Archive for the STATUS QUO Toulouse 7.4.2011 Category

STATUS QUO ( + Wille & the bandits ) – Toulouse, Le Zénith – Jeudi 7 avril 2011 –

Posted in STATUS QUO Toulouse 7.4.2011 with tags , , , , on 8 avril 2011 by JATA LIVE EXPERIENCES

Tennis blanches, moquette noire, le Quo au complet et en grande forme.

Il aura fallu attendre bien longtemps avant que je découvre pour la première fois sur scène ce groupe légendaire qui va bientôt souffler ses 50 bougies !

Il faut dire que contrairement à pas mal de KISS fans, je n’ai jamais été plus sensible que cela à ce boogie-rock vitaminé.

Outre le fait de retrouver quelques amis, c’est en curieux que je me rends au Zénith en ce jeudi soir ensoleillé.

Wille & The Bandits vient à peine d’entamer les trente minutes qui lui sont dévolues. Ambiance feutrée dans une arène inadéquate pour ce genre de musique intimiste où la ‘slide guitar’ du chanteur rasta assis me ramène à un John Butler Trio plus bluesy mais aussi moins captivant, moins vibrant. Sympathique mais inadapté. A revoir assis à une table avec sa cervoise et un tavernier de service.

Nous avions aperçu Pierrot à la barrière. Boubouille, Jean Luc et moi n’avons aucun mal à avancer pour le saluer. La foule n’est guère compacte. Le zénith, ce soir,  est en petite configuration . Ce système de rideau est tellement judicieux que l’impression d’une  salle quasi pleine est donné à ceux qui ne connaissent pas l’enceinte de 9000 places.

Richard et ses potes du fan club français suivent la tournée et squattent le premier rang.

Ce soir, 2500 personnes viennent saluer le Quo. Parmi eux, aux premières loges, Richard, le président du fan club français, fidèle parmi les fidèles suit la tournée avec quelques membres de son fan club. Il semble heureux de voir tant de monde et espère une chaude réception pour son groupe fétiche. Le drapeau accroché à la barrière, il aborde cette date avec décontraction avant de rencontrer le groupe chez lui, à Poitiers pour commémorer leur premier disque d’or Hexagonal il y a plusieurs décennies ! Leur enthousiasme fait plaisir à voir. Je me sens comme un jeune novice parmi eux . Ils m’expliquent, me racontent . Je leur avoue être surpris et séduit par le soucis du détail :

La scène est simple mais très belle, amplis blancs, instruments blancs, logo SQ scintillant sur la grosse caisse, le tout sur une moquette noire d’une absolue propreté sur laquelle, même la set-list est imprimée en blanc sur du papier noir … Une seule brindille dénotera : les médiators ne sont pas gravés !

Si l’on ajoute à cela un light show ingénieux qui habille la scène autour de la batterie, je dirai que l’emballage m’emballe. Seules les 5 paires de tennis blanches ne font pas très rock’n roll. C’est parait il, une empreinte indélébile du groupe. Peu importe, dès les premiers accords de ‘Caroline’, celui-ci témoigne d’une jolie vitalité, prends un plaisir non dissimulé et communique sa jeunesse d’esprit à un public qui n’aura de cesse de délivrer la répartie que tout le fan club attendait.

Rick Parfitt & Francis Rossi : les héros ont veilli mais ne sont pas fatigués !

Alors oui, certains titres inconnus pour moi très marqués boogie me laissent un peu sur le bas coté tandis que le fan club se manifeste le plus souvent en sautillant en rythme.  Peu importe puisque les standards m’enthousiasment. Je ne me souvenais même plus de perles telles que ‘ What you’re proposing’  qui m’avait caressé les oreilles durant mon enfance. Et que dire de l’enchainement dévastateur ‘ Down Down’ , ‘Whatever you want’, ‘Rockin’ all over the world’ qui conclue la première heure et demie. Du classique certes pour le fan de base, une vague de plaisir en plaine face pour le novice que je suis.

Un solo de batterie dispenssable mais qui aura le mérite de faire souffler le reste du groupe.

Si l’on rajoute à cela deux belles découvertes : ‘ Don’t drive my car’ ,une vieillerie au tempo séduisant,  et l’émouvante ‘ Living on an Island’ ( Richard m’explique que Rick Parfitt a passé quatre années isolé sur une île après que sa fille se soit noyée dans une piscine, d’où cette mélodie telle un exutoire ), on peut évoquer un très bon concert … Le meilleur jusqu’alors de cette tournée 2011 d’après mes guides d’un soir tant le public a donné de la voix et à répondu aux mimiques des vieux rockeurs, le légendaire Francis Rossi en tête .

Francis Rossi, nouvelle tête, même voix ! Photo Tran .

Le chanteur est une telle référence que je fut au premier abord surpris de ne pas le découvrir avec sa légendaire queue de cheval.

 Mais les vieux rockers grisonnants n’ont rien perdu de leur conviction, de leur implication dans un hexagone où, à l’image d’un Scorpions, ils ont explosé avec une ballade, celle qui leur vaudra une ovation attendue et des cœurs à pleins poumons et à l’unisson :

‘ In the Army now’ .

En tout cas, cette première pour moi lors de leur probable dernière ( hum, qui sait vu la passion qui transparait ) aura été une parfaite réussite …

Un grand merci à Didier Chouchane et à l’équipe du zénith.

Retrouvez de superbes photos de ce concert sur le site de MOOCHER .

Lien direct de ses photos de STATUS QUO .

LIENS ARTISTES :

STATUS QUO WEBSITE

STATUS QUO FRANCE : LEQUOMOTIVE

WILLE & THE BANDITS MYSPACE

SET LIST :

La set list console qui n'est pas noire contrairement à celles posées sur scène.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :