Archive pour ACCEPT / SABATON

SABATON + ACCEPT (& TWILIGHT FORCE) : Accept ta défaite! – Mercredi 18 Janvier 2017 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in ACCEPT / SABATON Toulouse 18.1.2017 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 23 janvier 2017 by JATA LIVE EXPERIENCES

accept-sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-3Un casque de protection adapté sur ses frêles oreilles, Joshua découvre du haut de ses 2 ans à peine l’antre du Bikini. Vêtu d’un micro T.shirt Sabaton, il va vivre cette première expérience live dans les bras de son papa qui arbore la tunique Accept de rigueur. Quelle belle image multi générationnelle et quel merveilleux cadeau fait par ses parents au bambin qui réclame à corps et à cris les ritournelles de nos chers suédois à chacun de ses réveils. sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-43Fan absolu de la bande à Joakim Brodén, l’adorable garçonnet va se sentir comme un poisson dans l’eau, nullement perturbé par la multitude de slammeurs, les pogos à foison et autres wall of death à profusion. Mais il devra patienter longuement avant d’apercevoir ses idoles, lui qui ne se doute pas à quel point beaucoup d’entre nous sommes circonspects, que dis-je interloqués, médusés, incrédules de constater que les légendaires Accept, l’un des fleurons du heavy métal, l’un des groupes qui franchit avec le plus de brio et de talent les décennies, puisse ouvrir pour la nouvelle machine de guerre scandinave. Il se doute encore moins que l’entame de la soirée va nous offrir la plus étrange des introductions….twilight-force-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-51

 twilight-force-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-52Après avoir vaincu les forces du mal et mis un terme à la volonté destructrice de Sauron, Frodon Sacquet s’ennuyait ferme dans sa contrée adorée qui pour la première fois lui semblait bien fade. C’est là qu’il eut l’idée de créer un groupe de métal avec ses potes et il l’appela TWILIGHT FORCE. Tous les clichés étaient enfin réunis, il ne manquait que les nains, Passe-Partout étant déjà occupé sur nos petites lucarnes.twilight-force-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-54 A grands coups d’épées dans l’eau et au son (faiblard) d’une Elfe-guitar, Frodon et sa bande nous ont bien fait rigoler! Gandalf à fond sur son clavier comme s’il venait de fumer la pipe, Legolas qui dégaine les solos plus vite que ses flèches, tout ce petit monde est fin prêt à reformer la communauté de l’anus… Je voulais dire de l’anneau! De là à dire qu’on en eut vite plein le c.. , il n’y a qu’un pas que je n’oserai franchir à travers les portes du Mordor. Alors arrêtons-nous là avant que cela devienne inacceptable! Quoi qu’il en soit, une étonnante partie de rigolade servie avec sourire par le frontman Chrileon (sans faille vocalement)  qu’il convenait de savourer au second degré tant la saveur du melting pot héroic-fatasy de références proposées (Finntroll, Rise of the Northstar et bien sûr Rhapsody of fire) allait s’avérer des plus futiles au final.accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-29

accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-33Les pauvres guerriers de la Terre du Milieu vont rapidement se faire couper les oreilles en pointe par des chevaliers teutons aussi enragés qu’une horde de goblins qui s’est fait piquer son quatre heure. ACCEPT ne va rester que 60 minutes sur scène, suffisantes pour mettre tout le monde d’accord. Frodon ferait bien de se garder de crier au loup car le Wolf est chauve et baraqué ce soir (étonnante ressemblance avec votre serviteur qui plus est!).

accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-18En 10 morceaux formant une setlist aussi lourde que la grosse Bertha et vous défonçant la tronche tel un Panzer, le divin chauve et ses copains chevelus vont aller droit au but. Pas un temps mort, pas une seconde de libre pour pleurnicher parce-que Sam et Golum ne s’entendent pas! Le set des allemands et un pur joyau de heavy classique avec des hymnes en veux-tu en voilà. D’ailleurs les morceaux plus récents (Stampede, Stalingrad, Teutonic Terror) sont devenus eux aussi des classiques, relayés en cœur par un public conquis et prouvant, si besoin en était de la santé de fer et de l’inspiration sans faille de nos voisins germaniques. accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-17Les chants de gloire des années 80 ne sont pas en reste et le best-of condensé de la machine de guerre qu’est Accept est là pour nous rappeler qui sont les maîtres. Pauvre petit Hobbit, en voyant ça tu regrettes peut-être d’avoir renoncé à te jeter dans la lave avec ton anneau unique. Unique, Accept l’est indéniablement ! accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-5Les fans seront un brin frustrés de n’avoir eut qu’un set réduit au minimum (Losers and winers notamment manque cruellement à l’appel!), mais deux ans après leur dernier passage au Bikini, et sans nouvel album à promouvoir, c’est un cadeau bonux bienvenu pour nos oreilles. C’est bon les enfants vous avez pris votre fessée ? Place à la suite mais n’oubliez jamais qui a empêché l’armée  de Gengis Khan de pénétrer en Europe. Et oui les Teutons! Frodon doit en bouffer sa cape invisible !accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-24

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-49L’heure est venue dans cette soirée mettant le métal lourd à l’honneur (désormais je remplacerai le mot « heavy » par sa traduction en langue de Moliere) d’enfoncer le couteau dans la plaie. Après le lourd tout court de Twilight Force et le lourd traditionnel et imparable d’Accept voici le supposé clou du spectacle avec le lourd camouflage de Sabaton. Le petit Joshua est aux aguets mais il se fait tard et les paupières sont lourdes…

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-46sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-47Les suédois font aujourd’hui partie des valeurs sûres sur scène comme sur album et comptent parmi leurs troupes une armée de fans invétérés prêtes à prendre des rafales de riffs partout où le groupe pose son bardage. A contrario, SABATON compte autant de détracteurs que d’admirateurs, mais ça, votre serviteur également fan de Lara Fabian période West coast n’en a que faire.

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-45Un petit garçon commence à bailler, sa passion mise à mal par la fatigue… Il est 22h quand retentit la reprise de In the army now, histoire de nous rappeler le thème de prédilection d’un groupe et, si besoin est, qu’on est pas là pour faire des colliers de marguerites. Les mecs de Sabaton doivent manger du hippie au petit déjeuner tellement ils aiment la guerre et bien que le groupe se morfonde parfois dans la surenchère militaire héroïque, la recette fonctionne et envoie du bois. Le groupe favori de John Rambo nous dégaine d’entrée ses grosses bastos, avec un décor de scène rempli de fleurs et d’arc en ciels. A un moment donné j’ai même cru voir un Bisounours. sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-41Mais attendez, on me signale au talkie-walkie que Joakim aurait réellement croisé un Bisounours et qu’il l’aurait supplié de jouer un morceau en acoustique pour réduire un chouilla l’aspect martial de leur show. Bien lui en a pris car Final Solution restera paradoxalement le meilleur moment de show, tant pour la qualité de cette version à l’introduction pleine d’humour et d’originalité que pour son côté rafraîchissant et cassant un peu l’image insensible de nos Vikings en treillis.sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-48

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-44Malheureusement, il devait y avoir des choses très intéressantes à voir sur le côté de la scène car le chanteur à la crête et la majorité de ses frères d’armes n’ont cessé de partir faire des allers et venues backstage. Seul Tommy Johansson, le petit nouveau à la guitare, franchement motivé d’avoir eu son BEPC et de partir pour la première fois en tournée, n’ont cessé de visiter les coulisses et de casser ainsi le rythme du show. Est-ce la présence de Floor Jansen, la chanteuse de Nightwish en attente d’un heureux événement qui les a perturbé ? Ceci étant dit, il faut admettre que le groupe n’était pas aussi en forme que lors de sa venue en 2014 (lire ici Chair de poule)… Outre ces égarements scéniques, un grand nombre de morceaux mi-tempo furent joués tant et si bien que nous constations comme un soufflet quelque peu retombé en comparaison avec leur dernier passage sur notre champ de bataille.sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-39

sabaton-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-50Fait-on la fine bouche, tel un Hobbit qui chercherait tong à son pied poilu? Plus ou moins. Nous voilà devenus exigeants car il y avait franchement de quoi se régaler avec les hymnes tonitruants que sont par exemple Resist and bite, Bushido ou encore Hell and Back. La recette est souvent identique mais d’une grande efficacité, la mise en scène du spectacle toujours ponctuée de touches d’humour sympathiques et conviviales. Bref, un excellent moment tout de même malgré les quelques bémols évoqués.

Une belle soirée hivernale en somme au cours de laquelle si Sabaton a confirmé son statut de fleuron de la scène lourde actuelle, Accept a rappelé que pour le lourd, le vrai, l’imparable c’est toujours eux qui détiennent la formule magique! Quant-à Twilight Force, ceux-ci ont donné à Tolkien une raison de ne pas ressusciter pour voir ça.accept-toulouse-le-bikini-18-1-2017-photos-jata-28

De son côté, le petit Joshua a sombré dans les bras de son papa et de Morphée; il a peu vu ses idoles, dévasté par la fatigue. Nul doute qu’il aura d’autres occasions de savourer les hymnes entraînants de ses guerriers préférés…

Allez bande de geeks, rdv au prochain concert !

_____________________

Chronique : Add Rien . Intro, conclusion et coordination: Tweety.

Photos : Tweety.

Traitement, mise en page : SB.

A LIRE : Sabaton, chair de poule et Accept, rouleau compresseur .

_____________________

LES PHOTOS JATA D’ACCEPT ET LA SET LIST:

LES PHOTOS JATA DE SABATON :

LES PHOTOS JATA DE TWILIGHT FORCE :

 

%d blogueurs aiment cette page :