Archive for the TARJA Toulouse 21.2.2012 Category

TARJA : Faites place à la Diva ! ( + MYRATH + BENIGHTED SOUL ) – Mardi 21 février 2012 – Toulouse, Le Bikini –

Posted in TARJA Toulouse 21.2.2012 with tags , , , , , on 22 février 2012 by JATA LIVE EXPERIENCES
La belle affiche du concert.

Une fort belle affiche pour ce concert.

Ce soir, les fans de lyrique n’iront pas à l’Opéra, encore moins à la Halle aux grains ou au Capitole. La Diva finlandaise TARJA TURUNEN nous fait l’honneur de sa présence dans le lieu culte ‘dura rock’, Le wonderfull Bikini! Après son magnifique projet classique In Concert Live at Sibelius Hall (feat. Harus) de 2011, elle nous revient avec son super groupe métal pour défendre curieusement l’album Until My Last Breath  qui qui date de… 2010! Plus qu’une aubaine, un privilège, tant la belle suscite les passions autant par son incroyable organe que par son envoutante beauté!

En noir puis en blanc, le belle n'aura de cesse de nous éblouir.

En noir puis en blanc, le belle n'aura aucun mal à fasciner l'auditoire.

Si Toulouse rassemble une base solide de fans de métal gothique à vocaux féminins, c’est la première fois que l’ancienne chanteuse de Nightwish vient se produire dans la ville rose. L’affluence est correcte (800 personnes à vue d’oeil) à défaut d’être exceptionnelle. On est tout de même loin de la folie observée lors de la venue de WithinTemptation quatre mois plus tôt.

MYRATH ouvrira bien les hostilités ce soir.

MYRATH ouvrira avec brio les hostilités ce soir.

Il règne d’ailleurs une certaine confusion autour des groupes d’ouverture. Les Tunisiens de MYRATH ayant mystérieusement disparu, remplacés puis finalement bien présents mais avec un temps de jeu malheureusement réduit. Nous voici malgré tout enchantés de découvrir live un groupe dans la lignée d’Orphaned Land avec ce nouveau métal oriental qui vous séduit ou vous déstabilise selon votre sensibilité. Le groupe est pour ma part  très attendu après la sortie de leur excellent album Tales of the sands.

Anis, bassiste de Myrath.

Anis, bassiste de Myrath.

Les spectateurs semblent connaitre les chansons et ont sans doute, comme nous, apprécié l’ excellent clip Merciless time si l’on en juge par l’accueil réservé à ce titre comme à l’ensemble du set. Il faut dire que dès l’entame, Braving the seas nous transporte avec allégresse dans ce voyage à travers les océans. Plus direct et brut de prime abord Beyond the stars renoue toujours avec la tradition dans un refrain enchanteur, prétexte à  un final où l’Orient se marie avec de belles envolées de guitare.  La formation livre une  prestation énergique, inspirée et démontre qu’ils sont désormais incontournables dans ce style progressif oriental. Un seul regret : qu’ils n’aient joué que vingt cinq  pauvres minutes malgré les suppliques du public qui en redemandait. Désolés, la troupe du charismatique leader Zaher, devra quitter les lieux non sans retrouver  de nombreux nouveaux fans au merchandising. On regrettera que l’excellent frontman n’ait pas eu l’occasion de nous offrir plus tard ce duo prévu avec Tarja sur Phantom of the Opera. Première date de la tournée, pas le temps de répéter! Les spectateurs du lendemain, à Lyon, auront la chance de se délecter de ce choc des cultures! MYRATH  aura en tout cas laissé un excellent souvenir. Espérons vivement qu’ils reviennent dans nos contrées pour un live intégral cette fois-ci.

L'excellent Zaher a donné l'elant qui fallait à ce set d'ouverture.

L'excellent Zaher a donné l’élan qu'il fallait à ce set d'ouverture.

Benighted Soul, meilleur sur dsique qu'en live?

Benighted Soul, meilleur sur dsique qu'en live?

Deuxième groupe de la soirée, les français de BENIGHTED SOUL qui ont l’avantage d’avoir une musique se rapprochant de celle de la tête d’affiche. Autant le dire tout de suite et faire un jeu de mot un peu débile, ils portent bien leur nom et effectivement, ils nous ont quelque peu saoulés. Pourtant, nous avions apprécié sans restriction le single clippé Edge of Insanity. Or, la prestation s’avère on ne peut plus linéaire et l’ennui pointe vite le bout de son nez. Comment adhérer au chant de Géraldine, certes clair mais particulièrement crispant. Si l’on ajoute une prestance des plus transparentes et une certaine lourdeur dans les discours, incitant le public à acheter leur cd à plusieurs reprises (les membres de la formation se posteront même à la sortie du concert avec des albums dans les mains), on ne pourra que regretter que ces trente minutes n’aient pas profité aux tunisiens enchanteurs! A oublier  même si l’accueil s’avérera on ne peut plus correct et si certains ont semble t-il apprécié.

Un  magnifique 'curtain' qui nous propulse dans l'univers de TARJA bien avant que ne débute le bal.

Un magnifique 'curtain' qui nous propulse dans l'univers de TARJA bien avant que ne débute le bal.

Après une longue attente, TARJA apparait derrière une grande draperie transparente où son visage est particulièrement mis en valeur. Ses yeux d’un bleu azur et ses lèvres rouges vif en font rêver plus d’un. Voilant en partie la scène, la star vient à nous arborant un masque tout au long du  premier titre. Belle entame mystérieuse d’autant plus que le rideau ne tombera qu’à la toute fin de Anterrom of Death.

TARJA version headbanging.

TARJA version headbanging.

Au plus près de Tarja.

Au plus près de Tarja.

Une entame symbole de distance? De ‘j’me la pète?’ Point du tout tant l’ex icone de Nightwish, particulièrement en forme et très souriante, n’aura de cesse de partager, de communiquer, de toucher, d’intégrer le public. C’est avec I walk alone  que le concert décolle véritablement. J’ai la chance de vivre ce moment au pied de la très belle chanteuse et constate vite que l’alchimie opère avec un public dont les yeux convergent tous vers le visage de la cantatrice, qui de mains tendues en flots de sourires, n’est pas avare de sincères échanges.

Les premiers rangs comme l'ensemble de la salle sont au diapason!

Les premiers rangs comme l'ensemble de la salle sont au diapason!

Particulièrement bien accompagnée, la foule aura de quoi se délecter de musiciens master class! Le batteur Mike Terrana (Rage, Masterplan) qui est d’un  niveau stratosphérique n’aura de cesse de démontrer l’étendue de son talent qui n’a d’égal que sa vertigineuse force de frappe et une dextérité à toute épreuve avec ses baguettes. Alors, certes, il y a de la frime, un peu d’esbroufe ça et là; il n’empêche que son solo (à la divine conclusion sur fond de French Cancan)  lui permet d’extérioriser, d’exorciser sa rage et de nous amener dans une parenthèse récréative dont on savoure tous les instants!

4 fois Mike Terrana !

4 fois Mike Terrana !

La belle a ainsi pu se ressourcer et retrouve son groupe parmi lesquels le guitariste Alex Scholpp (qui n’hésite pas à faire gratouiller quelques accords à mon fils Jimmy, scotché au premier rang) et le violoncelliste Max lilja (ex-Apocalyptica). Ceux-ci ont le don de magnifier certains titres moins accrocheurs comme en témoigne la percutante intro de Little Lies.

Alex Scholpp (guitare) et le violoncelliste Max lilja.

Alex Scholpp (guitare) et le violoncelliste Max lilja.

En effet, quand l’inspiration des compos s ‘avère un peu plus aléatoire, force est de constater qu’entre la qualité des musicos, une mise en scène harmonieuse et surtout la présence et la voix de soprano de la cantatrice, on ne s’ennuie guère. D’autant plus que de savoureux highlights nous envoutent littéralement tels le fascinant Underneath (durant lequel une rose lui est offerte) suivi du tant attendu Nemo  de qui vous savez.

TARJA : La divine Diva s'apprête à nous éblouir.

Une rose en offrande pour TARJA .

TARJA dans le public.

TARJA avec ses fans dans la fosse du Bikini.

Habile et généreuse inspiration, voici que la star descend carrément de scène par un petit escalier posté sur sa droite et va se promener au milieu d’un pit médusé durant le très lyrique The Reign! Les mâles principalement n’en reviennent toujours pas et profitent de la générosité de la belle qui ne rechigne pas à embrasser des dizaines de fans dégoulinants d’une sueur puisée entre la chaleur de la salle et une  émotion inattendue. De jeunes filles paraissent touchées, un drapeau sur lequel on peut lire We love you s’ élève à présent devant ses yeux. L’échange devient saisissant, les sentiments sont partagés. Sans nul doute, c’est un très beau moment! Et que dire de notre Boubouille local qui voit là une occasion unique de lui courir après, de la suivre tout au long de son périple et d’obtenir enfin le graal de sa quête!  Du balcon, je n’en perd pas une miette…Top fun!

Voici venu le temps du Unplugged.

Voici venu le temps de l' Unplugged.

TARJA mélancolique ?

TARJA mélancolique ?

Échange délicieusement généreux s’il en est, enchainé avec un  medley unplugged où piano, violoncelle et guitares acoustiques prennent le pas sur un Terrana jonché derrière un  jimbée (amusant quand on connait le tempérament de la bête) . Là encore un magnifique instant qui met en valeur la propension de la Diva à atteindre des notes rares sans trop forcer.

Le métal reprend ses droits, In for a killet ses notes suraiguës clôturant le set avant la rappel.

Plan large de la foule avant le rappel.

Plan large de la foule avant le rappel.

Tout aussi belle en blanc!

Tout aussi belle en blanc!

La Diva, tout de noir vêtue jusqu’alors, nous revient dans une somptueuse tunique blanche qui, au contraire d’amoindrir son impressionnant charisme, semble en décupler les effets. Trois titres nous sont alors proposés       l’entrainant : Over the Hills and far away au divines saveurs irlandaises (en lieu et place de Phantom of the Opéra), le single Die alive qui fait danser la foule malgré ses ruptures de rythme puis le très attendu Until my last breath, parfaite synthèse de tout ce que représente Tarja: plus que la star,  l’icone, la cantatrice, elle a su nous présenter un spectacle cohérent, à part, merveilleusement illustré par un vrai groupe dont les performances n’eurent de cesse de magnifier le talent d’une jeune Diva dont le leitmotiv se conjugue avec proximité.

Un 'au-revoir' dans la joie !

Un 'au-revoir' dans la joie !

————————————————————-
Chronique, photos, mise en page : Titi.
Merci à Conan Akiro pour sa base.
————————————————————-
Un grand merci à l’équipe du Bikini pour sa compétence, pour l’accred’ et l’orga sans faille … Merci à Antoine.
————————————————————

SET LIST TARJA :

La set list de TARJA à Toulouse.

La set list de TARJA à Toulouse.

LIENS :

TARJA WEBSITE

TARJA MYSPACE

FANCLUB FRANCAIS DE TARJA

MYRATH WEBSITE

MYRATH MYSPACE

BENIGHTED SOUL MYSPACE

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :