COVEN : Messe noire… – Mardi 23 juillet 2019 – Toulouse, Connexion Live –

AFFICHECOVEN TOULOUSE CONNEXION LIVE 23.7.2019 PHOTOS JATA LIVE EXPERIENCES (19)Evènement s’il en est, d’aucuns pourront se plaindre cette fois que le groupe qui se produit ce soir devant nos yeux ébahis revient pour la xième fois en nos terres (hello Korpiklanni et consorts). Cette fois, c’est plus qu’une rareté qui nous est offerte par Noiser, voici la curiosité de l’été, voir même de l’année.

COVEN TOULOUSE CONNEXION LIVE 23.7.2019 PHOTOS JATA LIVE EXPERIENCES (9)Si nous arrivons trop tard pour Demon Head en ouverture, nous ne manquerons pas une miette de COVEN. 50 ans plus tard (son premier opus devenu culte date de …1969!!!) , sortie de son cercueil comme par magie (noire), la blonde prêtresse JINX DAWSON va renaître de ses cendres sous nos yeux ébahis. Accompagnée depuis 2013 d’un groupe tout neuf de jeunes gens dévoués et talentueux, la réelle créatrice du Horns up et son groupe psychédélique et satanique saura envoûter les quelques 250 spectateurs durant 75 minutes habitées, intenses et visuellement amusantes. Après une unique date en France en 2017 lors du Fall of Summer, ce fut ce soir la toute première fois de son histoire en club en France que le groupe délivra quelques titres typés late 60’s imparables tels l’excellent Wicked woman entre autres…COVEN TOULOUSE CONNEXION LIVE 23.7.2019 PHOTOS JATA LIVE EXPERIENCES (11)

La story de Coven vaut vraiment le détour, tout comme leur prestation de ce soir où la curiosité s’est transformée en plaisir (non) coupable servie par une belle intensité, une orgue hammond distillant sa dose de mysticité, une dense section rythmique et surtout de sublimes envolées de 6 cordes…Quant-à Jinx, elle n’a plus 17 ans mais son organe reste intact et sa présence fut des plus chaleureuses.COVEN TOULOUSE CONNEXION LIVE 23.7.2019 PHOTOS JATA LIVE EXPERIENCES (25)

Pour le reste, regardez nos photos et précipitez vous sur ce documentaire passionnant de 2 guys 1 TV !

__________________

Photos et récit : Tweety

Merci à Noiser et à Aurélie en particulier.

__________________

LES PHOTOS  DE LA SOIREE ET LA SET LIST :

 

