LILLY WOOD & THE PRICK ( + OWLLE ) : Sur la pointe des pieds – Mercredi 30 janvier 2013 – Toulouse, Le Bikini –

Un jour d’hiver comme on révérait en vivre quotidiennement. Le thermomètre affiche vingt degrés, un soleil radieux vient réchauffer les cœurs et les âmes et un concert prometteur nous attend en soirée. Délectons nous d’une telle perspective durant notre journée de travail même si mon retard dans la salle de spectacles la plus fréquentée de ma vie me fera manquer 80% de la prestation de la première partie :  OWLLE. Sans trop de regrets tant la tendance électro de l’entreprise entrave en partie les émotions qui devraient se dégager du soyeux organe de la belle chanteuse rousse… Tout simplement pas mon truc mais du talent vocal, c’est évident (Voir le clip de Ticky ticky ici ).

Il est temps de se rapprocher. Aie, je suis devant mais très à droite et il n’y a pas de crash barrières pour les photographes.LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (1)

J’avais découvert LILLY WOOD & THE PRICK en ces mêmes lieux, il y a déjà trois ans. C’était le 27 mars 2010 et le duo jouait lors des Curiosités du Bikini. J’étais venu voir les excellents GUSH et j’avais pris une claque absolue et inattendue avec ce duo bizarre dont j’ignorais qu’ils n’étaient pas un ‘vrai’ groupe comme on l’imagine avec bassiste et batteur en plus mais juste deux personnes en adéquation comme l’ont pu l’être Les Rita Mitsoukos ou, à un degré moindre, Niagara.LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (3)

LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (9)Or, si Ben est bien à la guitare, Nili chante dans un anglais parfait comme beaucoup de jeunes artistes hexagonaux tels Izia, Puggy, Skip the Use ou encore…Gush.  De leur  rencontre qui ressemble à un conte de fée musical nait une magnifique histoire, cette réelle et rare alchimie de compositions et de style. L’étincelle sera telle que leur premier album, d’une cohérence absolue autant sur disque qu’en live séduira un public de premières parties puis de festivals à tel point que la seconde tournée qui débute ce soir à Toulouse s’avère des plus attendue.

Un autre album a vu le jour et les radios semblent suivre. Les salles affichent complet depuis déjà un certain temps. Est-ce la raison de la submersion évidente du duo dans cet océan de trac et d’angoisses toutes palpables? Vais-je de mon coté retrouver la magie qui m’a fait frissonner en 2010 et lors de prestations savoureuses en festival diffusées sur de nombreux écrans ?LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (8)

Si le style opère toujours, si cette voix délicieuse vient te caresser insidieusement des zones particulières qui vous confinent sans plus attendre dans un bien être absolu, force est de reconnaitre que les nouvelles compos du second opus The Fight ne sont pas aussi magiques qu’on pu l’être celles d’Invincible Friends, leur première galette, divine. Or, la dernière production avec 10 titres sur 17 est mise en avant et je dois avouer que l’accueil réservé aux magnifiques Hey it’s OK , This is a love song ou encore Down the drain datant de 2010 furent les plus chaleureux…

Subtils, prenants, les nouveaux titres le sont toujours mais ils s’avèrent moins intenses. Si l’on ajoute à cela le fait que le groupe nous quitte après une heure de spectacle et ne reviendra qu’une seule fois pour trois titres supplémentaires et un petit quart d’heure ajouté, la déception, malgré la qualité de l’entreprise, s’avère réelle.LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (2)

Le duo est pourtant entouré de quatre autres musiciens mais les titres s’enchainent mécaniquement sans que ni Nili et encore moins Ben ne leur donnent la dimension live dont ils ont pourtant le potentiel à l’image de ce Where I want to be (California) qui aurait pu se prolonger, devenir progressif à souhaits. Malgré le merveilleux organe de Nili, tout ceci reste trop timide comme tétanisé par une angoisse superflue alors que la foule ne demande qu’à vivre un grand moment. N’est pas Izia qui veut, c’est un fait mais lorsque tu te produis devant une salle sold-out, le stress, trop évident ce soir-là , ne doit pas entraver l’entreprise.LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (6)

Malgré  le fait que ce duo soit incontestablement une future valeur sure sur laquelle on peut compter, une véritable implication serait la bienvenue lors de leur prochain passage afin d’éviter cette curieuse impression qu’il manquait non seulement de nombreuses minutes à ce concert mais surtout une réelle dimension et quelques idées. De bons titres ne suffisent pas., fussent-ils intimistes à la Dylan, plus moderne avec ces envolées à la Fiona Apple ou teintés de cette electro pop jamais pompeuse et qui fait mouche tant sa gravité se confond avec une inclassable légèreté. La ferveur latente ne demandait pourtant qu’à exploser. Seule la dernière chanson, My Best  a paru enfiévrée, symbiose ultime entre un groupe et une audience qui ne demandait qu’à devenir participative et extérioriser son plaisir… trop tard! La faute à des artistes venus sur la pointe des pieds!LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (4)

______________________

Chronique, photos et mise en page : Titi

Merci à Antoine et à toute l’équipe du Bikini.

______________________

SET LIST :LILLY WOOD AND THE PRICK 30 JANVIER 2013 by JATA (11)LIENS :

LILLY WOOD WEBSITE

LILLY WOOD FACEBOOK

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :