Archive pour ’77

KYLE GASS BAND : Ailleurs… (+’77) – Mardi 27 Septembre 2016 – Toulouse, Le Saint des Seins –

Posted in KYLE GASS BAND/'77 Toulouse 27.9.2016 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , on 27 septembre 2016 by JATA LIVE EXPERIENCES

13227214_1085448631520644_2007833267074429726_nL’été refuse obstinément de tirer sa révérence sur la ville rose. Ses travaux interminables enfin achevés, la place St Pierre s’est ornée d’une belle parure et la vie trépidante autour de cette fourmilière proche du centre ville est enfin à nouveau en ébullition. Les terrasses ne désemplissent pas tandis que des amoureux de classic rock s’apprêtent à envahir le Saint des Seins qui affiche vite sold out.

77-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-8C’est à un voyage temporel auquel nous sommes conviés ce soir. Une foule dense patiente au dehors. Chaque fan pénètre tranquillement dans la sas tandis qu’il reste encore bien du monde au dehors quand les premiers accords binaires des barcelonais viennent émoustiller les amoureux d’ AC/DC qui commencent déjà à solliciter leur nuque.

77-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-577-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-6Nous sommes ici en territoire archi connu tant les catalans n’en sont pas à leurs premiers pas en nos terres. Ils enchaînent les premières parties (D.A.D, Koritni etc… ), nous offrant à chaque fois des shows de haut vol sans une once d’originalité mais avec une conviction, une hargne et une implication qui force le respect. Pantalons pattes d’eph, chemises à fleurs entrouvertes, boots d’époque, tout est là pour nous replonger dans les 70’s.

77-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-13Dire que la magie opère relève d’ailleurs de l’euphémisme. En seulement 30 minutes, un solo de LG dans la foule (comme d’hab’!) qui se poursuit sur le bar (ça, c’est nouveau!), le groupe des frères Valeta (doté de deux nouveaux membres à la rythmique, dont un jeune batteur excellent) a réussi à nous faire oublier qu’il y avait le concert pour lequel nous sommes venus par la suite! Les quatre barcelonais nous quittent sous les ovations et même davantage puisque la foule ultra compacte désormais entame en chœur et durant de longues minutes le refrain du dernier titre (We want more rock’n roll) : « And I say no, no, no, got no place to go, we want more rock’n roll! » Du jamais vu pour une première partie et un privilège si l’on considère que le groupe annulera son show à Dijon le lendemain et les deux suivants en Italie!77-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-12

kyle-gass-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-2Après une demi heure d’attente, c’est une légende atypique qui va se présenter devant nous pour la toute première fois. Un star en quelque sorte mais en parfait décalage avec le concept originel dévolu à ce terme. L’artiste américain Kyle Gass n’est autre que le célèbre acteur du mythique film The pick of destiny avec Ronnie James Dio. C’est aussi surtout l’acolyte de Jack Black au sein de l’irrésistible duo fun (hard) rock Tenacious D, ultra célèbre outre Atlantique.kyle-gass-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-12

Nul doute alors qu’une fois de plus, nous allons voyager, être transporté ailleurs au sein d’un univers où s’entremêlent classic hard rock, acoustic music et lyrics foisonnantes et non dépourvues d’humour. Certes, il est fort difficile pour celui qui ne maîtrise par à la perfection la langue de Shakespeare de saisir les subtilités de la prose et autres jeux de mots. Ceci d’autant plus que le son s’avère moyen et les discours (trop nombreux) distillés avec d’improbables accents et une vitesse qui a tendance à nous égarer en chemin….kyle-gass-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-21

Malgré tout la magie opère, des slams commencent  à se succéder et la chaleur s’avère étouffante. Notre star, à la bonhomie non dissimulable  a d’abord su s’entourer de quatre musiciens impressionnants. L’un des deux guitaristes, Mike Bray, partage le chant avec lui et enveloppe leurs mélodies accrocheuses d’un organe des plus chaleureux. Avec son acolyte John Konesky, ils distillent ses riffs groovy sur des titres déjà cultes (Tremendous et Questionable, nos deux favoris!).kyle-gass-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-9

kyle-gass-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-17Le Kyle Gass band, outre sa bonne humeur communicative (l’ interaction incessante avec le public du frontman qui interpelle les premiers rangs, descend dans le pit, tente de faire chanter une charmante fan), nous assène nombre de titre imparables aux solos dévastateurs (Manchild, Regretta), surprend le néophyte avec des ballades bluesy épurées (magnifique She’s my Bro Ho !) et n’utilise pas la flute à bec telle le Jethro Tull du pauvre mais l’introduit avec élégance et surprise comme l’improbable touche de grâce qui amène la chanson où on ne l’attend pas forcément (Gypsy Scroll).

kyle-gass-toulouse-le-saint-des-seins-27-9-2016-photos-jata-18Les plus de 100 minutes de cet étonnant  concert s’achèvent d’ailleurs avant et après rappel par le dyptique quasi cinématograhique gitan tant attendu des fans (Gypsy scroll II Toot of the Vall) qui voit les deux gratteux revêtir des aubes noires à capuches tandis que Kyle tricote tendrement quelques lignes de pipo enchanteresses.

Ils sont quatre à saluer. La star si simple est déjà au merch’ en fond de salle, disponible pour tous durant de longues minutes! Mr Gass, on s’incline!

________________

Chronique et photos : Tweety.

Merci à SPM Prod et à Fred en particulier!

________________

KYLE GASS BAND – LES PHOTOS JATA :

’77 – LES PHOTOS JATA :

 

MICHAEL SCHENKER’S TEMPLE OF ROCK : L’ère du Scorpion (+ ’77) – Dimanche 8 Novembre 2015 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in MICHAEL SCHENKER'S TEMPLE OF ROCK Toulouse 8.11.2015 with tags , , , , , , , , , , , , , , , on 9 novembre 2015 by JATA LIVE EXPERIENCES

Nous voici entrés dans l’ère du Scorpion. Non pas au niveau du zodiaque mais sur le plan musical!

Dans moins d’un mois les légendaires Scorpions viennent nous rendre visite au Zénith de Toulouse tandis que UFO, groupe là aussi culte de heavy/rock dans lequel a officié un certain MICHAEL SCHENKER se produit ce mardi au Metronum! (Lire ici Le temps de l’insouciance, notre chronique sur UFO)Micheal Schenker (3)

Micheal Schenker (5)La dernière fois que le cadet des Schenker s’est produit dans notre ville, c’était en première partie de Def Leppard, au Palais des Sports, en 1988!!! Il nous revient donc avec son nouveau projet Temple of Rock doté d’ un superbe line up parmi lesquels oeuvrent le chanteur Doogie White (ex Rainbow, Yngwie Malmsteen’s band) et les deux ex Scorpions : Francis Buchholz (basse) et Herman Rarebell (batterie). Pourtant, on ne peut pas dire que la cela attire les foules, seulement 380 personnes ont fait le déplacement!

Il y a des groupes qui sont sacrément vernis ou du moins bien managés. C’est le cas des Barcelonais de ’77 qui ne sont pas des inconnus . Ceux qui ont l’habitude d’aller en concert connaissent ces jeunes espagnols que l’on a vu déjà en première partie de Koritni et de D.A.D .

Si musicalement ils n’inventent rien, leur hard rock bien pêchu ressemblant fort à certaines formations australiennes bien connues (c’est facile, pensez à une dont le guitariste a une tenue d’écolier!), leur bonne humeur fait qu’on passe un moment agréable même si le public reste un peu mou. Mais ce qu’on remarque le plus, c’est le batteur du groupe. J’entends certains dire: « quoi, c’est un enfant à la batterie?! ». C’est vrai que la petite taille et la jeunesse du personnage étonne. Mais après enquête, il s’avère qu’il a en fait 20 ans. Nous venons de passer 40 minutes de très bon classic hard rock! Bravo AC… ah non zut! Airb... ah mais non, c’était ’77! Regardez ici Down and dirtyMicheal Schenker (1)

Micheal Schenker (4)Le line-up exceptionnel de ce soir augure bon nombre de classiques du genre. Et ça commence très fort avec un des plus grands tube d’UFO Doctor, doctor qui met tout le monde d’accord et qui sort le public de sa léthargie. Cela permet surtout de voir que Doogie n’a rien perdu de sa voix et que Michael Schenker est toujours en grande forme malgré ses 60 ans. Le son est plutôt bon quoique un peu trop fort … Si certains se plaignent de ne pas entendre les grattes, ce n’est pas notre cas…La set list fait oublier ces quelques imperfections car on a droit à de sacrés moments de bravoure: du MSG avec Victims of Illusions, du Scorpions avec Lovedrive ou Rock you like a Hurricane et bien-sùr des titres d‘UFO avec un magnifique Rock Bottom qui sera l’un des moments forts de ce concert. Les solos de guitare sont souvent longs et ennuyeux mais ce soir, avec la rythmique derrière, Michael Schenker nous offre une impro de toute beauté, puissante et accrocheuse.Micheal Schenker (2)

Michael laissera une large place à ses compères musiciens ce qui témoigne de la part d’un tel guitar heroe d’un ego qui ne semble pas surdimensionné. Les 1h40 de concert passent trop vite. On vient d’assister à un pur moment de rock’n roll et on en redemande. Ça tombe bien, ce vœux sera bien vite exaucé puisque UFO, deux jours plus tard, nous réservera au Metronum une prestation d’anthologie! Rendez-vous est pris pour ce second chapitre de notre triptyque toulousain baptisé l’ère du Scorpion….

Voir ici le concert entier au Rock Hard Festival en HD en 2015.

_______________________

Chronique : Conan Akiro

Photos : Thierry Lanfrit

Merci à eux pour leur contribution à Jata et merci à Euterpe / Box Office pour le concours réalisé autour de ce concert

_______________________

D-A-D : Classieux… (+ ’77) – Mercredi 9 Avril 2014 – Toulouse, Le Métronum –

Posted in D-A-D / '77 Toulouse 9.4.201 with tags , , , , , , , , , , , , , , , , , , on 10 avril 2014 by JATA LIVE EXPERIENCES

1011614_10152002056652592_54794649_nJournée estivale sur les bords de la Garonne. Trente degrés au thermomètre, comme quoi le frisson ne sera ce soir synonyme que de plaisir dans l’antre du Métronum, nouvelle salle de la cité gasconne que la quasi totalité des spectateurs découvrent aujourd’hui. Ma petite histoire retiendra d’ailleurs que c’est le Sexy Cool de Philippe Katerine qui résonnait dans la sono lors de nos premiers pas dans ce nouveau joyau des nuits toulousaines… Amusant à défaut d’être approprié!D-A-D Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (2)

'77 Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (8)Si l’on se délecte déjà des nombreux moments exceptionnels  (Napalm Death, Steve Harris, Anathema, Manigance, et Kissin’ Dynamite sont programmés!!!) que le futur nous offrira dans cette salle de 600 places divinement pensée, conçue et finalisée (ultra moderne, tel un petit Bikini surélevé aux 2/3 de la salle, top!) c’est avec un plaisir non dissimulé que les 200 spectateurs du soir vont accueillir rien moins qu’une légende du hard rock scandinave,  les danois de D-A-D, ceux qui étaient diffusés en boucle sur MTV à l’époque où cette chaîne faisait fantasmer tous les amoureux de musique et représentait le Graal des amoureux de clips… Il y a bien longtemps quoi…'77 Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (4)

On peut juste regretter (même si l’affluence reste correcte compte tenu du contexte) que les fans de rock et de hard du sud de la France n’aient pas saisi à sa juste valeur la portée d’un événement qui, faute  de communication plus intense dans le milieu spécialisé, aurait dû doubler ou tripler le nombre de ses afficionnados…

'77 Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (3)D’autant plus que la plateau s’avère particulièrement savoureux avec le retour des barcelonais de ’77, que nous avions déjà fortement apprécié en ouverture de Koritni, il y a deux ans, salle Ernest Renan…

Parfaite entame pour créer une ambiance propice au headbang, d’autant plus que les catalans débarquent avec l’intention de tout détruire. Pour eux, l’histoire musicale semble s’être arrêtée à la fin des années 70 comme en témoigne leur look avec pantalons à pattes d’éléphant et chemises à carreaux. C’est peu dire qu’ils vouent un véritable culte au grand AC/DC époque Bon Scott tant chacun des titres nous ramène en un espace temps que l’on définit aisément et que l’on se plait à revivre avec un tel combo. A l’image d’un Airbourne, d’un Bonafide ou autre Hardbone, ils n’ont certes rien inventé mais leur show met vraiment la patate et c’est tout ce qu’on leur demande. Seul bémol, il faut se reculer de quelques mètres pour entendre le chanteur dont aucun octave ne vient ponctuer les riffs des mélomanes des premiers rangs. Le batteur frappe tel un damné  sur une batterie minimaliste tandis que le guitariste dépense une telle énergie qu’il en casse même sa sangle. Idéal pour bien commencer la soirée!D-A-D Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (17)

D-A-D Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (21)Paradoxalement, la pause parait trop courte tant nous naviguons en visages connus. Les potes sont légion et il est parfois frustrant que l’ubiquité ne soit pas l’apanage des pauvres humains que nous sommes.D-A-D Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (14)

Bizarrement, le premier quart de ce show tant attendu va me laisser de marbre. Suis je le seul? Peut-être pas si l’on en juge par l’ambiance juste polie de la demi heure initiale. L’instrumental d’ouverture longuet, dos au public restera longtemps un mystère, telle une entame mollassonne et ratée d’un show qui heureusement, va vite trouver son second souffle, celui qui conjugue énergie, inspiration, communication et surtout originalité. Le groupe semble ravi de sa première vraie tournée française pour ses trente ans d’existence, et ne va pas nous proposer un spectacle au rabais. Alors qu’il a l’habitude de jouer dans d’immenses arènes en Scandinavie, nous avons nous aussi droit à une belle scène, un light show de haute volée (celui du Métronum en fait…) et au défilé des basses à deux cordes de Stig Pedersen toutes aussi imaginatives et fascinantes les unes que les autres (ah, la  Rocket bass!) !

D-A-D Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (6)La qualité sonore s’avère cristalline, un vrai régal pour les oreilles, écrin absolu d’une musique servie par le talent du chapeauté haut de forme Jacob Binzer dont l’art de tisser une ribambelle de riffs plus subtils et complexes qu’il n’y parait se coordonne parfaitement avec la maestria vocale de son  gratteux de frangin à la savoureuse  présence naturelle : Jonas Binzer. Un charisme évident au service d’une musique qui sonne telle du Surfin’ hard rock avec des influences très 50’s. Si on pense au son des Shadows, heureusement, les lignes mélodiques s’avèrent plus vivantes et entraînantes tel l’incontournable et jouissif Sleeping my day away que tout le monde attend de pied ferme et qui chavire le public dans une sphère bien plus mouvante et enivrante.D-A-D Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (26)

Présent dans le groupe depuis 1998, le batteur Laust Sonne, seul membre non originel du combo s’avère un véritable métronome (dans cette salle, ça tombe bien…). Le son est énorme (Monster Philosophy) les titres swinguent tel un métal classieux ou les tempis plus soyeux sont assumés. Le public répond comme il se doit, l’ambiance est juste chaleureuse à souhaits, dans l’esprit impulsé par le quatuor de Copenhague. 

 D-A-D Toulouse Le Metronum 9.4.2014 Photo JATA (30)

Il n’y a plus, depuis longtemps, la moindre place à l’ennui. Le show rentre dans une toute autre dimension que celui proposé au Hellfest en 2012. Les deux rappels permettent encore davantage de créer une proximité savoureuse. I won’t cut my hairs résonne tel un hymne dédié aux métalleux que nous sommes tandis que Bad Craziness fait dandiner latéralement les plus tranquilles des spectateurs. Quel dommage que nous le groupe ne propose pas en live la pépite absolue Too deep for me. J’adore mettre cette chanson dans un blind test, ça ne loupe jamais, qui trouverait D-A-D pour ce titre qui sent bon les RED HOT… On réalise toutefois la chance que l’on a de vivre un tel moment, d’autant plus que la ballade Laugh and a half, interprétée seulement par les deux frangins résonne telle une offrande des plus savoureuses….

Cette soirée finira très tard avec les potes, nous délectant d’une belle nuit printanière. La moitié du groupe (les frangins Binzer) prendra son temps mais finira par nous rejoindre pour une série de photos bien croustillantes. Juste classieux…D-A-D after show

_______________________

Chronique, photos, mise en page : Titi

Un grand merci à Hatem! Merci à la mairie de Toulouse…

_______________________

LES PHOTOS DE D-A-D :

LES PHOTOS DE ’77 :

 

%d blogueurs aiment cette page :