Archive for the ROVER Toulouse 10.4.2022 Category

ROVER : Magnétique! (& SAN CAROL) – Toulouse – L’Ecluse St Pierre – Dimanche 10 avril 2022 –

Posted in ROVER Toulouse 10.4.2022 with tags , , , , , , , , , , , on 24 avril 2022 by JATA LIVE EXPERIENCES

C’était il y a une dizaine d’années sur Canal + : Le live de la semaine ou peut-être La Musicale, mes souvenirs sont flous. Le choc d’un artiste hors normes, une captation immédiate des émotions, se dire que le gars à l’étoffe des plus grands et que son avenir s’annonce radieux. On va en entendre parler! Et puis non, pas vraiment….J’en perds la trace très longtemps. Près de dix ans plus tard, quand la date (initialement prévue au Connexion Live) apparait sur les agendas, je réalise que cet artiste m’avait non seulement interpellé mais plus que cela, il m’avait fasciné et j’avais oublié….Bizarre ! Je réécoute alors. Pas de doute, ma première impression fut la bonne. Le gars captive, il est de la race des plus grands.

En d’autres temps, une autre époque, si ce multi instrumentiste n’était pas un breton bien de chez nous, son potentiel immense aurait pu connaitre un succès planétaire. Pourquoi reste t-il si confidentiel ? C’est un mystère qui ne s’explique que par la communication, la promo, la chance qui ne s’arrête souvent pas sur les bonnes cases ou peut-être simplement un attrait pour l’intégrité au détriment de concessions ?

Quoi qu’il en soit, rendez vous est pris en ce beau dimanche soir de printemps. Malgré un premier tour d’élection présidentielle, la belle surprise est que la salle affiche quasiment complet. Près de 300 personnes (si peu pour un tel talent toutefois!) se sont données rendez vous dans une toute nouvelle et belle salle du centre ville toulousain : l’Ecluse St Pierre.

Il y a de vrais fans. Certains affichent près de 130 concerts du bonhomme et suivent la tournée, d’autres viennent en famille de Carcassonne, d’ici ou d’ailleurs. C’est l’occasion d’échanger, de partager, de revivre enfin, après ces temps de disette du spectacle vivant covidé….

SAN CAROL se produit en ouverture.. Juste sa guitare et sa voix. Déjà un anglais parfait pour un chant qui captive. Pas un bruit. Les silences sont respectés. L’attention s’avère maximale, plus que polie, respectueuse.. Même si les thèmes et certains rythmes invitent parfois à la déprime, cette proposition des plus épurée, tel un Cat Stevens mélancolique, captive durant plus de 40 minutes soyeuses et chaleureuses. Il faut dire que les mélodies sont belles et la voix d’une justesse affolante. Une belle découverte pour un artiste à suivre, tel un road trip statique…

Découvrir ROVER, vous l’aurez compris, s’avère assez excitant. Moi qui arpente depuis des lustres tous les lieux de concerts toulousains, vivre celui-ci comme premier concert dans cette toute nouvelle salle bien située et chaleureuse avec sa scène très haute et ses deux vitraux latéraux ajoute une dimension supplémentaire à la soirée, celle de la double découverte.

L’artiste, dont le physionomie ne peut qu’évoquer le regretté Meat Loaf, nous propulse immédiatement vers une époque, une  philosophie, une atmosphère analogique. Pas besoin d’en faire des tonnes, le multi instrumentiste à l’anglais parfait en impose au naturel. Certains habitués me diront qu’il est bien plus à l’aise que par le passé. Les fans sont même surpris par tant d’aisance, d’auto dérision et d’humour délicat lors de chaque intervention. On sourit aisément. L’instant s’avère d’autant plus délicieux que l’on voyage au sein de dix années et trois albums de création, portés par des mélodies scindées d’éclats éthérés enrobés d’un solide socle tellurique qui trouve de sublimes expansions en d’étonnantes envolées de guitare saturées hypnotisant un public conquis.

Entre Bowie, Clapton, Neil Young et Coldplay, Timothée Régnier de son vrai nom, est de la race des plus grands. Qui s’en doute au delà du petit cercle?  Accompagné d’un seul batteur pour cette tournée, même les boucles s’avèrent efficaces. La chaleur de l’artiste, aussi à l’aise dans le grave que dans l’aigüe nous invite dans un tourbillon d’émotion et de beauté où les récents Wasted Love, Roger Moore les  nostalgiques To this tree et From the start ne font pas baisser l’intensité après des chefs d’oeuvre tels que Some needs ou Aqualast qui mériteraient leur place au panthéon de la pop rock contemporaine.

Seul bémol, 80 minutes. C’est un peu court mais on pardonnera cette durée tant  ROVER s’est montré brillant. Un artiste rare, magique, charmant et abordable. 

_____________________

Texte et photos : Tweety.

Merci à Bleu Citron et à Margaux en particulier.

Merci à Patricia de Aoura

______________________

%d blogueurs aiment cette page :