of the gods). Le point d’orgue de cet impressionnant show sera atteint à la fin du rappel sur le « hit » Twilignt of the Tunder Gods qui voit apparaître un énorme dragon attaqué par Johan à coups de marteau de guerre. Du grand spectacle assurément pour ce soir. Comme pour d’autres concerts cette année (Kreator, Gojira), le public en aura eu pour son argent. Vivement d’autres spectacles de cette qualité!

__________________

Chronique : Conan Akiro

Photos et mise en page : Tweety

Merci à Antoine et à l’équipe du Bikini.

___________________

 Lire ici : AMON AMARTH, des vikings de coton…

AMON AMARTH – LES PHOTOS JATA, LE MERCH’ et LA SET LIST :

DARK TRANQUILLITY – LES PHOTOS JATA, LE MERCH’ et LA SET LIST :

OMNIUM GATHERUM – LES PHOTOS JATA  :

__________________

Photos et intro : Tweety

Merci à Antoine et à l’équipe du Bikini.

___________________

AMON AMARTH : Des vikings de coton … ( + SEPTICLESH + DWAIL ) – Samedi 29 octobre 2011 – Toulouse, Le Bascala –

Posted in AMON AMARTH / SEPTICFLESH Toulouse 29.10.2011 with tags , , , , , on 30 octobre 2011 by JATA LIVE EXPERIENCES

L'affiche officielle.

Surtout ne décelez rien de péjoratif dans l’intitulé un brin provocateur de ce papier numérique. Si celui-ci peut sembler narquois, il ne l’est que pour mes amis Les Taupes, pourfendeurs du mythe kissien et adorateurs de musiques extrêmes. Ils ont pourtant du mal à intégrer l’influence majeure du quatuor New-Yorkais maquillé sur la plupart des groupes cultes de leur scène growleuse à souhait.

Des exemples, je leur en est donné plus que de raison. Or, ce que mon fils Jimmy et moi allions vivre ce soir après le concert s’avérera la plus éclatante illustration de la dévotion d’artistes à succès de la scène métal pour les icônes absolues que sont Kiss ou Maiden

La fameuse couv' de Rock Hard.

Il n’est pas loin de une heure du matin. La plupart de mes amis ont quitté les lieux. Ma bande de Taupes squatte encore le parking, bières et sandwiches à la main.
Jimmy et moi faisons le tour du Bascala, cette nouvelle salle toulousaine séduisante et vaste (elle peut contenir 1800 personnes, et en a accueilli 700 ce soir, score des plus honorables) dont c’est le premier rendez-vous avec le hard rock au sens large.
Près des camions, une quinzaine de fans attend. Deux musiciens d’AMON AMARTH sont déjà sortis, nous les avons manqués …
Notre patience allait toutefois être ô combien récompensée.
Tour à tour, les trois autres membres du combo suédois dont l’imposant chanteur viking Johan Hegg  (ah, la couv’ de Rock Hard avec la hache !!!) allaient se montrer absolument charmants, disponibles, accessibles, posant et donnant à mon pré-ado de fils les médiators qu’il n’avait pu se saisir lors du set…

Johan Hegg affronte le public du Bascala.

Les die-hard fans  ont ensuite quitté les lieux. Il ne restait que nous et deux jeunes gars. Il faut dire que la douceur printanière de cet automne ne nous poussait pas à regagner notre foyer d’un pas pressé….
Le batteur Fredrik Andersson s’approche alors de nous et nous interroge, all in english of course :
Qui vous manque t-il ?
Le bassiste et le guitariste blond lui dis-je…
Il me répondit que tous étaient blonds.
Je m’excusais de ne pas connaitre leurs prénoms. Il est vrai que nous nous sommes davantage déplacés pour l’ambiance, la fête et Septicflesh (que nous avions rencontré au Hellfest sans assister à leur show et que nous ne croiserons pas ce soir)… Quand Amon Amarth a quitté la scène pour le rappel, j’ai même glissé à l’oreille de mon fils : ‘ On va  peut être enfin pouvoir entendre une seconde chanson !’ …
C’est dire si j’ai trouvé le concert monocorde, répétitif, pas ma came quoi! Et ce malgré une énergie à toute épreuve, charpente d’un édifice enveloppé ce soir-là par un son clair mais dont le manque de puissance fit ôter leur bouchons à de bien nombreux spectateurs.

Ted Lundström, live, avant de nous rejoindre.

Ted Lundström, live, avant de nous rejoindre.

Retour sur l’after show. Cinq minutes plus tard, voilà que Fredrik nous ramène Ted Lundström et Olavi Mikkonen. Aussi charmants l’un que l’autre, ils signent, posent puis congratulent notre voisin d’un soir à propos de son sweat-shirt à capuche Iron Maiden
– Super groupe mon gars, la base de notre musique …
Je me retourne alors et lui dévoile le dos de mon cuir Kiss ramené de Los Angeles en 1996, ne sachant en rien à quoi m’attendre …
Deux vikings, surtout Olavi, fondent littéralement devant moi, devant ma veste pour être précis. Jimmy hallucine, il ne comprend pas tout encore mais  les questions fusent et les attitudes révèlent une passion absolue… Nous voilà partis pour vingt bonnes minutes d’ échange entre fans passionnés. Il m’avouent avoir un nombre incalculable de T.Shirts de la bande à Simmons dans le tour bus et me disent qu’ils enragent de ne pas avoir pu aller sur la croisière à cause de leur tournée en cours. Je lui donne alors ma carte et lui explique que mon ami Thierry Lanfrit vient de ramener pas mal de vidéos exclusives, qu’il y a une page à cet effet. Olavi se confond ensuite en remerciements quand je lui apprend que Paul Stanley a annoncé qu’il y aurait à n’en pas douter une Kiss Kruise 2 dans un proche avenir. Il est à la frontière du bonheur. Comme tous les fans, comme moi, il ne s’est pas remis de la set list démentielle que le groupe a sorti sur le paquebot …
Avant de nous quitter, nous empruntons le drapeau Amon Amarth des Maiden fans, sidérés par l’enthousiasme et la fan attitude de leurs idoles, et immortalisons cet impérissable moment.
– ‘Hope to see you soon’ me disent-ils …
-‘Maybe at the Hellfest … Will you be there ?’
-‘Yes, with a special show, with pyro and flames ! ‘
En plus du délicieux moment, je tenais là un scoop qui allait faire un petit buzz bien sympathique… Alourdis de deux médiators collectors, nous rentrions ravis de cet échange chaleureux avec ces vikings de coton…

Avec chacun des membres d' AMON AMARTH.

L'entrée du Bascala.

Cinq heures plus tôt, nous étions curieux de découvrir cette nouvelle salle du Bascala à Bruguières. Pensez donc, à seulement 4 kilomètres de la maison! Cela fait toujours plaisir de voir de nouvelles infrastructures de spectacles sortir de terre. Qui plus est, nous tenons ce soir les grands vainqueurs du week-end de folie en terme d’affluence  (le samedi soir y est sans doute pour beaucoup) devançant très largement Pain jeudi et Shakra vendredi.

Julian ouvre la soirée avec Dwail....

Surprise en première partie, les Toulousains de DWAIL (metalcore), invités de dernière minute, ouvrent le bal. Pas facile pour eux de  chauffer une salle qui ne les attend pas.

...Pas évident, le public attend Septiflesh ...

...Pas évident, le public attend Septiflesh ...

La reprise du Helter Skelter des Beatles fera quand même son petit effet en conclusion du set…
Le public va se réveiller beaucoup plus sur SEPTIC FLESH, qui vient pour la deuxième fois de l’année dans la région.

Spiros "Seth" Antoniou, une vrai gueule d' ange !

Spiros "Seth" Antoniou, une vrai gueule d' ange !

Leur prestation s’avère sombre et intense. Elle n’a aucun mal a séduire une foule qui connait bien ces hymes de death mélodique d’où ce dégage une atmosphère de gotico-mélodique nappée de cœurs renversants et de claviers malheureusement samplés. Le show nous convie sans sourciller dans l’ univers particulièrement ensorcelant des grecs. Nous sommes alors stoppés dans notre adhérence par une fin de set  beaucoup trop rapide. Quarante minutes, pas une de plus !  Même s’il ne s’agit cette fois que d’une première partie, beaucoup avaient parié pour deux titres supplémentaires tant cette nouvelle prestation savourée sans lassitude ni déplaisir avec un Seth très en forme au chant et charismatique à souhait et un Fotis exceptionnel à la batterie a marqué les esprits. Après une braveheart intense, des pogos qui firent sauter les crach barriers, des slams délirants, le public fut comme torpillé dans sa ferveur. Intense, convainquant puis frustrant…

Septicflesh nous aura fait voyager ...

Les fans sont au rendez-vous!

Les fans sont au rendez-vous!

Malgré tout, la majeure partie des fans est venue pour les Vikings d’AMON AMARTH. C’est vrai qu’ils donnent l’impression de sortir tout droit d’un drakkar!

Le backdrop de la pochette de l'album 'Surtur Rising'.

Dommage que cette presta fut trop linéaire car ambiance et atmosphère métal furent au rendez vous malgré ce manque évident de puissance dans la voix et des guitares. Loin d’être mauvaise, cette prestation ne correspondait tout simplement pas à ce qui me fait vibrer. Le public était  litteralement en fusion ravis par une set list terriblement efficace. Saluons d’ailleurs la ferveur  du public féminin venu en grand nombre. Les filles n’hésitent plus à se jeter dans le public pour les slams. Certaines terminent même le concert en petite tenue avec uniquement le soutien-gorge.

Johan Hegg : I can't hear you !

Merchandising

Quant-à la fin de cette excellente soirée, vous la connaissez. Descendus de leur Drakkar, nous avons constaté que les vikings demeuraient forts plaisants avec les gaulois. Le cœur et l’âme de ces guerriers est si doux qu’il se confond avec une certaine fibre végétale que l’on ne trouve plus seulement dans les régions subtropicales arides. Ce soir, cette matière soyeuse que l’on nomme coton venait bien des contrées nordiques…

————————————————————-
Chronique, photos, mise en page : Titi.
Merci à Conan Akiro pour ces compléments live.
————————————————————-
Un grand merci à Fred et à l’équipe de SPM Prod pour l’accred’ et l’orga sans faille de ce concert d’envergure !
————————————————————
SEPTICFLESH WEBSITE
SET LIST AMON AMARTH :

La set list scotchée sur scène.

SET LIST SEPTICFLESH :

  • The Vampire From Nazareth
  • Communion
  • We, The Gods
  • Pyramid God
  • A Great Mass Of Death
  • Anubis
  • Persepolis
  • Five-Pointed Star

SET LIST DWAIL :

  • Sleepless Dream
  • Smoke And Steel
  • An Iron Hand In A Velvet Glove
  • Rude Awakening
  • Helter Skelter
  • Neither Man Nor Woman


%d blogueurs aiment cette page :