3 Réponses to “COVEN : Messe noire… – Mardi 23 juillet 2019 – Toulouse, Connexion Live –”

  1. Excelleeeeeeent j’aurai bien voulu voir ça !

    J'aime

  2. Laurent LegrandTimonier Says:

    Ce soir à Lyon 😍

    J'aime

  3. Nous sommes au coeur de l’ été, sous la chaleur suffocante et infernale de la canicule mais ça n’ arrête pas les courageux fans de musique extrême que nous sommes. Ce soir nous sommes conviés à une soirée bien mystérieuse avec COVEN. Ce nom ne vous dit peut-être rien et pourtant, les musicologues considèrent aujourd’hui que ces Américains ont eu une influence majeure sur la musique metal. Petit retour en arrière. En 1967, une jeune fille de 15 ans (!), Jinx, va fonder Coven. Dans le folklore anglo-saxon, cela veut dire rassemblement de sorcières. Musicalement, le groupe ne va guère passionner les foules et ne marquera guère les esprits entre 1969 et 1974, le temps de sortir 3 albums. A l’écoute, on pense aux Doors, à Jeferson Airplane ou à Janis Joplin. Mais ce qui va faire l’effet d’une bombe, c’est l’imagerie et les concerts donnés par le groupe. En 1969, Coven signe chez Mercury et sort l’album « Destroys Minds and Reaps Souls ». Quand la maison de disques Mercury, reçoit l’album, ils sont effrayés par ce qu’ils voient et entendent. Imaginez, vous ouvrez la pochette et vous découvrez une femme nue allongée sur un autel, entourés d’hommes cagoulés faisant le signe de la Corne (et oui, ce n’est pas Ronnie James Dio qui a inventé ce signe!). La dernière plage, de 13 minutes, est en fait l’enregistrement d’une messe noire. Vous vous rendez compte qu’un groupe menée par une jeune fille mineure a sorti ça en 1969, l’année du meurtre de l’actrice Sharon Tate par les adorateurs de Charles Manson. Accusés alors à tort d’être des sympathisants du gourou, Mercury décide de retirer l’album des bacs en 1970. Après, le groupe va végéter jusqu’en 1974, s’arrêter avant de reprendre;;; 39 ans après en 2013! Et pourtant, quel impact sur le metal. Déjà, comment ne pas être intrigué par le nom du guitariste de l’époque Oz Osbourne et du 1er titre de l’album « Black Sabbath », même si les intéressés ont toujours clamé que c’était une pure coincidence? Comment ne pas penser que toute la scène black metal n’a pas entendu parler de ce groupe à moment donné? King Diamond a avoué que Coven faisait partie de ses principales influences. 50 ans plus tard, le groupe vient pour la première fois dans notre ville et il y a foule ce soir pour participer à cette soirée occulte: des metalleux pour la plupart mais aussi des nostalgiques de cette époque qu’on reconnait à leurs pantalons pattes d’éléphant et chemises à fleurs.

    Demon Head nous vient du Danemark et se présente sous l’étiquette doom metal. Franchement, à l’écoute, je trouve qu’on en est loin! C’est plutôt du bon hard rock psyché avec une petite touche cold wave, la voix du chanteur Ferreira Larsen faisant étrangement penser à Robert Smith des Cure. là aussi, les textes sont sombres et parlent d’occultisme, le thème de la soirée. Et ça se défend bien sur scène. Le show est énergique, les morceaux sont variés. Bon, le son n’est pas parfait. On n’entend pas le clavier et c’est bien dommage (ah p…, le son du Connexion, si éloigné de la perfection du Metronum). Mais bon, ça n’empêche pas une bonne partie des curieux de bien s’éclater malgré la chaleur tandis que les récalcitrants préfèrent boire une bonne bière dehors. Mais Demon Head a marqué des points ce soir. Et, avec le revival en ce moment de toute cette scène années 70, je pense qu’on entendra de nouveau parler d’eux très vite!

    Alors à quoi s’attendre avec COVEN après 45 ans d’absence. Jinx, aujourd’hui agée de 67 ans, est la seule membre d’origine à tenir le flambeau. Le concert débute par une étrange et mystique introduction. Sur fond d’incantations blasphématoire, les membres du groupes, encagoulés se réunissent autour d’un cercueil déposé au centre 20 minutes plus tôt. Quelle n’est pas la surprise du public de voir Jinx sortir de ce dernier (et ben! elle n’est pas claustrophobe au moins!). Premier constat, le son est très bon et c’est tant mieux! Ensuite, on est vite rassuré, notre sympathique sorcière est est en voix et garde une superbe forme même si elle est aidée par son guitariste (mention spéciale à celui-ci d’ailleurs, un véritable plus sur scène!). Bien évidemment, l’ album « Witchcraft destroys minds and Reaps Souls » est repris dans son intégralité. Mais les morceaux sont transfigurés avec un gros son de guitare mis en avant qui va ravir le public metalleux présent ce soir. On est loin des gentilles mélodies de l’époque mais ça passe super bien! Côté jeu, il y a bien sûr des éléments sataniques (bougies, cranes) mais Coven ne tombe pas dans le piège de l’excès ou du ridicule. Mention spéciale au morceau culte « Coven in Charing Cross » avec ses incantations au démon qui voient Jinx tout sourire communier avec le public (Ah le signe des cornes est cette fois-ci bien justifié!). Au bout d’ 1h15 de show, c’est déjà terminé. C’est dommage, j’aurais bien pris un peu de rab mais Coven a démontré ce soir que son retour était tout sauf une plaisanterie. Jinx dégage assurément quelque chose de magique. Gloire à la sorcière!

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :