EPICA + DRAGONFORCE + DAGOBA : Un Bikini peut en cacher un autre! – Mercredi 3 Décembre 2014 – Toulouse, Le Bikini –

10526052_728748033858321_4160115506726636406_nEPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (19)Un Bikini peut en cacher un autre…. Deux jours après Arch Enemy et Kreator (lire ici Hot in winter) nous revoici au Bikini pour la suite de ce périple ébouriffant des concerts de cette folle fin d’année 2014.EPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (15)

Ce soir c’est un vrai pari livré par cette étonnante tournée qui regroupe trois groupes reconnus opérant dans des styles de métal diamétralement opposés (mais signés par le même label, ceci explique cela…). Curieuse affiche pour un audacieux pari…. Réussi si l’on en juge par l’affluence des grands soirs dans le temple des concerts toulousains, raté si l’on s’en réfère à des conditions sonores très étonnantes en ces lieux.

On le sait depuis longtemps, EPICA est un groupe très populaire en France et attirait déjà un public non négligeable à chacune de ses venues. Même lorsque les bataves ont connu un petit coup de mou lors de la sortie de leur avant dernier album  (Requiem for the indifferent), largement en dessous du niveau habituel, leur fans répondaient présents.

Cette année, c’est vrai, ils ont su redresser la barre avec leur dernier opus The Quantum Enigma, salué par les critiques. Pas de surprise par conséquent de se donner rendez-vous dans un  Bikini  quasi-complet (au moins 1200 personnes en tout cas!) ni de lassitude : malgré la multitudes de dates, le public toulousain a une nouvelle fois répondu présent.

DAGOBA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (1)Il faut dire que l’affiche fait particulièrement saliver! Les premières parties sont également des groupes reconnus dans le monde du métal. En premier lieu, ce sont les marseillais de DAGOBA qui ont la charge d’ouvrir les hostilités. Autant l’avouer sans détour, malgré un batteur d’exception (Franky Costanza, un monstre de technique!) et une belle impression laissée lors du dernier Hellfest avec une braveheart qui restera dans les annales, nous ne sommes pas vraiment clients de ce style hybride dont le death métal flirte avec l’indus.DAGOBA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (2)  Quoi qu’il en soit, non seulement la popularité du groupe ne se dément pas (leur public répondant comme un seul homme contrairement à celui d’Epica) tandis que les titres énergiques sont transcendés par la présence magnétique d’un Shawter dont le chant s’avère enivrant pour qui veut bien rentrer dans ce trip quasi metalcore dont tout le public ne possède bien évidemment pas la clé. Toutefois, même les plus réfractaires auront pu headbanger compulsivement sur l’efficace Black Smokers  tandis que les plus furieux se seront déchirés sur The man you’re not . Les autres, parmi lesquels les ultra fans d’Epica, qui squattent le premier rang à la sortie du meet and greet, n’auront eu qu’à prendre leur mal en patience. DAGOBA, quoi qu’il en soit a parfaitement ouvert le bal et bien profité des ces courtes 30 minutes. Aura t-il pour autant conquis le public des néerlandais? Pas si sur…

DRAGONFORCE Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (21)Une constante va néanmoins s’avérer préjudiciable à cette soirée : la production. Certes la part belle sera faite à Epica mais comment expliquer que deux groupes de ce calibre se produisent sous des lights qui les mettent aussi peu en valeur?DRAGONFORCE Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (23) Ambiance bleu grise se voulant transcendée par d’ insupportables stroboscopes, voilà qui va habiller DRAGONFORCE durant quinze minutes de plus que DAGOBA, soit à peine trois quart d’heure de pure dextérité mélodique. C’est peu dire que nous nous délections de retrouver ce merveilleux groupe anglais de power métal qui n’est pas que l’illustration ultime du jeu « guitar hero » mais avant tout une vraie preuve vivante que l’association entre mélodie, dextérité, présence et prouesses live n’est pas usurpée.

Nous revoici plongé dans un univers proche des Stratovarius, Rhapsody, Angra ou encore Gamma Ray, si populaires il y a une quinzaine d’année. Sans répit, nous voilà propulsés dans un univers où les Lucky Luke de la six cordes font feu de tout bois. DRAGONFORCE Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (11)La solide réputation en live que le combo s’est forgée n’est pas usurpée tant ils dégainent tous plus vite que leur ombre.DRAGONFORCE Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (24) Malheureusement, le son n’est pas optimal, certains aigus arrivant comme étouffés jusqu’à nos oreilles… Ceci mis à part, impossible de na pas rentrer dans la folie proposée par le sextet tant leur énergie et leur talent sont communicatifs. Duels incessants, présence identique de tous les membres du groupe, aussi charismatiques les uns que les autres, fusion des instruments, démence des riffs et des solos ; on en prend plein la gueule! La petite estrade installée dans l’axe de la scène au plus près de la foule voit chaque membre l’emprunter à sa guise, décuplant la complicité et nous invitant dans un tourbillon infernal d’ accords insensés.

DRAGONFORCE Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (8)Même s’il peine à atteindre notre ouïe tant le mix s’avère hasardeux, le clavier portable de Vadim Pruzhanov ajoute un plus visuel indéniable à l’entreprise. Le groupe se donne à fond, on en prend plein les oreilles. Ils en font des tonnes pour notre plus grand plaisir! Impossible de s’ennuyer! Comment ne pas rester bouche bée devant les deux guitaristes Herman li et Sam Totman tant leur prouesses laissent pantois. Certes, le jeu peut parfois paraître un brin masturbatoire mais comme il ne nuit jamais aux lignes mélodiques, nous ne pouvons que nous incliner devant une telle maestria.

Cette énergie communicative fait  plaisir à voir tant et si bien que l’ambiance s’avère colossale pour le style. Mais que fait Sebastian Bach sur scène? Curieuse impression : Une semaine pile poil  après Skid Row et le fantôme du beau jeune blondinet à l’abondante chevelure qui hantera à jamais les américains, voici en la personne de Marc Hudson son quasi sosie au sein de Dragonforce!   Le second chanteur du combo , s’il est plus à l’aise sur acène que son prédéssésseur dispose de l’organe haut perché qui sied à merveille aux tempos véloces et foudroyants servis par ses partenaires tant sur le récent The game que sur un classique tel que Cry Thunder ou le désormais légendaire et toujours aussi jouissif Through the fore and flames. Mais 45 minutes à ce rythme là, Grrr! que c’est court!!!EPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (38)

EPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (35)Quand on passe en moyenne tous les deux ans en tournée aux mêmes endroits, on peut tomber vite dans le piège de la lassitude. Et l’essouflement commençait à se faire sentir pour EPICA (shows répétitifs, albums de moins bonne qualité…). Autant dire que c’est cette fois-ci avec beaucoup moins d’impatience que certains habitués des nuits métal toulousaines attendent le combo hollandais. Toutefois, une lueur est apparue en 2014 :  leur dernier opus sorti cette année les a remis sur de bons rails.EPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (11)

Servis par un light show absolument magnifique et une belle production visuelle (il était temps!), l’ alchimie n’est pourtant pas totalement convaincante! Premier problème : le son! Aussi stupéfiant que cela puisse paraître, comment est-il possible de rater à ce point là son mix dans un joyau comme le Bikini? On a beau sentir, deviner que Simone chante juste et bien, sa voix est toujours couverte, faiblement  mixée, sous exploitée! Les samples couvrent presque complètement la voix de la pauvre Simone (qui a l’air de s’en rendre compte d’ailleurs. Elle essaie bien de forcer mais rien n’y fait). Il faudra attendre Unleashed et Storm the sorrow, par ailleurs magnifiques, pour que la situation s’améliore un peu… Mais les choses ne s’arrangeront vraiment que lors des  rappels, un comble! C’est d’autant plus regrettable que le  groupe déploie une belle énergie et livre un show sans faute et surtout complètement repensé. Ils n’ont pas hésité à prendre des risques pour leur set-list en enlevant des titres phares (pas de Sensorium ni de Phantom Agony).EPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (41)

EPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (6)A la place, le magnifique Design your Universe nous est offert. Comme de coutume, la part belle est donnée aux  nombreux extraits du dernier album (Victims of contingency, The Second Stone, The essence of silence, Chemical Insomnia…). EPICA Toulouse 3.12.2014 Photos JATA (33)Autant de hits qui vont devenir des classiques en live. Les hollandais, comme à leur habitude sont heureux d’être là et s’affichent tout sourire. Même Simone apparaît moins distante qu’auparavant: épanouie, elle affiche une réjouissante sérénité et n’hésite pas à parler français autant qu’elle le peut. Le groupe nous quittera après 105 minutes de set sur l’intense Consign to Oblivion, parfaitement exécuté.

Nous n’avons pas assisté à la meilleure soirée de cet hallucinant trimestre qui nous est proposé dans la ville rose. Toutefois, aucun des groupes n’est à blâmer. Avant de quitter les lieux pour y revenir dans 8 jours ( un autre trio nous y attend : Sabaton, Korpiklanni et Tÿr) nous aurons plaisir de rencontrer les mecs de Dragonforce et de les féliciter… Qui encore il y a quelques années, aurait pu croire à une telle abondance de beaux concerts dans notre ville?

_________________

Chronique : Titi & Conan Akiro

Photos & mise en page : Titi

Merci à l’équipe du Bikini

_________________

LES PHOTOS JATA D’ EPICA ET LA SET LIST :

Set list complète d’EPICA :

Originem
The Second Stone
The Essence of Silence
Unleashed
Storm the Sorrow
Victims of Contingency
Fools of Damnation
The Obsessive Devotion
Chemical Insomnia
Sancta Terra
NATURAL Corruption
Last Crusade
Design Your Universe
Rappel:
Cry for the Moon
Unchain Utopia
Consign to OBLIVION

LES PHOTOS JATA DE DRAGONFORCE ET LA SET LIST :

LES PHOTOS JATA DE DAGOBA ET LA SET LIST :

4 Réponses to “EPICA + DRAGONFORCE + DAGOBA : Un Bikini peut en cacher un autre! – Mercredi 3 Décembre 2014 – Toulouse, Le Bikini –”

  1. Basile Masselin Says:

    Toujours bien narré et fidèle à mon ressenti, t’es un pro Thierry !!

    J'aime

  2. soirée navrante pour ma part , ayant loupé DAGOBA le groupe qui m’intéressait le plus , DRAGONFORCE n apportant rien malgré 2 monstres aux guitares (et un chanteur plus que limite) les morceaux se ressemblant tous ,même construction, même cavalcade incessante ,ne connaissant pas je m attendais vraiment a autre chose (DF :le ANGRA du pauvre?? ) ,et pour EPICA un gros lightshow ( vraiment terrible ), mais pour le reste ……………… décidément ces groupes n ont aucun intérêt pour moi et on peut pas dire que j essaie pas c est la 4 ° fois que je vois EPICA!!

    J'aime

  3. Demoniak Nico Says:

    Superbes photos !

    J'aime

  4. Excellente chronique, on se représente bien le concert même sans y avoir assisté. Les phots sont très jolies aussi.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :